Fdesouche

25/11/2022

Publication supprimée

Archive de la publication supprimée / Lien vers publications supprimées : Instagram / Facebook

Archive de la vidéo :


26/09/2022

Pour l’Année européenne de la jeunesse, l’UE met en scène une jeune femme voilée pour “parler de l’avenir des valeurs européennes” (MàJ: Pour la Commission cette campagne “ne fait pas la promotion d’une religion particulière ou de ses vêtements associés”)

Question du 13 juillet 2022 de l’eurodéputé Jorge Buxadé Villalba (VOX/ECR) à la Commission européenne

Le tempérament de l’Union à promouvoir l’islam comme une valeur européenne fondamentale

“Il est temps de parler de l’avenir des valeurs européennes, de l’avenir de l’inclusion, de l’avenir de l’emploi, de l’avenir de l’éducation, de l’avenir des arts et de la culture” peut-on lire dans la vidéo promotionnelle de l’Année européenne de la jeunesse. Or, cette campagne de promotion de la soumission des femmes en Europe – et de normalisation, une fois de plus, du port du voile – veut faire croire que l’avenir des jeunes européens est l’islamisme, qui impose la soumission des femmes.

Cette propagande islamisante, payée par l’argent public, s’inscrit dans le cadre du silence de l’Union face aux massacres de chrétiens en Afrique, de la complicité de la gauche occidentale avec l’islam et ses condamnations à des coups des fouets brutaux.

Elle ne favorise certainement pas l’avenir des jeunes en Europe. Face à l’islamisation de l’Europe promue par l’Union :

  • 1) Pour quelles raisons la Commission considère-t-elle que la soumission des femmes est une “valeur européenne” ?
  • 2) Quelles sont, selon la Commission, les valeurs européennes que l’on défend en obligeant les femmes à se couvrir les cheveux en raison de croyances islamiques grossières ?
  • 3) La Commission estime-t-elle qu’une femme voilée est une représentation graphique de la jeunesse européenne ?

Question du 13 juillet 2022 n°E-002576/2022 à la Commission

Réponse du 23 septembre 2022 de Mariya Gabriel (PPE), Commissaire à l’innovation, recherche, culture, éducation et jeunesse, au nom de la Commission

La Commission s’est engagée à promouvoir et à protéger les valeurs européennes, qui sont inscrites dans les traités et dans la Charte des droits fondamentaux de l’UE.

Ces valeurs comprennent l’interdiction de toute discrimination fondée, entre autres, sur le sexe, la race, la couleur, l’origine ethnique ou sociale, la religion ou les convictions (article 21) et le respect de la diversité culturelle, religieuse et linguistique (article 22).

Les droits des femmes et l’égalité entre les sexes sont une priorité pour la Commission, et la stratégie de l’UE en matière d’égalité entre les sexes pour la période 2020-2025 énonce les principales actions dans ce domaine.

Dans le discours sur l’état de l’Union de 2021, la présidente de la Commission a déclaré que “l’Europe a besoin de tous ses jeunes”. En conséquence, l’Année européenne de la jeunesse 2022 vise à s’adresser à tous, s’adresse à tous et a besoin de tous pour réussir.

L’objectif de la campagne de l’Année européenne de la jeunesse, à laquelle l’Honorable Parlementaire fait référence, est de promouvoir l’inclusion, la diversité et l’unité dans l’UE. Elle ne fait pas la promotion d’une religion particulière ou de vêtements qui lui sont associés.

D’ailleurs, l’inclusion est l’un des neuf thèmes de l’Année européenne de la jeunesse. Sur la plate-forme Voice, le thème de l’inclusion a fait l’objet du plus grand nombre d’enregistrements vocaux de la part de jeunes Européens, ce qui montre clairement son importance pour la jeunesse européenne.

Réponse du 23 septembre 2022 de Mme Mariya Gabriel au nom de la Commission européenne

Cliquez ici pour des exemples de communications de l’UE qui font la promotion du voile islamique


05/07/2022

MàJ : Polémique en Italie

Pour la campagne sociale de l’Année européenne de la jeunesse 2022, l‘UE confie à une femme portant le hijab la tâche de stimuler le débat sur les valeurs européennes, fait remarquer amèrement Giorgia Meloni [NFDS : Présidente du parti Frères d’Italie et de ECR] . “Mais le voile islamique ne représente en aucun cas une ‘valeur européenne’. Les femmes en Europe se sont libérées, après des siècles de lutte, de symboles d’assujettissement tels que ceux-ci et nous n’avons pas l’intention de renoncer à nos acquis au nom du politiquement correct cher à la gauche. Les féministes européennes n’ont-elles rien à dire ?. C’est ainsi que le leader des Frères d’Italie a commenté sur Facebook les annonces de Bruxelles.

