Fdesouche

Biologiquement un homme, il est autorisé à jouer au rugby contre des lycéennes et blesse trois filles de l’autre équipe. Cela n’a rien de surprenant, étant donné que l’instance mondiale de ce sport avait explicitement mis en garde contre le fait de laisser des hommes affronter des femmes.

L’athlète transgenre qui joue dans l’équipe de rugby féminine du lycée de Guam a blessé trois filles du lycée Tiyan lors du match d’ouverture de la saison, selon l’entraîneur de l’équipe adverse. Conrad Kerber, qui entraîne les équipes de garçons et de filles de Tiyan, a déclaré que “la nature agressive dont nous avons été témoin a clairement montré qu’il s’agissait d’un problème concret auquel nous devons faire face”.

Bien sûr, faire concourir un homme contre des femmes dans n’importe quel sport est évidemment injuste. Dans le rugby, un sport de contact, c’est dangereux. Tout le monde le comprend implicitement, mais World Rugby est allé plus loin et a étudié cette question exacte, produisant un rapport en 2020 qui a clairement montré à quel point le politiquement correct dans le rugby est dangereux.

L’étude de World Rugby a révélé que les joueuses qui étaient plaquées par des hommes avaient un risque de blessure accru de 20 à 30 %. En moyenne, les hommes sont “25 à 50 % plus forts, 30 % plus puissants, 40 % plus lourds et environ 15 % plus rapides” que leurs homologues féminines.

Le rapport de World Rugby a également déterminé que les directives du Comité international olympique, qui autorisent les hommes à concourir contre les femmes si leur taux de testostérone est inférieur à un seuil arbitraire, n’étaient “pas adaptées à l’objectif” car il n’y a “que de faibles réductions de la force et aucune perte de masse osseuse ou de volume ou de taille musculaire après suppression de la testostérone”.

Pour une raison quelconque, une ligue de rugby lycéenne a déterminé qu’elle en savait plus que l’instance sportive mondiale lorsqu’il s’agissait de la sécurité des lycéennes pratiquant ce sport. Ainsi, au nom du politiquement correct et de “l’affirmation du genre”, un garçon a été autorisé à blesser des filles, et en blessera certainement d’autres si cela se poursuit pendant la saison. C’est inacceptable et irresponsable, et les officiels qui ont permis que cela se produise devraient tous être obligés de répondre de leurs défaillances.

Washington Examiner


Fdesouche sur les réseaux sociaux