Russie: les municipales à Moscou mettent en lumière la xénophobie

Le candidat d’opposition fait de l’immigration illégale un de ses thèmes de campagne et le maire sortant pro-Kremlin accuse les migrants de la « moitié des crimes » dans la ville: la municipale de dimanche à Moscou met en lumière la xénophobie croissante en Russie.

« Je vais mettre fin à l’orgie de l’immigration illégale!« : la promesse lancée par le principal candidat d’opposition, Alexeï Navalny, lors d’un récent meeting de campagne, a suscité les applaudissement nourris de milliers de ses partisans.

Grand favori du scrutin, Sergueï Sobianine, un ancien chef de cabinet de Vladimir Poutine qui a remis en jeu son mandat à la tête de la ville, n’est pas en reste : « la moitié de tous les crimes en ville sont commis par des migrants » a-t-il affirmé dans une récente interview.

Même le candidat du parti Iabloko (centre gauche), Sergueï Mitrokhine, qui évite généralement la rhétorique nationaliste, souligne sur ses affiches électorales qu’il est contre « la transformation de Moscou en une province d’Asie centrale ».

Environ un million de ressortissants étrangers ont été enregistrés à Moscou au cours des premiers sept mois de l’année, selon le Service d’immigration russe.

[...]Les Russes se sentent parfois minoritaires dans certains quartiers de la capitale, argumente une députée du conseil municipal de Moscou, sous couvert de l’anonymat.
« Les parents viennent chez moi en larmes », après avoir découvert qu’il n’y a que cinq enfants russes dans une classe de 26 élèves, a-t-elle déclaré à l’AFP.

A Moscou, capitale d’un gigantesque pays, on n’a jamais aimé les migrants, même les Russes venant de province à l’époque soviétique, souligne la journaliste Zaïra

Abdoullaïeva, originaire du Daguestan, une république du Caucase russe à majorité musulmane.

Les Moscovites reprochent notamment aux immigrés musulmans de cuire la viande en pleine rue ou de prier par milliers dans la rue lors des grandes fêtes religieuses, faute de place à l’intérieur des quelques mosquées de la ville.

La plupart des immigrés « sont très différents » des Moscovites, et les gens « cherchent toujours un ennemi », souligne Mme Abdoullaïeva.

El Watan

Le maire de Moscou : « Les gens qui viennent de cultures très différentes de la nôtre feraient mieux de vivre dans leurs pays d’origine.»

Moscou: le maire s’attelle au problème migratoire. Le maire de Moscou Sergueï Sobianine s’est opposé à la création de quartiers à prédominance ethnique dans la capitale, qui doit selon lui « rester une ville russe ».

« Des gens qui parlent mal russe et qui viennent de cultures très différentes de la nôtre feraient mieux de vivre dans leurs pays d’origine. Il s’agit de travailleurs saisonniers qui doivent revenir dans leurs familles et dans leurs foyers », a indiqué M.Sobianine.

fr.ria.ru

Le pouvoir russe réprime brutalement les adversaires d’une loi sur le mariage

De notre correspondant permanent à Moscou.

Le 24 mars c’est une immense manifestation qui s’est déroulée dans les rues de Moscou. Plus d’un million et demi de personnes selon les observateurs étrangers, 300.000 selon le régime et la presse aux ordres. La réaction du pouvoir a été violente. Rappelées de Sibérie et de Tchétchénie, les forces spéciales ont dispersé brutalement les manifestants. Les robocops n’ont pas hésité à gazer des enfants avec des « aérosols » (sic) dont l’usage est condamné par l’Union européenne, aérosols, qui plus est, périmés selon une ONG de défense des droits de l’homme.

Depuis, les manifestations se multiplient. Le pouvoir y répond par des arrestations de plus en plus arbitraires. Des pères de famille ont été interpellés pour port de « tee-shirt interdit ». Soixante-sept jeune gens ont été gardés à vue à la Loubianka pour avoir tenté d’organiser un pique-nique près de la Place Rouge. Des jeunes filles qui faisaient un sit-in pacifique ont été violemment précipitées dans la bouche de métro Pushkinskaya par les sbires du pouvoir : des méthodes qui évoquent, pour un Français, celles du sinistre Papon réprimant les patriotes algériens, en 1961, au métro Charonne.

Les conditions du vote de la loi à la Douma ont été dignes d’une république bananière : moins de cinquante élus étaient présents mais la loi est réputée avoir été adoptée par plus de 300 députés ! Impensable pour qui est un habitué des procédures parlementaires des démocraties occidentales. Des parlementaires ont même été empêchés par la police de rejoindre la Douma.

Une vague de manifestations a alors déferlé sur tout le pays. Les ministres et les gouverneurs sont partout accueillis par des broncas. Le harcèlement démocratique bat son plein. En visite dans son propre fief de Saint-Pétersbourg, le président Poutine a dû accéder à la mairie par la porte de service…

Manslov Gazov, le ministre de l’Intérieur, a tonné contre les « provocateurs fascisants » et dénoncé des « houligans » : le mot même employé par Leonid Brejnev pour condamner les dissidents à l’époque de Soljenitsyne. Pour les ONG occidentales il est clair que Manslov Gazov (un ancien de SOS Communisme) a mobilisé la section manipulation du FSB (héritière du KGB) pour multiplier les actions de provocation. Les médias du régime ont d’ailleurs complaisamment relayé le saccage commandité d’un bar pro-Poutine dans l’Oural et la prétendue agression de deux partisans de la loi Poutine à Moscou (une simple querelle de sacs à main en fin de soirée).