Facebook

Accompagné d’un graphique qui fait écho à la publicité de l’Europe qui utilise l’image d’une fille portant une coiffe islamique. La sénatrice de la Lega Valeria Alessandrini stigmatise à son tour le choix de l’UE :

L’obstination de l’Europe à vouloir promouvoir les symboles de l’oppression des femmes est inquiétante et embarrassante. Cette fois, il s’agit de la campagne sociale pour l’Année européenne de la jeunesse 2022, dont Bruxelles “confie” la promotion à une femme portant un voile islamique. Nous sommes ici à la dérive du politiquement correct et ne pouvons rester silencieux. Tout aussi absurde est le silence assourdissant de “certaines féministes” face à une attitude évidente et préjudiciable aux droits des femmes. La Ligue continuera à se battre pour la défense de la liberté, de notre culture et de nos traditions”.

L’Europe met le voile sur les filles comme si c’était la norme, insiste une autre représentante de la Lega, la députée européenne Anna Rita Tateo, comme le modèle choisi par Bruxelles pour la nouvelle publicité de l’Année de la jeunesse. Mais ce n’est pas le cas et le message que l’Europe envoie est très grave car une femme portant un hijab n’est certainement pas le prototype de la femme libre. Tant de femmes trouvent aujourd’hui la force et le courage d’imposer leur liberté à ceux qui veulent la leur enlever. Elles sont battues, mises à l’écart et risquent leur vie parce qu’elles refusent de porter le voile, qui a toujours été un signe de soumission et de persécution. C’est pourquoi nous ne pouvons tolérer que l’Union européenne tente de “normaliser” un symbole de l’oppression féminine“.

A la fin, la sénatrice de la Lega Marzia Casolati parle d’une “campagne préjudiciable à toutes les femmes”. Nous sommes à la dérive du politiquement correct, le voile islamique ne représente ni nos jeunes ni l’avenir de nos filles”.

Secolo d’Italia / Il Giornale

Post Facebook de Daniele Dell’Orco


04/06/2022

Pour l’année européenne de la jeunesse, l’UE met en scène une jeune femme voilée dans l’une de ses vidéos pour “parler de l’avenir”

Instagram / Facebook

Qu’est-ce que le projet “Time to unmute” / “Youth Voices” ?

[…]Notre mission est de donner aux jeunes Européens venus de tous les horizons le pouvoir d’agir et de façonner l’avenir de l’Europe en exprimant haut et fort leur vision. Nous sommes impatients d’entendre les voix, les idées et les aspirations des jeunes sur des thèmes aussi variés que l’emploi, la paix et la sécurité, le changement climatique, l’éducation, l’inclusion ou encore la santé mentale.

Que tes idées soient très audacieuses ou plus humbles, nous les écouterons attentivement pour faire avancer la réflexion et les prendrons en compte pour bâtir les politiques de demain. Tout au long de l’Année européenne de la jeunesse 2022, nous explorerons régulièrement les sujets et les questions abordés dans tes enregistrements sur les réseaux sociaux et en échangeant avec toi par l’intermédiaire de commentaires et d’événements en direct.

Au cours de cette expérience, nous te mettrons également en relation avec tous les programmes et initiatives en faveur de la jeunesse de l’UE, ce qui te permettra de révéler ton potentiel de jeune citoyen.

À la fin de l’année, toutes les voix enregistrées par les jeunes auront fusionné pour créer la «Voix de la jeunesse européenne», qui sera présentée sur scène lors du grand événement de clôture de l’Année européenne de la jeunesse le 6 décembre au Parlement européen à Bruxelles. Toutes les précieuses idées que nous aurons recueillies grâce à la contribution de chaque jeune nous permettront alors de fixer un cap qui a du sens pour façonner l’avenir de notre société européenne.

Si cette plateforme a été créée pour l’Année européenne de la jeunesse 2022, son ambition s’étend bien au-delà de 2022. Nous sommes fermement convaincus que les jeunes citoyens d’Europe sont les catalyseurs les plus puissants du changement, et nous voulons leur permettre de participer activement au façonnement de l’avenir de notre société.

[…] si nous voulons façonner notre Union à leur image, les jeunes doivent pouvoir façonner l’avenir de l’Europe.

Ursula von der Leyen, President of the European Commission

YouthVoices.eu

En lien :

4/10/2022 (source) :


Fdesouche sur les réseaux sociaux