Fdesouche
https://www.revue-elements.com/produit/la-societe-de-surveillance/

« Martin Luther King dit que ceux qui veulent la paix doivent apprendre à s’organiser aussi efficacement que ceux qui veulent la guerre. Il en va de même de la démocratie. » C’est avec cette devise que le maire écologiste de Budapest, Gergely Karácsony, a pris la tête d’une petite armée de résistants à l’illibéralisme. Au début, ils n’étaient que quatre : Budapest, Varsovie, Bratislava et Prague. Quatre maires progressistes, qui ont réussi chacun à conquérir la capitale de leur pays au nez et à la barbe des gouvernements populistes qui y règnent. Un pour tous, tous pour un, les quatre mousquetaires ont très vite affiché leur solidarité en concluant en décembre 2019 un « pacte des villes libres ». Sorte de miroir inversé du « V4 », le « groupe de Visegrad » formé par leurs gouvernements illibéraux. A l’époque, on avait raconté leur combat en détail dans « l’Obs ». C’était encore David contre Goliath.

Mais, s’ils partirent à quatre, « par un prompt renfort » − pour paraphraser « le Cid » − ils se virent vingt-trois « en arrivant au port ». Car voilà que les édiles de plusieurs grandes villes européennes, comme Paris, Barcelone, Amsterdam, Francfort, et au-delà, Los Angeles ou Taipei, ont rejoint la semaine dernière, lors d’un sommet organisé à Budapest, l’alliance […]

Mais avec l’arrivée en force d’autres grandes villes européennes, l’alliance prend une tout autre envergure. Lestée par des poids lourds comme Paris, elle s’est donné un objectif commun très concret : obtenir des fonds directs de l’Union européenne pour les municipalités, et en particulier du plan de relance « Next Generation EU » de 750 milliards d’euros, afin d’acquérir une autonomie financière vis-à-vis des Etats. « Anne Hidalgo est allée voir les commissaires européens en janvier pour réclamer que des fonds aillent directement aux villes dans le plan de relance », raconte son émissaire Hermano Sanches Ruivo. […]

“Invitée au Forum sur la démocratie de Budapest, la vice-présidente de la Commission européenne, Věra Jourová, a entendu le message : « Nous devrions être capables de financer directement les municipalités, a-t-elle reconnu. ” […]

L’Obs


Fdesouche sur les réseaux sociaux