Fdesouche

À Nantes, « une nouvelle délinquance difficile à combattre car les auteurs sont souvent des étrangers mineurs. Nous ne pouvons pas les renvoyer dans leur pays, qui n’en veulent pas »

https://www.revue-elements.com/produit/la-societe-de-surveillance/

Pascal Bolo, adjoint en charge des questions de sécurité dans l’équipe de Johanna Rolland, maire (PS) de Nantes, réagit à l’agression dont a été victime Louisa Amrouche, conseillère municipale dans l’opposition.

Publicité

Pascal Bolo, adjoint (PS) à la sécurité et la tranquillité publique à la mairie de Nantes, a réagi à l’agression dont a été victime Louisa Amrouche, élue de l’opposition, alors qu’elle visitait une maison de retraite. Un homme l’a suivie dans le hall d’accueil et lui a arraché son collier en or et pierres précieuses avant de prendre la fuite à toutes jambes.

Le lieu est très surprenant, le mode opératoire malheureusement pas, résume Pascal Bolo, qui condamne évidemment cette agression et espère que la police résoudra rapidement l’enquête. Mais l’élu nantais confirme aussi l’existence d’une nouvelle source de délinquance, difficile à combattre car les auteurs sont souvent des étrangers mineurs ou qui se disent mineurs et nous avons bien du mal à prouver le contraire. C’est une difficulté que la crise sanitaire a aggravée car nous ne pouvons pas renvoyer les auteurs dans leurs pays, qui n’en veulent pas ».

Ouest-France


Dans son message, Louisa Amrouche se dit victime d’un vol à l’arraché d’un bijou d’une grande valeur affective. Encore sous l’effet du choc, j’ai déposé plainte ce soir au commissariat de police central Waldeck-Rousseau, fait-elle savoir.

Elle replace ensuite l’événement sur le devant de la scène politique et prévient Johanna Rolland : Je ne peux que constater la triste situation d’insécurité qui règne à Nantes. Quand, Madame la maire, allez-vous enfin vous décider à prendre des décisions fortes et responsables pour la sécurité des Nantais ? Au-delà des promesses et des déclarations, les habitants attendent des solutions concrètes. Lors du prochain conseil municipal, j’évoquerai ce point et j’espère obtenir une réponse claire de votre part. Les Nantais n’en peuvent plus. Quelle triste image de Nantes !

Ouest-France

(Merci à Mérovée)


Fdesouche sur les réseaux sociaux