Fdesouche

De belles filles voilées comme symbole d’intégration en Europe : tel semble être le message de l’UE. Colère de la Ligue.

Depuis quelque temps, la Commission européenne utilise l’image des femmes voilées pour promouvoir les initiatives de l’UE. Il suffit de faire défiler le profil officiel consacré aux initiatives en faveur des jeunes pour voir une large représentation de belles filles portant le voile, symbole de l’assujettissement des femmes dans la culture musulmane. Il existe également une campagne qui accompagne le slogan “l’avenir est entre vos mains” de l’image d’une très jeune fille aux traits moyen-orientaux portant le hijab.

Pendant des mois, ces publications ont été faites, la dernière par ordre chronologique le 24 mai. Une pratique qui semble vouloir normaliser quelque chose contre lequel de nombreuses femmes vivant en Occident veulent se rebeller.

Il est malheureux de constater, pour la énième fois, la dérive inquiétante de l’Union européenne en matière de droits des femmes. Bruxelles continue de promouvoir des campagnes de communication pour des événements ou des projets européens dont les protagonistes sont des femmes voilées. Une mode utilisée par l’UE afin de ne pas offenser la communauté islamique et de faire passer le message que le voile islamique est un symbole de liberté, a noté Silvia Sardone, députée européenne de la Ligue.

A plusieurs reprises, des jeunes femmes voilées ont été utilisées pour promouvoir des événements liés à la Commission européenne, un stratagème pour ne pas offenser la communauté musulmane mais aussi pour transmettre un message de liberté, en utilisant des moyens qui ne sont pas tout à fait acceptables.

“Il est affligeant que l’UE diffuse le message selon lequel le voile islamique est un symbole d’enrichissement culturel, de respect des religions et des traditions, de liberté pour les femmes. Au sein de la Ligue, nous sommes très clairs sur ce point : le voile islamique est un message de soumission, de contrainte, de non-liberté et ne devrait absolument pas être utilisé parmi les symboles européens ou comme une image de l’avenir de notre continent, a noté Silvia Sardone.

Et tout cela, comme le souligne l’eurodéputé de la Ligue du Nord, s’inscrit dans un contexte aux caractéristiques déplaisantes, car l’Union européenne, avec ses institutions, semble évoluer dans une direction inquiétante.

Il est paradoxal qu’alors que les institutions de l’UE semblent plus intéressées à approcher les communautés islamiques avec ces choix d’image, au Parlement européen, la majorité de gauche, avec la complicité de certains députés du Parti démocrate, a voté contre la proposition du groupe Id de discuter en séance de la question de la persécution des chrétiens dans le monde, en commençant par le cas tragique de Deborah Samuel, battue à mort et incendiée au Nigeria à cause d’un message sur son téléphone portable“, conclut le député de la Lega.

La question mise sur la table par Silvia Sardone devrait conduire à une réflexion sérieuse sur les pierres angulaires de l’Union européenne. Le refus d’un débat sur le thème de la persécution des chrétiens et l’insistance contextuelle sur des images rappelant l’islam et le monde musulman ne sont finalement pas si éloignés.

Il Giornale


Fdesouche sur les réseaux sociaux