Fdesouche

(…) « Vous croyez que l’on efface la mémoire d’une ville d’un coup de baguette magique ?, confie l’un des adversaires politiques les plus affûtés de Ali Rabeh. Didier Lemaire dit tout haut ce que beaucoup de Trappistes résignés, apeurés, dégoûtés, n’osent plus dire. À Trappes, les salafistes ont réussi à “purifier” presque tous les esprits, mais pas celui du prof de philo… »

(…) Didier Lemaire tire à boulets rouges sur le maire Ali Rabeh : « C’est un manipulateur, il m’a sali. Et aujourd’hui il se permet d’enfreindre les codes de la République en s’introduisant dans le lycée pour faire sa propagande… » Ce jeudi, en effet, la tension est montée d’un cran dans la ville au moment où le maire et certains de ses colistiers ont distribué un tract à l’extérieur et à l’intérieur du lycée, adressé aux élèves et dénonçant les accusations de Didier Lemaire.

Ce même jour ces camarades professeurs sont sortis de leur réserve et se sont indignés dans un communiqué du battage médiatique et politique qui sème, selon eux, la pagaille dans leur établissement : « Notre collègue Didier Lemaire s’est exposé à titre personnel pour défendre nos élèves contre l’emprise du radicalisme, emprise dont nous percevons régulièrement les échos. La sincérité de son engagement ne fait aucun doute pour nous qui avons travaillé avec lui au quotidien. (…) Nous demandons que cessent les intrusions d’élus et le harcèlement médiatique dont nous faisons l’objet afin de nous laisser accomplir notre travail en paix. »

Requinqué par ce communiqué – « un texte magnifique et plein d’espoirs » -, soulagé que d’anciens élèves lui aient écrit pour le soutenir à fond, mais inquiet pour ses élèves d’aujourd’hui qui, selon lui, subissent « une énorme pression religieuse » (…)

Marianne


Fdesouche sur les réseaux sociaux