Pub TF1 contre les idées reçues : les Français sont racistes (vidéo)

[...] Dans ce spot de quarante-cinq secondes, la Une a choisi de l’illustrer par des idées reçues concernant les Français : « Les Français sont feignants », « Les Français ne croient plus en rien » ou encore « Les Français sont racistes ».

Grâce à cette campagne, la chaîne met en lumière sa programmation renforcée et le lien qu’elle a avec les téléspectateurs sur les réseaux sociaux. [...]

Morandini

Délinquance, aides sociales, intégration : Quand France-Info répond aux «préjugés» sur l’immigration (Audio)

France-Info veut réfuter les «préjugés» sur l’immigration et présente le petit guide de survie «Répondre aux préjugés sur les migrations». Au début de chacun des 10 chapitres, les auteurs font parler tante Francette. Un personnage fictif, qui incarne toutes les idées reçues sur l’immigration. Un guide «pour mieux comprendre les choses avant de colporter des préjugés faux et stigmatisants».

«Les immigrés sont des profiteurs, des délinquants, des gens incapables de s’intégrer». « On ne peut accueillir toute la misère du monde. C’est l’invasion, ils arrivent plus nombreux chaque année, l’immigration renforce le chômage et la crise».

Chiffres et statistiques à l’appui, on apprend que le taux d’immigrés en France est stable depuis 80 ans. La grande majorité des immigrés quitte leur pays pour des raisons de survie.

Très répandue, l’idée selon laquelle les étrangers viennent en France pour bénéficier des aides, est mise à mal. Les comptes de l’immigration font apparaitre qu’ils alimentent les caisses de l’Etat, cotisent et paient des impôts à hauteur de 60 milliards d’euros par an. Même démenti à ceux qui pensent que l’immigration renforce le chômage et la crise. Myriam Merlant co-auteur explique : «En temps de crise, les gens ont tendance au repli sur soi. Ils doivent trouver un bouc émissaire à tous leurs maux, les immigrés sont des cibles idéales. En matière d’emploi les étrangers ne volent pas le travail des autres, ils acceptent des postes que la grande majorité refuse.»[…]

France Info (Merci à antibarbare)

Grande-Bretagne : Les musulmans s’engagent en nombre dans l’armée

Selon le site saphirnews, les musulmans de Grande-Bretagne sont de plus en plus nombreux à s’engager dans l’armée.

Engagez-vous ! Les musulmans britanniques sont de plus en plus nombreux à répondre spontanément à l’appel du devoir lancé par la « Grande Muette », qui ne l’est plus trop d’ailleurs quand il s’agit de battre le rappel des troupes, leur désir de servir sous les drapeaux traduisant un patriotisme renforcé, ainsi que l’espoir, chevillé au corps, d’éradiquer les préjugés islamophobes sous l’uniforme de la loyauté par excellence à une nation.

Ces enrôlements volontaires, sur la courbe ascendante depuis 2007, ont augmenté de 40% notamment dans la Royal Air Force et la Royal Navy, constituant un phénomène de société qui fait l’objet de toutes les attentions et décryptages au sein de la communauté musulmane, très divisée sur le sujet, mais aussi en-dehors.

« Le nombre croissant de musulmans dans les forces armées est une évolution naturelle, parce que la société britannique est de plus en plus tolérante et, en conséquence, les jeunes hommes et femmes de confession musulmane se sentent plus légitimes qu’auparavant à rejoindre l’armée pour y faire carrière », analyse l’Imam Asim Hafiz, conseiller islamique du ministère de la Défense et premier aumônier musulman à avoir officié dans l’armée, fraîchement auréolé d’un insigne titre de gloire en récompense de ses bons et loyaux services. Celui-ci a été en effet élevé au rang d’Officier de l’Ordre de l’Empire britannique, au cours d’une cérémonie solennelle qui a coïncidé avec la grande semaine nationale de la sensibilisation à l’islam. […]

oumma

Une famille de la « Manif pour tous » a débarqué dans mon café

Papier de Frédéric L’Helgoualch, serveur

Hebergeur d'image

Elle balance sa fourrure léopard sur la banquette, sans se soucier de la place laissée aux autres, encore debout, et me lance un tonique « un verre de vin rouge ! Le meilleur. Vite, j’ai soif ! » et éclate de rire, bourgeoise gentiment gouailleuse, qui sait -je connais bien cette espèce- comment être exigeante sans pour autant braquer quiconque. [...]

