Fdesouche
https://www.revue-elements.com/produit/la-societe-de-surveillance/

“Khey”, “hess”, “sah”… Si l’arabe a déjà une place de choix dans la langue de Molière, les échanges linguistiques entre la France et la Méditerranée sont toujours d’actualité. Ces dernières années, de PNL à Soolking en passant par Booba, la scène hip-hop francophone popularise de plus en plus d’expressions en darija ou en dialecte algérien. Le rap est désormais la musique la plus écoutée en France.

En 2019, avec “Khapta”, le morceau qui le fait connaître au grand public, le rappeur Heuss L’Enfoiré met ce mot arabe, renvoyant à l’ivresse, dans la bouche de milliers de Français de toutes les origines, tout âge et de tous les milieux. Karim Djeriou de son vrai nom, qui a grandi en Seine-Saint-Denis et dont les parents sont Algériens, excelle dans l’art d’introduire des pincées bien choisies de dialecte arabe dans ses refrains. Le nom de scène de cet adepte de la locution “tah” illustre bien ce métissage. Comme lui, de nombreux artistes hip-hop français ou belges utilisent des mots venus du Maghreb dans leurs textes.

Historiquement, le rap français est fait par des artistes issus des banlieues périphériques des grandes villes, comme le groupe NTM, et de Paris intra-muros, comme Assassin, rappelle le linguiste Julien Barret. Les rappeurs diffusent donc un argot urbain qui se répand dans le langage commun, notamment à travers leur musique.”   […]

Je pense que la démocratisation des vacances au bled, avec la baisse du prix du billet d’avion dans les années 1990, a accentué le phénomène,” poursuit Abdelkarim Tengour dit “Cobra Le Cynique”, informaticien de formation, auteur du site de référence Le Dictionnaire de la Zone. Souvent, les mots sont francisés pour s’adapter au palais de la majorité de la population. C’est le cas de “wallah” qui se prononce différemment de part et d’autre de la Méditerranée. Et cet apport s’est encore amplifié ces vingt dernières années, “en raison de l’augmentation des inégalités et du repli communautaire qui en découle”, analyse Abdelkarim Tengour. “Cheh”, “zarma” “zbeul” ou “sah” font partie des dernières importations en date.   […]

diaspora


Fdesouche sur les réseaux sociaux