Fdesouche

La carrière de Yassine Belattar a basculé en France. L’humoriste s’est retrouvé dans plusieurs polémiques médiatiques et s’est vu également menacé de mort.

En juin 2022, Yassine Belattar a porte plainte auprès du parquet de Paris après avoir reçu une escalade de menaces de mort faisant explicitement référence aux attentats du Bataclan et à l’attentat de Christchurch qui a fait 51 morts en 2019 en Nouvelle-Zélande.

«Christchurch 2 serait une belle revanche du Bataclan (…) Des crânes rasés qui débarquent dans ta salle de spectacle, hihi», lui a écrit un internaute sur sa page Facebook. «Protégez-vous, on arrive», avait continué l’auteur des menaces.

De plus, sa parole publique est scrutée par des partisans d’extrême droite, mettant sa vie en danger. A titre d’exemple, en novembre 2021, Yassine Belattar est accusé par deux salariés soutenu par Eric Zemmour et Marion Maréchal, de les avoir séquestrés, menacés de mort ainsi que de leur avoir volé du matériel à l’issue d’une représentation au Théâtre de Dix heures. Cependant, Yassine Belattar ainsi que cinq témoins interrogés contestent la version des salariés du «Livre noir», un média de droite.  
«L’acte symbolique est de me retirer», en mettant fin à sa carrière d’humoriste, explique Yassine Belattar.

Fier de ses racines marocaines, l’humoriste a décidé de s’investir au Maroc. Il espère réaliser des projets afin de mettre en avant les forces locales du pays. L’artiste entend faire «de belles choses avec les Marocains et pour les Marocains». Pour Yassine Belattar, «au Maroc une nouvelle page qui s’écrit».

Yabiladi


Fdesouche sur les réseaux sociaux