Fdesouche

Près de deux ans après l’accident qui a tué deux adolescents à Villiers-le-Bel (Val-d’Oise), les relations entre la population de cette ville, qui compte de nombreux immigrés, et les forces de l’ordre n’ont de cessé de se dégrader.
L’incompréhension est totale entre les «jeunes» et la police, qui évite pourtant de se rendre dans les quartiers trop «sensibles». Début juin, vont être mises en place les unités territoriales de quartier (Utec) qui auront pour mission de rétablir un lien entre policiers et «jeunes», en favorisant la discussion et la prévention.

Le 9 mai, une énième rixe entre jeunes et policiers a connu une issue dramatique : deux “jeunes” ont été gravement blessés à l’œil par des tirs de flash-balls et des gaz lacrymogènes. (…) La police a expliqué s’être déplacée suite à une plainte pour tapage nocturne. Une intervention banale qui se solde par le caillassage d’un véhicule. Les forces de l’ordre ripostent alors en utilisant des flashballs et des grenades lacrymogènes.
Mais que dit la police ? La même chose, il suffit d’inverser les rôles. En chiens de faïence, les uns observent les autres avec crainte. Jean-Michel Marchienne de l’UNSA-Police explique que ses collègues travaillent en se demandant s’ils s’en sortiront indemnes. Lorsque les policiers interviennent à Villiers-le-Bel, c’est avec la peur que les menaces proférées par les jeunes -venger les adolescents morts en 2007- soient mises à exécution. J.-M. Marchienne raconte que les policiers ne vont plus dans ces cités pour éviter d’être face à des situations incontrôlables. Et il admet que les ordres n’encouragent pas à s’y rendre.
En tout, 57 fonctionnaires de police sont basés dans cette ville de 27 000 habitants. Insuffisant, accusent la mairie et les syndicats de police. Le 2 juin, 21 fonctionnaires doivent renforcer les effectifs de Villiers-le-Bel dans le cadre de la mise en place des unités territoriales de quartier (Utec), une sorte de police de proximité voulue par Fadela Amara. Jean-Michel Marchienne espère, lui, « qu’ils ne serviront pas de chair à canon ».
(Source)


Fdesouche sur les réseaux sociaux