Fdesouche

Le confinement a accentué le phénomène des home-jackings, ces intrusions dans les habitations en présence des occupants, plutôt la nuit. À Montpellier en particulier.

Publicité

Home-jacking, cette expression en provenance des États-Unis signifie littéralement vol à domicile en présence des habitants. Dérivé lui-même du car-jacking, apparu il y a une dizaine d’années, qui désignait uniquement un vol des clés de voiture et du véhicule à domicile. Ces agressions crapuleuses prennent quelques rares fois une tournure ultra-violente et virent à la séquestration, comme l’ont vécu Bernard Tapie et sa femme en avril dernier.

Les home-jackings, selon la définition originale, “on en a quotidiennement, principalement la nuit”, confie la patronne de la brigade des atteintes aux biens de la sûreté de l’Hérault, qui couvre les zones police du département.

Selon elle, deux explications. Il s’agit de “faits locaux en augmentation avec le confinement car les gens sont plus souvent chez eux”. Autre influence : “Il y a une hausse des squats un peu partout dans Montpellier, avec beaucoup de mineurs non accompagnés qui vont cambrioler la nuit à proximité, pendant le sommeil des habitants.”

(…) Parfois même piochent dans le réfrigérateur. Un phénomène “très traumatisant, quelqu’un vous a vu dormir, c’est un viol de l’intimité même s’il n’y a pas eu de violences. Certaines victimes veulent même déménager.”

(…) Midi Libre

En lien :


Fdesouche sur les réseaux sociaux