Fdesouche

Le service de l’éducation de l’Oregon promeut et encourage ses éducateurs à s’inscrire à un cours qui compare l’enseignement moderne des mathématiques aux “caractéristiques toxiques de la culture de la suprématie blanche”.

Publicité

Un bulletin d’information envoyé par l’organisme gouvernemental la semaine dernière mentionnait un cours intitulé “Un Chemin vers l’Équité dans l’Enseignement des Mathématiques : Démanteler le Racisme dans l’Enseignement des Mathématiques“, auquel les enseignants peuvent participer le 21 février. Le programme cherche à inscrire les éducateurs sur la “voie vers l’équité en mathématiques” en explorant “les ethnomathématiques” avec “une pédagogie, des pratiques et un programme d’études antiracistes et culturellement pertinents”.

La culture de la suprématie blanche s’infiltre dans les salles de classe de mathématiques dans les actions quotidiennes des enseignants“, indique la description du cours. “Couplée aux croyances qui sont à la base de ces actions, elle perpétue le préjudice éducatif sur les élèves noirs, latinx et multilingues, les privant d’un accès complet au monde des mathématiques”.

Le cours continue avec une section sur la “culture de la suprématie blanche” dans les classes de mathématiques, disant : “Cela renforce l’idée qu’il n’y a qu’une seule bonne façon de faire des mathématiques. L’histoire des mathématiques, de leur colonisation et de ce qui est considéré comme un savoir “acceptable” est riche et complexe. Par conséquent, la manière dont les mathématiques sont enseignées aux États-Unis doit être remise en question car elle est actuellement centrée sur les méthodes occidentales et eurocentriques de traitement et de connaissance de l’information. Lorsque les étudiants sont tenus d’apprendre de cette manière, soit ils doivent désapprendre les traditions autochtones qu’ils ont apprises pour répondre aux attentes des enseignants, soit ils sont privés de l’apprentissage des mathématiques dans leur histoire ancestrale. Pour les enseignants, le fait d’enseigner de la manière dont ils ont appris renforce également le droit au confort des enseignants, car il est plus facile de se conformer que de se mettre au défi d’enseigner les mathématiques différemment”.

Le programme insiste pour que les éducateurs “identifient et remettent en question les façons dont les mathématiques sont utilisées pour soutenir les points de vue capitalistes, impérialistes et racistes”. Il a ajouté qu’il est “sans le moindre doute faux” de supposer que les mathématiques sont une discipline “objective”.

Le concept de mathématiques purement objectives est sans le moindre doute faux, et encore moins pour son enseignement”, a-t-il déclaré. “Soutenir l’idée qu’il y a toujours des bonnes et des mauvaises réponses perpétue l’objectivité ainsi que la peur d’un conflit ouvert”.

Le cours a plutôt encouragé les enseignants à “trouver au moins deux réponses qui pourraient résoudre ce problème”. Le cours est également truffé de conseils pour rejeter “l’individualisme” au profit du “collectivisme”.

“Bien qu’il y ait de l’intérêt à ce que les étudiants puissent travailler de manière indépendante, lorsque c’est la seule ou la plus courante des voies d’apprentissage ou de pratique, cela renforce l’individualisme et l’idée que je suis seul”, peut-on lire dans le document. “Cela ne valorise pas le collectivisme et la compréhension de la communauté, et favorise les conditions de concurrence et de réussite individuelle, ce qui perpétue l’idée que si un étudiant échoue, c’est parce qu’il ne fait pas assez d’efforts ou qu’il s’en moque“.

La formulation comportait également une attaque apparente contre les pratiques capitalistes.

“Nous ne pouvons pas démanteler le racisme dans un système qui exploite les gens pour le profit privé”, a-t-il déclaré. “Si nous voulons démanteler le racisme, alors nous devons construire un mouvement pour une justice économique.”

Le département de l’éducation de l’Oregon n’a pas répondu immédiatement à une demande de commentaires du Washington Examiner.

Washington Examiner


Fdesouche sur les réseaux sociaux