Fdesouche

« La priorité est l’apprentissage du français », assure Anna Mospan. La jeune mère de famille ukrainienne, et ses enfants Oleksii, 13 ans, de Maksym, 11 ans, Polina, 9 ans, ont fui la guerre en Ukraine. (…)

Oleksii, passionné de mathématiques et élève brillant selon sa mère, a travaillé son français tout l’été pour ne pas perdre ce qu’il avait acquis (…). « La professeure a prévu un module renforcé à la rentrée pour que je progresse rapidement, explique Oleksii. J’ai hâte de reprendre les cours. » (…)

Selon Anna : « Les enfants peuvent s’habiller avec des tenues colorées, des paillettes même. En Ukraine, il faut être sobre. Au départ, je confondais certains professeurs avec les élèves », sourit-elle. Elle relève aussi une différence moins anecdotique : « En France, les cours sont plus ancrés dans la vie quotidienne : du code de la route au jardinage, en passant par la navigation et les premiers secours. En Ukraine, l’enseignement se focalise sur les matières plus classiques telles que les mathématiques et la chimie. » (…)

Durant l’été, la famille a pu visiter Brest et ses alentours. Oleksii s’est aussi affairé à cuisiner des recettes françaises comme « la ratatouille, le gratin de légumes ou la crème brûlée, énumère-t-il. Une façon de continuer l’apprentissage du français d’une autre manière. »

Ouest France


Fdesouche sur les réseaux sociaux