Fdesouche

18/05/2022

Elle annonce que le square présent se nommera désormais Marsha P. Johnson. Cette femme trans, décédée en 1992, était une militante américaine du mouvement LGBT.

“Le parcours de Marsha P. Johnson associé à cette journée particulière nous engage tous. Le chemin à parcourir est encore long pour gagner pleinement l’égalité des droits, le respect et l’acceptation de chacun dans la société”, a déclaré Florence Delaunay, adjointe au maire de Lyon chargée de l’Egalité.

(..)

Lyon Mag

Merci à BB.

17/05/2022

(…)

Autre décision, douze rues, allées, placette, jardins… porteront désormais le nom de femmes (1). Sur les 1 872 rues de Rennes, seules 155 rendent hommage à des femmes, rappelle Flavie Boukhenoufa, adjointe déléguée aux relations internationales, aux relations publiques, aux cultes et à la laïcité. À titre de comparaison, leurs homologues masculins ont leur nom écrit aux coins de 953 d’entre elles. Il y a donc urgence à « féminiser les rues de la ville pour des questions d’égalité », souligne Flavie Boukhenoufa. Pour ce faire, « le comité odonymie, qui étudie les noms à donner aux rues et se réunit chaque mois, a travaillé à douze propositions exclusivement féminines. Les femmes méritent une visibilité. »

« Une résistante communiste déportée et poétesse transgenre »
Parmi elles, une poétesse transgenre, Ovida Delect (née à Caen en 1926 et morte à Coutances en 1996), que Flavie Boukhenoufa souhaite mettre en avant : « Résistante communiste et déportée, connue pour avoir infiltrée les Jeunesses nationales populaires, parti collaborationniste, elle écrit des poèmes sur la résistance et reçoit le Prix Paul Valéry en 1946. »

Symboliquement, son nom pour une passerelle
Dans les années 1960, encore assignée homme, elle est maire de Freneuse, commune des Yvelines en Ile-de-France. Puis, « dans les années 1980, elle décide de « transitionner » socialement et publie un ouvrage sur le sujet, poursuit Flavie Boukhenoufa. Dans son autobiographie, intitulée « La prise de robe : itinéraire d’une transsexualité vécue », publiée en 1982, elle narre ce déchirement. »

Rennes Info

Ouest France

Merci à Ben Voyons


Fdesouche sur les réseaux sociaux