Fdesouche
https://www.revue-elements.com/produit/la-societe-de-surveillance/

Après l’entrée de 15.000 clandestins via la frontière américano-mexicaine au Texas, Biden dénonce la maltraitance des gardes-frontières montés sur chevaux (MàJ)

24/09/2021


20/09/2021


DEL RIO, Texas (AP) – Les États-Unis ont renvoyé dimanche dans leur pays les Haïtiens qui campaient dans une ville frontalière du Texas et ont tenté d’empêcher d’autres personnes de traverser la frontière avec le Mexique, dans une démonstration de force massive qui a marqué le début de ce qui pourrait être l’une des expulsions à grande échelle de migrants ou de réfugiés les plus rapides des États-Unis depuis des décennies.

Plus de 320 migrants sont arrivés à Port-au-Prince sur trois vols, et Haïti a déclaré que six vols étaient attendus mardi. Au total, les autorités américaines ont expulsé une grande partie des quelque 12.000 migrants qui campaient autour d’un pont à Del Rio, au Texas, après avoir traversé depuis Ciudad Acuña, au Mexique.

Les États-Unis prévoient de commencer sept vols d’expulsion par jour à partir de mercredi, quatre vers Port-au-Prince et trois vers le Cap-Haïtien, selon un responsable américain qui n’était pas autorisé à en parler publiquement. Les vols continueront à partir de San Antonio mais les autorités pourraient ajouter El Paso, a précisé le fonctionnaire.

Lorsque la frontière a été fermée dimanche, les migrants ont d’abord trouvé d’autres moyens de traverser à proximité jusqu’à ce qu’ils soient confrontés aux forces de l’ordre fédérales et étatiques. Un journaliste de l’Associated Press a vu des immigrants haïtiens continuer à traverser la rivière vers les États-Unis à environ 2,4 kilomètres à l’est du point précédent, mais ils ont finalement été arrêtés par des agents de la Border Patrol (USBP, en français « Patrouille frontalière des États-Unis ») à cheval et des représentants de la loi du Texas.

Pendant la traversée, certains Haïtiens portaient sur leur tête des boîtes remplies de nourriture. Certains ont retiré leur pantalon avant d’entrer dans la rivière et l’ont porté. D’autres ne se souciaient pas de se mouiller.

Les agents ont crié aux migrants qui traversaient la rivière de sortir de l’eau. Les quelques centaines de personnes qui ont réussi à traverser et qui sont assises le long de la rive du côté américain reçoivent l’ordre de rejoindre le camp de Del Rio. “Partez maintenant“, ont crié les agents. Les autorités mexicaines, dans un aéroglisseur, ont dit aux autres personnes qui essayaient de traverser de retourner au Mexique.

Certains des migrants présents au camp de Del Rio ont déclaré que le récent tremblement de terre dévastateur en Haïti et l’assassinat du président Jovenel Moïse leur font craindre de retourner dans un pays qui semble plus instable que lorsqu’ils l’ont quitté.

En Haïti, il n’y a pas de sécurité“, a déclaré Fabricio Jean, un Haïtien de 38 ans qui est arrivé au Texas avec sa femme et ses deux filles. “Le pays est en pleine crise politique“.

Depuis vendredi, 3 300 migrants ont déjà été évacués du camp de Del Rio vers des avions ou des centres de détention, a déclaré dimanche le chef de la Border Patrol, Raul L. Ortiz. Il s’attend à ce que 3 000 des quelque 12 600 migrants restants soient déplacés dans la journée, et espère que le reste sera parti dans la semaine.

Ces expulsions rapides ont été rendues possibles par une autorisation liée à une pandémie adoptée par l’ancien président Donald Trump en mars 2020, qui permet de renvoyer immédiatement les migrants du pays sans possibilité de demander l’asile. Le président Joe Biden a exempté les enfants non accompagnés de l’ordonnance mais a laissé le reste en place.

Tous ont reçu 100 dollars et ont subi un test de dépistage du COVID-19, mais les autorités ne prévoient pas de les mettre en quarantaine, a déclaré Marie-Lourde Jean-Charles, de l’Office national des migrations.

AP News


18/09/2021


Le maire démocrate de Del Rio a décrété un état d’urgence et fermé vendredi le pont à la circulation.

La police américaine des frontières, la CBP, a envoyé 400 agents supplémentaires afin “d’améliorer la surveillance de la zone”, a précisé le ministère de la Sécurité intérieure, en dévoilant samedi un plan visant à contenir la situation.

