Fdesouche

LAHORE, Pakistan, 17 juin (Reuters) – Un religieux musulman qui a mené des manifestations contre le blasphème au Pakistan a été accusé d’avoir abusé sexuellement d’un étudiant dans une école religieuse, a déclaré la police jeudi.

La police a déclaré que des accusations avaient été portées contre Aziz-ur-Rehman après que des vidéos de téléphones portables montrant l’ecclésiastique en train de forcer l’étudiant sont devenues virales sur les médias sociaux.

L’affaire a suscité l’émoi au Pakistan, pays majoritairement musulman, et l’indignation sur les médias sociaux, beaucoup appelant à une punition sévère pour le religieux.

Le séminaire a déclaré qu’il avait été démis de ses fonctions, et Wafaq-ul-Madaris, l’organisme qui supervise le système des écoles religieuses, a déclaré qu’il lui avait retiré son titre de mufti, qui signifie érudit religieux.

L’étudiant, qui, selon la police, semble avoir une vingtaine d’années, a déclaré dans sa plainte qu’il avait fourni plusieurs enregistrements vidéo et audio pour aider la police à enquêter, ajoutant qu’il s’était caché parce qu’il avait reçu des menaces de mort.

La police a déclaré que l’étudiant leur avait dit que l’ecclésiastique avait abusé de lui pendant plusieurs années. Il a déclaré qu’il avait commencé à filmer ces abus après en avoir eu marre et qu’il avait envoyé les clips vidéo au chef du Wafaq-ul-Madaris.

Rehman a souvent été vu sur des photos et des vidéos de rassemblements anti-blasphème organisés ces derniers mois pour dénoncer la publication en France de caricatures représentant le prophète Mahomet.

Plus de 2,2 millions d’enfants fréquentent les séminaires religieux au Pakistan. Les cas d’abus sexuels sont souvent passés sous silence, bien que certains parents se soient récemment manifestés pour porter plainte.

Reuters


En Lien :


Fdesouche sur les réseaux sociaux