Son bonhomme a l’allure du type qui a incontestablement réussi socialement mais, ventru, paupière tombante derrière ses grosses binocles, costard gris, gestes assurés, certes mais, ralentis, mous même (du moins, comparés à ceux de sa matrone qui zieute sans cesse autour d’elle, zieute, gigote, encore et encore), il se dégage de sa personne un quelque chose qui se rapproche de la lassitude. En face d’eux, le fils et la fille (mon oreille indiscrète de serveur me permet de savoir qu’ils ne forment pas un couple).

Les deux semblent avoir hérité de l’apathie paternelle (qui, je l’imagine, au moins, a bien vécu avant d’en arriver là) mais, de la faconde de leur génitrice, point la moindre trace. Ils ont l’air engoncé des ados que papa-maman traînent au restaurant de force et ce, malgré leur trentaine bien sonnée. Ces deux moules me filent d’emblée de l’urticaire. Mon allergie aux fruits de mer, très certainement. [...]

La prise de commande est rapide. Mme joue la show-girl mais, cela m’amuse -tant que je ne suis pas condamné à vivre avec ce nombril sur stilettos- je dois faire répéter le garçon à tête de puceau, qui ne parle pas très fort. Monsieur soupire sa requête plus qu’il ne la donne; Mlle a l’œil fuyant et la bouche dédaigneuse. « Petite morue satisfaite », songe-je méchamment, pris dans le speed du service, peu disposé à tolérer le moindre signe de condescendance à mon endroit. [...]

Ils y étaient, pour la défense des valeurs traditionnelles, ancestrales, hiérarchiques, religieuses et culturelles. La France, mes chers compatriotes, la France éternelle (avec les trémolos de circonstance dans la voix) ! [...]

Même la mère, qui, au final, me faisait encore sourire deux minutes plus tôt, me semble soudain beaucoup moins drôle. La famille Hingals, ne vous en déplaise, dans votre cas, me semble s’être métamorphosée, au fil du temps, en famille Adams. Je me retiens de leur demander pourquoi ils n’ont pas battu le pavé plus tôt, lors de la découverte des crimes pédophiles couverts par l’Eglise qui soutient le mouvement, par exemple. Lors de telle ou telle loi socialement injuste, par exemple. Je me retiens de leur rappeler l’élection démocratique récente de ce parlement puisque, désormais, ils parlent même de « dictature ». [...]

Désormais, leurs fantasmes se mélangent à la loi, votée. Mais, non, je me contente de leur souhaiter bon appétit. Ils ne répondent pas, trop occupés à s’offusquer, trop heureux de se rassurer. C’est beau, une famille nécrosée qui panse ses plaies. Même fifils a son opinion sur la question. Et la cocotte pédante en ballerines est intarissable. Chéris…

« Des gens bien ». « Des gens respectables ». Définition, s’il vous plaît ? A contrario, qu’est-ce que « des gens pas bien » ? « Des gens pas respectables » ?

Dans votre cas, où la position sociale, les études, les regards externes doivent se mélanger aux valeurs culturelles que vous croyez – fantasmez ? – incarner (et qui te donne, à toi, entre autres, tant d’assurance, ancienne petite fille rêveuse – comme toutes les petites filles – devenue vieille mégalo peinturlurée, castratrice, triste, à n’en pas douter, triste à pleurer, triste à gerber, malgré tes effets de manche pathétiques), la réponse potentielle me fait frémir. [...]

Je ne vous fréquenterais pas à priori avec plaisir (les opinions différentes, oui, elles nourrissent la Démocratie. Des certitudes qui excluent des pans entiers de la société, non. Juste non) mais, jamais, je ne me permettrais de vous jeter des pierres ou de vous retirer des droits, tant qu’ils n’amputent pas les miens. [...]

Huffington Post

Etats-Unis : « Les Noirs sont victimes de préjugés inconscients »

Cinquante ans après, le «rêve» formulé par Martin Luther King se heurte à une implacable réalité: les Noirs américains restent de loin les premières victimes du chômage.

