Fdesouche

Invité de BFM TV ce vendredi matin, le professeur de philosophie Didier Lemaire est revenu sur la polémique dont il fait l’objet depuis un mois pour avoir dénoncé l’islamisation de la ville de Trappes, où il enseigne depuis vingt ans. «Je maintiens mes propos. Trappes est une ville perdue», a-t-il déclaré au journaliste Bruce Toussaint.

Le professeur de philosophie, qui a confirmé ne plus enseigner depuis la controverse, s’est défendu de tout mensonge et militantisme, ce dont l’accuse le maire de Trappes Ali Rabeh : «Je suis un lanceur d’alerte. L’étiquette d’affabulation vise à me discréditer», affirme-t-il. «Je suis professeur de philosophie. Ce que j’observe, c’est d’abord dans mes classes, mais aussi dans mon travail dans les associations à Trappes. Il y a peut-être des inexactitudes, je n’ai pas moi-même enquêté. Mais ça ne change pas la question, c’est-à-dire qu’il n’y a plus de mixité à Trappes dans les lieux publics.»

Racontant être retourné la veille dans son lycée de Trappes pour récupérer des affaires, Didier Lemaire a rapporté avoir vu devant l’établissement une fillette de six ou sept ans portant un voile intégral. «C’est la réalité de notre pays. Les enfants ne sont pas protégés par la République. La ville de Trappes n’est pas la seule touchée par ce problème», a poursuivi le professeur de philosophie.

Le Figaro


Fdesouche sur les réseaux sociaux