Fdesouche

Le ministère de l’éducation de l’Arizona aurait créé une “boîte à outils sur l’équité” qui apprend aux parents comment des enfants de 3 mois seulement peuvent développer des préjugés raciaux et encourage les parents et les enseignants à parler de la race aux jeunes enfants.

« SCOOP : Le ministère de l’éducation de l’Arizona a créé une boîte à outils “d’équité” qui affirme que les bébés montrent les premiers signes de racisme à l’âge de trois mois et que les enfants blancs “restent fortement biaisés en faveur de la blanchité” à l’âge de cinq ans” » , a rapporté l’écrivain Christopher F. Rufo sur Twitter.

Une infographie jointe au tweet montre comment les attitudes raciales des enfants évoluent de la naissance à l’âge de 6 ans, les nouveau-nés ne montrant aucune préférence raciale mais commençant à en développer une dès l’âge de 3 mois.

“À la naissance, les bébés regardent de la même façon les visages de toutes les races. À 3 mois, les bébés regardent davantage les visages qui correspondent à la race de leurs parents”, indique le graphique.

À 30 mois, les enfants utilisent la race pour choisir leurs camarades de jeu, et à 4 ou 5 ans, les “expressions de préjugés raciaux” des enfants atteignent un sommet.

Mais alors que les enfants noirs et hispaniques commencent à perdre leur racisme inhérent, les enfants blancs sont apparemment enclins à véhiculer des préjugés raciaux plus loin dans l’adolescence.

“À cinq ans, les enfants noirs et latino-américains qui participent à des recherches ne montrent aucune préférence pour leur propre groupe par rapport aux Blancs ; les enfants blancs de cet âge restent fortement influencés en faveur de la blanchité”, peut-on lire dans le graphique.

Une autre lecture recommandée apprend aux “parents blancs” comment “parler de race à leurs enfants”.

“Les parents blancs peuvent et doivent commencer à aborder les questions de race et de racisme dès le plus jeune âge, avant même que leurs enfants ne sachent parler”, peut-on lire dans la leçon. “Éviter le sujet, plutôt que de le contrer activement par des attitudes et des actions antiracistes, ouvre simplement la porte aux enfants pour qu’ils absorbent les préjugés du monde qui les entoure”.

Un outil, intitulé “Ce que les enfants blancs doivent savoir sur la race”, s’oppose aux approches “neutres” et “non différenciées” de la race, affirmant que ces approches sont un “outil de la blanchité”. Les enfants blancs devraient plutôt “développer une identité raciale positive, ce qui nécessite une compréhension du racisme systémique”.

“Alors que les étudiants peuvent avoir besoin d’être rassurés sur le fait qu’ils n’ont pas demandé à être blancs … ils devraient également savoir que la réalité dans laquelle ils sont intégrés attribue des privilèges immérités dûs à leur blanchité”, note la ressource. “C’est en se voyant dans un contexte radicalisé plus large que les blancs peuvent commencer à comprendre comment ils peuvent travailler pour changer le racisme – et changer ce que signifie être blanc”.

D’autres outils avertissent que l’on peut “être raciste” même si l’on a un ami, un compagnon ou un enfant noir,

La ressource dit que les blancs “balancent des concepts” tels que “la carte de la race, les crimes des noirs contre les noirs, le racisme inversé” et “l’indiffrenciation” comme un moyen de “soulager une partie de leur fragilité blanche”.

“Ce sont des termes inventés que les Blancs utilisent pour se sentir mieux dans leur peau”, dit la ressource.

Bien que la ressource dise que c’est une “bonne” chose pour les blancs d’avoir eu des enfants, des partenaires et des amis de couleur, elle avertit que “ces relations ne vous donnent pas un aller simple pour sortir de Racismeville”.

“Si nous, les Blancs, n’écoutons pas, n’apprenons pas et ne changeons pas en fonction de ce qu’on nous enseigne dans le cadre de ces relations, nous ne faisons rien de bon”, poursuit l’outil. “En fait, nous faisons plus de mal que de bien. Le fait d’applaudir lorsqu’on nous interpelle prouve seulement que les Blancs ne peuvent pas supporter de ne pas être au centre de chaque conversation, politique et action”.

Le ministère de l’éducation de l’Arizona n’a pas répondu immédiatement à la demande de commentaires du Washington Examiner.

The Washington Examiner

Récemment sur Fdesouche :


Fdesouche sur les réseaux sociaux