Le taux de chômage des Afro-américains aux Etats-Unis est quasiment deux fois supérieur à celui de la population globale.

(…) Selon les experts, les stéréotypes négatifs associés aux Noirs restent, comme ailleurs en Occident, prégnants aux États-Unis, mais ont désormais changé de forme.

«Les préjugés sont devenus inconscients. C’est devenu rare de dire explicitement que vous ne voulez pas embaucher un Noir, mais nous savons combien les stéréotypes agissent sur les personnes qui prennent des décisions», assure Mme McGhee, Afro-américaine, vice-présidente de Demos, un groupe de réflexion sur l’égalité à Washington.

«Quand c’est inconscient, c’est bien plus difficile à combattre», déplore-t-elle.

(…) Le mal pourrait être plus pernicieux, avance la sociologue Nancy DiTomaso : «Une majorité de gens décrochent un emploi parce que quelqu’un les a aidés en leur donnant des informations, en usant de leur influence par des recommandations.»

«La dynamique n’est pas que les Blancs discriminent les Noirs, c’est que les Blancs aident d’autres Blancs», souligne-t-elle.

lapresse.ca

Paris : Une «marche des fiertés» LGBT pour réclamer «d’autres avancées» (MàJ) La Gay Pride fait un flop ?

Addendum : Alors que les organisateurs espéraient 500.000 personnes (voir plus bas), le site le Rouge & Le Noir estime qu’environ 5.000 militants étaient présents à la Gay Pride de Paris qui s’est tenue aujourd’hui 29 juin.

Addendum du même site : vers 16h00 nous estimons la fréquentation entre 7.000 et 15.000.

Voir l’article et les photos sur le site

———————————–

Addendum : Plusieurs dizaines de milliers de militants et sympathisants de la cause homosexuelle ont commencé à défiler samedi après-midi a constaté un journaliste de l’AFP. 500 000 personnes étaient attendues.

Plusieurs personnalités politiques de gauche ont fait le déplacement, comme le maire PS de Paris Bertrand Delanoë, le président PS du conseil régional d’Ile-de-France Jean-Paul Huchon, la ministre du Logement EELV Cécile Duflot et le premier secrétaire du PS Harlem Désir, réunis derrière une grande banderole « LGBT (Lesbienne, gays, bi et trans, ndlr), allons au bout de l’égalité ».

Le Nouvel Obs

La première Marche parisienne des fiertés lesbiennes, gaies, bi et trans (LGBT) après l’instauration du mariage homo, se déroule samedi après-midi. Elle partira à 14h00 place du 18 juin 1940 et se terminera place de la Bastille. Un «évènement militant» pour les organisateurs, qui réclament d’autres «avancées»sur la PMA et le droit des personnes transsexuelles.

«Même si on a eu une avancée majeure en droit cette année avec le vote de la loi sur le mariage pour tous, un certain nombre de nos revendications n’ont pas été satisfaites», a affirmé le porte-parole de l’Inter-LGBT Nicolas Gougain lors d’une point presse avant la manifestation.

Pour Nicolas Gougain, cette «avancée très importante doit en appeler d’autres», sur les questions de la procréation médicalement assistée (PMA), les droits des personnes transsexuelles et la lutte contre les discriminations au quotidien.

«Quelle que soit l’avancée en droit, on voit qu’il y a toujours des stéréotypes et des préjugés qui sont très ancrés, même si c’est le fait d’une minorité», a-t-il affirmé.

Cette manifestation «d’interpellation du politique» est aussi une «manifestation de la visibilité» pour M. Gougain. «C’est l’occasion de montrer à ceux qui voulaient nous renvoyer au placard ces derniers mois que nous existons», a-t-il dit, espérant accueillir environ 500.000 personnes. […]

Le Nouvel Obs

Norvège : Une tasse de thé à la maison contre le racisme anti-musulmans

Une opération «Une tasse de thé à la maison» est organisée en Norvège pour lutter contre «l’islamophobie et les préjugés dévastateurs».

La Reine de Norvège, elle-même, y a répondu très favorablement, consciente des bienfaits libérés par des arômes invitant à la sérénité et au vivre-ensemble.