Derrière le rideau de fumée des médias du régime, le nombre des prisonniers politiques s’accroît. Le régime aux abois multiplie les rafles pour mettre à jour ses fichiers. Les geôles de Manslov Gazov sont pleines. Le 18 avril des dizaines d’inoffensives babouchkas ont été embarquées sans ménagements, alors qu’elles papotaient près du monument aux morts à la grande guerre patriotique ; et dans la nuit des dizaines de jeunes veilleurs silencieux, à la Gandhi, ont fait l’objet de très violentes interpellations.

Le Parlement européen s’est ému et a sommé le pouvoir russe de ne pas paralyser les réseaux internet comme on en prête l’intention à Manslov Gazov. Et les ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne vont convoquer les ambassadeurs russes pour leur faire des remontrances et leur rappeler les droits de l’opposition démocratique. Le Printemps russe, c’est maintenant !

Le Monde, Le Figaro, Le Parisien, Libération d’après l’AFP, à voir aussi sur France 2, TF1, M6 et Direct 8.

Polémia
18/04/2013

[Un échantillon de ce qu’on aurait pu lire dans la presse française si les événements de Paris avaient eu lieu à Moscou.]

Le maire de Moscou refuse la construction de nouvelles mosquées car «les moscovites sont excédés» (màj)

[Ajout du 2 avril 2013]
File:Moscow_-_The_Kremlin_01.jpg

Le maire de Moscou confirme qu’il n’y a pas de plan pour construire de nouvelles mosquées dans la ville. Il trouve que le nombre de migrants est  excessif et que c’est une chose nuisible à l’économie.

« Les moscovites sont excédés par les gens qui parlent une langue différente, ont des manières différentes, avec un comportement agressif. Ce n’est pas purement ethnique mais c’est lié à certaines caractéristiques ethniques » ajoute-il.

De plus, le maire de Moscou précise qu’il n’y a pas Lire la suite

Quand la Russie montre sa puissance… douce

EXCLUSIVITÉ FORTUNE : Tribune libre de Vassily, l’un de nos lecteurs.

[...] Pour modifier son image de pays agressif rongé par des instincts totalitaires, la Russie a décidé de passer à la vitesse supérieure en matière de « soft power » ou puissance douce: une série d’efforts visant à modifier l’image du pays directement au sein de l’opinion publique internationale, en défendant sa politique, ses valeurs et sa culture via des moyens non coercitifs.
Pour redorer son blason, la Russie a du pain sur la planche: le pays est systématiquement dépeint dans les médias dominants comme un État autoritaire ayant hérité des tendances dominatrices de son prédécesseur, l’URSS. [...]

La France est en première ligne des efforts de Moscou. Rien d’étonnant à cela, car historiquement l’Hexagone est un référent traditionnel: que l’on songe à l’aristocratie russe dont la langue était le français, ou à la première page de Guerre et paix écrite dans notre langue. Aux yeux des Russes, la France est l’alter ego, un État où naissent des tendances historiques qui parcourent ensuite l’Europe et le monde. Une nation qui passionne la population russe et ses dirigeants. Un pays frère, qui désormais inquiète.

[...] Nous avons décidé de nous focaliser sur la bataille médiatique menée par la Russie en France et dans le monde.

Suite et commentaires sur Fortune

Russie : un tiers des viols commis par des clandestins (police)

Un meurtre sur huit et un viol sur trois sont commis à Moscou par des immigrés clandestins, a annoncé jeudi Vadim Iakovenko, chef des autorités d’instruction de la capitale, lors d’une réunion des responsables du Comité d’enquête de Russie.

Hebergeur d'image

« L’immigration clandestine demeure malheureusement un grave problème pour la ville. En 2012, un meurtre sur huit et un viol sur trois ont été commis par des étrangers« , a déclaré M. Iakovenko. [...]

Ria Novosti

Merci à Philémon

Russie : Gang Anti-Dealers de Drogue (vidéo)

En Russie et plus précisément dans la ville de Moscou, un groupe d’activistes s’est organisé afin de rendre justice lui-même. Après s’être attaqué aux pédophiles et aux dealers de drogue, voici qu’ils remettent le couvert en s’attaquant aux voitures de nouveaux dealers. À coup de hache et de coup de pied ils détruisent et incendie les véhicules des trafiquants de stupéfiants.

Russie : l’Epiphanie orthodoxe fêtée dans l’eau glacée (vidéo)

Le 6 janvier (calendrier orthodoxe), l’Église orthodoxe célèbre la fête de la Théophanie : selon les Évangiles, par son baptême dans le Jourdain, le Christ est manifesté comme Fils de Dieu. Cette fête est le pendant orthodoxe de la fête de l’Épiphanie dans l’Église catholique.

Les Russes se baignent dans l’eau glacée le jour de la fête de la Théophanie, on appelle cette coutume « les bains de la Théophanie » yordan en souvenir du baptême de Jésus-Christ dans les eaux du Jourdain. Cependant certains membres du clergé de l’Église russe y voyant de la superstition, interdisent ces pratiques, suivant l’avis de l’archiprêtre Sergueï V. Boulgakov (in Livre de chevet des célébrants). Wikipedia

Moscou, 19 janvier 2013