Fdesouche

L’esprit woke de certaines entreprises crée un effet de repoussoir pour certains salariés. Quitte à changer d’emploi, ou interrompre un processus de recrutement.

«Recherche directeur.trice de communication, qui sera en relation quotidienne avec les chef.fe.s de l’équipe sale». Dans leurs annonces de recrutement, certaines entreprises annoncent la couleur. […]

Ce sabir surfant sur une vague woke finit par exaspérer des salariés, las de cette bannière idéologique revendiquée par leur direction, parfois de façon péremptoire, et avec laquelle ils ne se sentent pas alignés. Quitte à ne pas poursuivre un processus de recrutement, changer d’entreprise, ou rester, mais en refusant d’utiliser cet inclusivisme linguistique. […]

Le recruteur RH d’une boîte de développement de logiciels lui demande par mail par quel pronom il souhaite être appelé pendant l’entretien: «elle», «il», «iel», ou bien s’il a une autre proposition. […]

«J’ai abandonné le processus de recrutement, témoigne-t-il. Ce genre de demande reflète l’état d’esprit de la boîte qui veut surfer sur la vague “woke” à l’américaine des Gafam (acronyme de Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft, NDLR). Je ne me projette pas du tout dans une boîte où tout est fliqué». […]

Le Figaro


Fdesouche sur les réseaux sociaux