Fdesouche
https://www.revue-elements.com/produit/la-societe-de-surveillance/

Il est titulaire d’un diplôme en électronique et il pense qu’en Europe, il trouvera une situation bien supérieure à celle qu’il pourrait trouver dans son pays natal.
Alors, il quitte le Maroc. Il prend un avion jusqu’en Turquie, puis passe en Grèce. Il entame alors un très long périple, à pied et auto-stop. Il traverse l’Albanie, le Monténégro, la Bosnie et arrive enfin en Slovénie où il dépose une demande d’asile. Mais il n’est pas encore dans cette “ vieille Europe ” qui fait rêver nombre de ses compatriotes. Il part pour l’Italie, puis pour l’Espagne où il aurait une opportunité de travail. Il connaît du monde en France, alors il traverse quelquefois les Pyrénées.

Jusqu’au jour où il est contrôlé par la PAF. L’homme n’a aucun antécédent judiciaire, il est titulaire d’un “BAC +3”, il est décidé de l’assigner à Perpignan plutôt que le placer en centre de rétention dans l’attente de sa réadmission en Slovénie. Mais, il ne respecte pas ses obligations de pointage, il retourne en Espagne. Il est donc recherché. Et ce qui devait arriver, arrive. Il est contrôlé par les gendarmes mobiles en gare de Banyuls-sur-Mer. Et cette fois, il est envoyé en rétention administrative. Une mesure qui doit être prolongée par la juge des libertés.

À l’audience, son avocat, Me Poloni constate que le motif du contrôle n’a pas été indiqué sur le PV, lequel n’est d’ailleurs pas signé. Ni contresigné par les agents de la PAF qui ont réceptionné l’individu. Autant de motifs de nullité. Le juge ne peut que libérer le ressortissant marocain. Qui, cette fois, peut tenter sa chance en Espagne en espérant que l’asile lui soit accordé en Slovénie au plus vite.

L’Indépendant


Fdesouche sur les réseaux sociaux