Le gouvernement américain de Joe Biden a annoncé samedi qu’il allait accélérer le rythme des expulsions par avion des plus de 10.000 migrants, surtout des Haïtiens, regroupés depuis plusieurs jours sous un pont au Texas après avoir franchi la frontière depuis le Mexique. Dans un communiqué, le ministère américain de la Sécurité intérieure a annoncé qu’il allait “obtenir des transports supplémentaires pour accélérer le rythme et augmenter la capacité des vols d’expulsions vers Haïti et d’autres destinations“, dans les prochaines 72 heures.

[…]

TV5


Del Rio, Texas, US

De nouvelles images de l’afflux de migrants haïtiens à Del Rio, au Texas, montrent des scènes chaotiques sur le terrain, alors que le nombre de migrants dépasse maintenant les 11.000 et que le service des douanes et de la protection des frontières (CBP) déploie davantage d’agents dans la région, alors que des dizaines de milliers d’autres pourraient être en route.

Le chef de la patrouille frontalière américaine, Raul Ortiz, a atterri à Del Rio, Texas, et se trouve actuellement sur le pont international pour tenter de maîtriser la situation. Un grand convoi de bus et de véhicules de la patrouille frontalière vient de s’arrêter sur le pont international de Del Rio. Si ces bus sont chargés de migrants, on ne sait pas où ils seront emmenés. Les centres de détention locaux sont surchargés. Les agents de la Border Patrol (USBP, en français « Patrouille frontalière des États-Unis ») ici présents me disent qu’ils ne savent pas.

Le représentant Tony Gonzales, R-Texas, dans une interview à Fox News : “Vous pensez que vous êtes dans un pays du tiers-monde, et c’est les États-Unis, c’est Del Rio Texas, et il n’y a littéralement pas de frontière du tout – elle a juste été brouillée.

Pour nourrir ces migrants, leur fournir trois repas par jour, cela coûterait à la ville de Del Rio un million de dollars par semaine“, a-t-il déclaré. “C’est une petite ville qui n’a pas de ressources et pourtant ils doivent littéralement trouver des millions de dollars par semaine pour gérer cette crise – c’est injuste pour eux.

Le service des douanes et de la protection des frontières a déclaré à Fox News que la patrouille frontalière “augmente ses effectifs dans le secteur de Del Rio et coordonne les efforts au sein du DHS et d’autres partenaires fédéraux, étatiques et locaux concernés pour faire face immédiatement au niveau actuel de rencontres avec des migrants et pour faciliter un processus sûr, humain et ordonné. De l’eau potable, des serviettes et des toilettes portables ont été livrés pour que les migrants puissent les utiliser en attendant d’être transportés vers une installation“, a déclaré un porte-parole dans un communiqué.

Pendant ce temps, le maire de Del Rio, Bruno Lozano, a appelé l’administration à agir sur cette crise : “C’est juste quelque chose qui doit être mis en lumière, que nous avons besoin d’une attention rapide de l’administration, nous avons besoin d’une attention rapide à ce sujet, nous avons besoin d’une réponse en temps réel“, a-t-il déclaré.

Les clandestins traversent le fleuve de Rio Grande a pieds sur la digue

Les images de l’afflux de migrants haïtiens à Del Rio (Texas, US) montrent le chaos sous le pont alors que le nombre de migrants dépasse les 11.000 :

Fox News


16/09/2021

Il y a eu plus de 208.000 entrées de migrants au cours du seul mois d’août 2021.

Le nombre de migrants, principalement originaires d’Haïti, qui attendent sous le pont international de Del Rio, au Texas, a doublé pour atteindre plus de 8.000 en une seule journée. Mercredi, ils étaient plus de 4 000, mais jeudi matin, ce nombre avait grimpé à environ 8.200, a déclaré une source à Fox. La Border Patrol (USBP, en français « Patrouille frontalière des États-Unis ») était débordée et que la situation était “hors de contrôle”. Entre-temps, une source des forces de l’ordre a déclaré qu’une grande majorité des migrants sont des Haïtiens et que d’autres arrivent au pont à chaque minute.

Les images de drone de Fox News montrent que le nombre de migrants sous le pont, qui n’attendent que d’être appréhendés par la patrouille frontalière, a augmenté en une seule journée.

Il s’agit d’une nouvelle scène de chaos à la frontière, alors que l’administration Biden continue de s’efforcer de faire face à un afflux continu et incessant de migrants, qui a submergé les autorités et conduit les républicains à affirmer que les politiques d’immigration de l’administration sont à blâmer.

Le service des douanes et de la protection des frontières (CBP) a annoncé mercredi qu’il y avait eu 208 887 rencontres avec des migrants en août, soit une légère baisse par rapport aux 212 000 rencontres de juillet et le deuxième mois consécutif où le nombre de rencontres a franchi la barre des 200 000. Fox News a été le premier à rapporter ces chiffres.

Fox News


Fdesouche sur les réseaux sociaux