Fdesouche

La BBC a modifié le genre d’un agresseur donné par une victime dans une plainte pour viols

La BBC a modifié le témoignage d’une victime de viol après un débat sur les pronoms concernant son agresseur transgenre, a appris le Times.

La femme a fait référence à son violeur présumé en disant “lui”, mais des gens proches du dossier ont déclaré que ses mots avaient été modifiés pour éviter de “mégenrer” l’agresseur dans un article publié sur le site web de la BBC.

L’article de la BBC a remplacé chaque référence à “il” ou “lui” par “ils” ou “elles” [with “they” or “them”]. Selon une source, cette citation a fait l’objet d’un débat animé avant sa publication. Certains journalistes ont affirmé que la citation devait rester intacte, tandis que d’autres ont déclaré qu’elle devait refléter les pronoms “she/her” préférés de la femme trans.

Cette affaire intervient alors que le personnel de la BBC s’inquiète de plus en plus du fait qu’une équipe interne chargée de la diversité influence le contenu des reportages des journalistes, les empêchant de couvrir les questions de genre.

L’article, qui a fait l’objet de milliers de plaintes, citait une étude sur les médias sociaux réalisée par Get The L Out, un groupe de campagne pour les lesbiennes, qui interrogeait les femmes homosexuelles sur leurs expériences sexuelles avec des femmes transgenres.

Une anonyme a raconté aux chercheurs : “J’étais trop jeune pour discuter et on m’avait lavé le cerveau avec la théorie queer pour accepter qu’il soit une “femme”, même si toutes les fibres de mon être criaient en ce sens, alors j’ai accepté de rentrer chez moi avec lui. Il a utilisé la force physique quand j’ai changé d’avis en voyant son pénis et il m’a violée.”

(…)

À l’origine, il s’agissait de pronoms masculins, mais les “woke” de la BBC ont voulu en faire des pronoms féminins en raison des erreurs de genre”, a déclaré une personne au courant de l’affaire. “C’est assez choquant. Je ne peux pas penser à une autre situation où nous changerions les mots d’une victime de viol présumé.”

(…)

The Times

En Lien :


Fdesouche sur les réseaux sociaux