C’est prodigieux ce que la chaleur d’une simple tasse de thé peut faire sous les latitudes les plus nordiques ! Encore fallait-il oser mettre au goût du jour ce grand rituel de la convivialité musulmane, et lancer une invitation nationale conviant les Norvégiens dits de souche à venir prendre le thé chez leurs concitoyens musulmans, tous engagés volontaires dans l’aventure.

Au royaume de Norvège, meurtri dans sa chair par l’engeance du mal absolu sous les traits froids et calculateurs d’Anders Breivik, ce monstre du néo-nazisme qui a justifié sa folie meurtrière du 22 juillet 2011, à Oslo et sur l’ïle d’Utoya, au nom de sa croisade contre l’islam, les musulmans ont choisi de faire l’éclatante démonstration que leur hospitalité légendaire n’était pas usurpée, et qu’elle pouvait ouvrir les portes de leur foyer, mais aussi et surtout celles du coeur. […]

oumma

Saint-Ouen (93) : La première crèche qui nie la différence entre filles et garçons

Après la Suède, pays qui a largement développé les crèches «qui traite de façon indifférenciée les garçons et les filles», c’est au tour de la France dont la première crèche basée sur ce modèle a été ouverte à Saint-Ouen, en Seine-Saint-Denis.

«La crèche Bourdarias s’inscrit [...] bien dans un projet global du gouvernement à agir sur les modèles éducatifs pour promouvoir dès le berceau l’indifférenciation des sexes». (Stéphane Clerget, pédopsychiatre)

Par l’ouverture de la crèche Bourdarias, «l’objectif assumé» du gouvernement est de «lutter contre les préjugés ‘sexistes’ dans l’éducation pour promouvoir l’égalité homme/femme » […]

genethique (Merci à Rozenwyn)

Pour 53% des Français, «leurs concitoyens issus de l’immigration» sont représentés de manière satisfaisante dans les institutions politiques.

Deux tiers des Français (66%) ne voient aucune amélioration en matière d’égalité des chances depuis l’élection de François Hollande, selon un sondage Harris/Club Averroes publié mardi dans 20 minutes.

Cette enquête est publiée le jour d’un comité interministériel de lutte contre le racisme et l’antisémitisme, au cours duquel les ministres vont réfléchir aux moyens de lutter contre les préjugés liés à l’origine ou la religion.

Cette opinion est partagée quelle que soit l’étiquette politique des sondés: 63% des électeurs de François Hollande, contre 67% des électeurs de Nicolas Sarkozy, jugent que le concept d’égalité des chances n’a pas progressé depuis l’élection présidentielle.

Or, 61% des Français considèrent que la société discrimine les citoyens selon des critères de sexe, d’âge, d’origine géographique ou de couleur de peau. Cette fois, les affiliations partisanes jouent beaucoup: près de 50% des partisans de gauche souhaitent une meilleure représentation de la diversité au gouvernement, au Parlement et dans les partis, contre 9% des sympathisants de droite.

Libération

«En Europe, la défense de la laïcité est souvent une façade derrière laquelle se cache un vieux préjugé colonial»

Interview de l’historien Enzo Traverso, enseignant à l’université Cornell de New York, qui publie deux livres, un sur l’histoire des intellectuels dans l’espace public français, et un autre sur la modernité juive, comme «autant d’accomplissements de ses questionnements sans fin». Extraits.

L’antisémitisme n’a pas disparu, je n’ai pas écrit cela. Ce que, avec bien d’autres analystes, j’appelle une nouvelle judéophobie, est une hostilité à l’égard des Juifs qui peut prendre des formes très violentes (les cas que vous citez le prouvent) et vis-à-vis de laquelle je n’ai aucune indulgence. Pour combattre efficacement cette judéophobie, cependant, il faudrait partir du constat qu’elle n’a pas grand-chose à voir avec l’antisémitisme traditionnel.

La haine de Merah ne se nourrissait pas de Barrès ou Céline. L’antisémitisme qui a structuré le processus de formation des sociétés nationales en Europe et qui a largement modelé, pendant deux siècles, leur habitus mental, des élites aux couches populaires, est aujourd’hui en déclin. Au contraire, l’Europe fait de la mémoire de l’Holocauste une sorte de «religion civile» des droits de l’homme et stigmatise l’antisémitisme.Cette condamnation est d’autant plus intransigeante qu’il n’y a pas de Juifs parmi les sans-papiers susceptibles d’expulsion, ces derniers étant plutôt des Africains, des Arabes ou des Roms. La xénophobie et le racisme ont pris d’autres formes et s’exercent contre d’autres cibles. […]

Le mot «islamophobie» n’est-il pas aussi piégé que le mot «antisémitisme» et ne risque-t-il pas de brouiller la frontière entre racisme et critique anticléricale ?

