Fdesouche

Une militante Antifa musulmane transsexuelle a de nouveau été arrêtée lors d’une violente manifestation d’extrême gauche à Phoenix samedi dernier.

Britney Erica Austin, 35 ans, anciennement Eric Austin, faisait partie des 18 personnes arrêtées au centre-ville de Phoenix lors d’une violente manifestation anti-police. Austin était couverte de la tête aux pieds d’une abaya noire et d’une burqa.

Les manifestants ont interrompu la circulation. La police de Phoenix a déclaré que le groupe d’émeutiers avait lancé des cocktails Molotov sur les policiers. Austin était armé d’un fusil semi-automatique. La police a déclaré le rassemblement illégal et a tiré des munitions de flashball.

Austin a été placée en garde à vue pour entrave, émeute et rassemblement illégal. Elle a été arrêtée au moins une demi-douzaine de fois en raison de manifestations d’extrême gauche en Arizona. Austin a publié des articles sur les réseaux sociaux à propos de sa dernière arrestation.

«Il y avait plusieurs personnes trans et de genres non conformes qui ont été moquées à plusieurs reprises, déshumanisées et violées tout au long du processus, y compris moi», a écrit Austin sur Facebook. «J’ai également fait l’objet d’une islamophobie intentionnelle et sexiste et de représailles pour avoir fait valoir mes droits.»

Austin allègue qu’elle a été fouillée par un policier masculin en présence d’autres hommes, ce qui, selon elle, est une violation de ses croyances islamiques.

Austin, une musulmane converti qui s’appelle également «Sumayyah Dawud», a une longue histoire d’activisme d’extrême gauche dans la région de Phoenix. Elle assiste fréquemment à des manifestations où elle peut être vue armée d’un fusil semi-automatique et des symboles d’antifa. En juillet, elle a lancé un appel sur les réseaux sociaux pour que les gens assistent à une action à Phoenix organisée en «solidarité» avec le groupe antifa de Portland, le Front de libération de la jeunesse. Plusieurs villes ont connu simultanément des émeutes violentes cette nuit du 25 juillet.

Avant son implication plus récente dans les manifestations et les émeutes d’Antifa, elle s’est engagée dans une guerre juridique. En 2011, elle a poursuivi son employeur, une société d’impression de chèques et de services financiers, pour discrimination sexuelle au motif qu’elle n’était pas favorable à sa transition et ne lui permettait pas d’utiliser les toilettes des femmes. Phoenix for Deluxe a réglé le procès pour 115 000 $.

Puis en 2015, elle a tenté de poursuivre le département de police de Phoenix sur une allégation de discrimination religieuse lorsqu’elle a été photographiée sans sa burqa pour une photo d’indentification. Elle était initialement représentée par la section locale de l’organisation juridique fondamentaliste musulmane, le Council on American and Islamic Relations, ou CAIR, mais ils l’ont abandonnée après avoir découvert qu’elle était transsexuelle.

Toujours en 2015, Austin a de nouveau fait la une des journaux après avoir été expulsée de la section des femmes du Centre communautaire islamique de Tempe à la suite de plaintes de femmes musulmanes. La mosquée lui aurait dit qu’elle ne serait autorisée à revenir que si elle s’habillait et priait comme un homme si elle ne pouvait pas prouver qu’elle était biologiquement une femme.

«L’islamisme des radicaux musulmans et le « wokeism » des agitateurs d’Antifa sont des idéologies jumelles nées de la même source : le culte de l’extrémisme», a déclaré la journaliste musulmane Asra Nomani au Post Millennial dans un courriel. Nomani a passé plus d’une décennie à rendre compte du fondamentalisme islamique et de son intersection avec la politique de gauche. « Depuis les attentats du 11 septembre, les musulmans radicaux se sont emparés de la politique raciale qu’Antifa exploite aujourd’hui, et les extrémistes des deux groupes travaillent ensemble pour faire avancer leur mission commune qui consiste à attiser la division et la haine. Cet hybride d’identités se manifeste chez une personne comme Britney Austin. »

L’année dernière, Austin a été arrêté pour conduite désordonnée lors d’une réunion du conseil municipal de Tempe au cours de laquelle un manifestant a été accusé de voies de fait graves contre un policier. Le mois dernier, Austin s’est présenté armée d’un AR-15, d’un pistolet et d’un couteau de chasse pour contrer un rassemblement pro-police conservateur à Gilbert, en Arizona.

Austin et les autres personnes arrêtées le week-end dernier ont leur prochain rendez-vous au tribunal le 26 octobre.

The Post Millennial


Suivez-nous

Suivez-nous sur les réseaux sociaux