Vous avez raison, cette distinction me paraît nécessaire, comme il me paraît nécessaire de soutenir ceux qui, avec beaucoup de courage, mènent un combat «anticlérical» sous des régimes islamistes ou en voie d’islamisation, comme en Tunisie. En Europe, la défense de la laïcité est souvent une façade derrière laquelle se cache un vieux préjugé colonial. La xénophobie devient respectable lorsqu’elle se cache derrière la défense des droits des femmes et des homosexuels. Alors, déconstruisons aussi la laïcité. […]

Les Inrocks

Mariage pour tous. Loid Oyenamono : «La bataille des anti est perdue d’avance»

Le Nouvel Obs ouvre largement ses colonne aux partisans du mariage pour tous. Parmi eux, Loid Oyenamono, «étudiant en Com/Marketing et blogueur», qui «réclame le progrès social et la fin de la haine».

Encore une fois chers opposants, je vous le répète, la bataille est gagnée d’avance. Que vous soyez, 300.000, 800.000 ou 1.000.000 dans les rues à crier votre indignation, jamais vous n’empêcherez le progrès d’avoir lieu.

Il paraît que le 13 Janvier dernier, un peu plus 500.000 personnes étaient dans la rue pour exprimer leur opposition à ce projet de loi. Réalisant par la même, l’une des plus grandes manifs de protestation en France de ces trente dernières années. Eh bien, mon propos s’adressera ici à ceux-là. Ceux-là qui ont bravés le froid il y’a deux dimanches de cela pour nous dire leur opposition. Votre combat est vain ! […]

Lire la suite

Pour Google et Twitter, les Noirs puent

Si la saisie semi-automatique de votre navigateur est activée, vous verrez, si vous posez la question de savoir « pourquoi les noirs », vous verrez s’afficher les suggestions « sentent mauvais, puent, ont une odeur forte… ».

Il ne s’agit pas pour moi de verser dans la complainte ou la victimisation : ce que reflète Google c’est simplement les préjugés du plus grand nombre. Google doit-il laisser les affichages tels quels, voire les entretenir, en n’éliminant pas des recherches associées aussi nauséabondes ?

Les noirs sentent fort, un peu bizarre, ils puent… Pas comme certains Blancs qui dégagent le camembert ou le macchabée : les Noirs ça schlingue le bouc ! Je confirme. Mais notre odeur n’est pas toute notre essence.

Les odeurs des Noirs sont la forêt primaire à travers laquelle nombre de mythes prospèrent. C’est étonnant que l’on se pose la question de nos odeurs quand sont de notoriété publique les problèmes d’eau que nous avons et la cherté des parfums, ce n’est pas chez nous que Dior ou Hugo Boss battent leurs records de vente. [...]

Au Cameroun, on n’utilise jamais d’eau pour se laver les dents, on se contente des racines de certains arbres dont on s’astique consciencieusement. C’est pourquoi nos dents sont si blanches ; ici on pense que l’eau rend les dents jaunes. Il suffit pour s’en convaincre de voir les dents des Blancs ou des plus claires (donc les plus aisées) de nos femmes noires, toutes jaunies, comme si au lieu de racines elles utilisaient du tabac à chiquer. Nos pipis, eux, sont recyclés pour de prétendues thérapies, mais il s’agit en réalité de combler notre soif.

Si vers 17 heures, un Africain vous propose du thé, vous savez désormais de quoi sera faite votre boisson. Le thé c’est pour l’exportation, nous n’avons pas assez d’eau pour en consommer nous-mêmes. Il y a nos brasseries qui ont eu l’idée de commercialiser les pipis, sous forme de boisson énergisante : les Camerounais en redemandent ! On boit du pipi partout maintenant, les jeunes lui prêtent des vertus aphrodisiaques, les vieux des propriétés de jouvence. [...]

Afrik.com

Merci à Født Til å Herske