Somalie : 18 morts dans un double attentat islamiste à Mogadiscio (vidéo)

Un double attentat revendiqué par les islamistes shebab a dévasté samedi un parking proche d’un restaurant de Mogadiscio, capitale de la Somalie, faisant au moins dix-huit morts.

«Il y a eu deux fortes explosions sur un parking près du Théâtre national» et d’un restaurant, a expliqué un policier, Mohamed Adan.

«Dix-huit personnes au moins ont été tuées», a ajouté peu après un autre policier, Mohamed Dahir, alors qu’un journaliste de l’AFP dénombrait douze corps sur place. [...]

Le Parisien / Euronews

Le flash d’actualité hebdomadaire avec « Voix de la Russie » (Vidéo)

Bienvenue pour cette nouvelle édition du journal télévisé de La Voix de la Russie. Ce rendez-vous hebdomadaire en français vous présente les actualités russes, françaises et internationales sous l’angle de la réinformation. Contrairement à une vision tronquée et manichéenne de l’information délivrée par le mainstream médiatique français, nous nous efforcerons de vous faire percevoir que la vérité n’est jamais toute entière du même côté…

Au sommaire de cette édition du 21 janvier 2013 :
L’Islam : des données bien différentes en France et en Russie
Immigration : les rois de France exilés dans leurs tombeaux pendant que Vladimir Poutine protège la Russie
Piraterie en Somalie : Quand la France casque, la Russie cogne.
Mali : Hollande ne sait plus ce qu’il a dit, alors sait-il encore ce qu’il fait ?
Théâtre du Châtelet : rencontre inspirée entre la haute couture française et le ballet classique russe

En bref et en détail :
Syrie : la presse indépendante assassinée, à qui profite le crime ?
Epiphanie en terre orthodoxe : entre la pureté et la glace

Prorussia

Somalie : les insurgés islamistes annoncent l’exécution de l’otage Denis Allex

Les insurgés islamiques somaliens shebab ont déclaré mercredi dans un communiqué avoir « décidé unanimement d’exécuter » l’otage français Denis Allex, agent de la DGSE, qu’ils détiennent depuis 2009. « Il a été condamné et ce verdict ne sera pas modifié, pour les shebab cet homme doit mourir », a confirmé un responsable shebab interrogé par l’AFP au téléphone depuis Nairobi.

« Vu la persécution croissante par la France des musulmans à travers le monde, sa politique d’oppression de l’islam sur son sol (et) les opérations militaires françaises dans la guerre contre la charia en Afghanistan et plus récemment au Mali (…) les shebab ont décidé à l’unanimité d’exécuter l’agent français de renseignement Denis Allex », indiquent les islamistes somaliens dans un communiqué publié sur internet. Les shebab prétendent qu’« avec sa tentative de sauvetage, la France a volontairement signé l’arrêt de mort d’Allex », assurant que celui-ci était « encore en vie et à l’abri », samedi, à l’issue de l’opération commando ayant échoué à le libérer.

Alors que les shebab n’ont fourni aucune preuve de vie, les autorités françaises considèrent que Denis Allex a vraisemblablement été exécuté par ses géôliers durant le raid français. « Nous soupçonnons, et nous n’avons, je crois, pas tort de le faire, les shebab somaliens de pratiquer de la manipulation médiatique, nous n’avons aucun élément depuis le raid de vendredi soir sur le fait que Denis Allex soit vivant, nous pensons qu’il est vraisemblablement mort » a déclaré l’amiral Edouard Guillaud,chef d’état-major des armées, sur Europe 1. Face à cette condamnation d’un homme déjà mort, l’amiral à précisé : « C’est une technique qu’ils ont déjà utilisée dans d’autres affaires qui ne nous concernaient pas ».

(…) Le Parisien

Somalie : la photo d’un cadavre de « blanc » publiée par les islamistes

« Le commandant français tué durant l’opération de secours bâclée à Bulomarer », indique la légende de l’image, sur laquelle apparaît un jeune homme aux cheveux courts.

Les images sont terribles et elles ont été publiées ce lundi après-midi par les islamistes somaliens shebab sur leur compte Twitter. On y voit un cadavre blanc cheveux courts, les yeux grands ouverts, du sang séché sur le visage, vêtu d’un pantalon clair et d’une chemise sombre, dont dépasse une chaîne et une croix chrétienne en argent.

« François Hollande, cela en valait-il la peine? » dit la légende de la deuxième photo sur laquelle le corps apparaît en plan plus large, à côté de matériel militaire, dont des armes, des chargeurs, un gilet pare-balles, un casque, un sac à dos et du matériel optique. Sur ses jambes sont posés une arme de poing et un fusil d’assaut, tous deux munis de silencieux et de couleur camouflage. L’homme décédé porte des chaussures de type militaire et un gant de protection à la main droite.

Les islamistes somaliens avaient déjà annoncé plus tôt qu’un soldat français, qu’ils disaient avoir fait prisonnier, avait succombé à ses blessures. (…)

Atlantico

L’otage Denis Allex tué lors d’un assaut français en Somalie

Quelques heures après le déclenchement de l’intervention française au Mali, une opération a été tentée cette nuit pour essayer de libérer l’otage de la DGSE en Somalie.

Selon nos informations, l’otage français de la DGSE, Denis Allex, a été tué lors d’une opération de sauvetage tentée dans la nuit de vendredi à samedi. Un ou plusieurs membres du commandos assaillant auraient également été tués. Aucun commentaire n’a été fait à cette heure par les autorités françaises. Le ministre de la défense Jean-Yves Le Drian tiendra une conférence de presse à 11 heures ce matin. (…)

Le Point

Italie : Une «invasion providentielle» d’immigrants

L’afflux d’immigrants venus du Liban, de Somalie, d’Ethiopie, d’Erythrée, de Turquie, d’Irak ou d’Afghanistan a «ressuscité» Riace, un «village moribond» d’Italie du Sud.

Le modèle a ses limites, les membres de Citta Futura le savent. « Nous ne pouvons pas offrir du travail à tous les migrants qui passent par Riace. Et il serait impossible de reproduire la même chose dans une grande ville ».

Elle a un visage de madone et des doigts de fée. A l’ombre de son petit atelier situé tout en haut d’une rue escarpée, Lubaba, une Ethiopienne de 29 ans, peint des statuettes africaines destinées à la vente aux touristes. Des gestes mécaniques qu’elle répète depuis 2008, lorsqu’elle et son mari, Selan, sont arrivés à Riace. Des gestes qui lui font oublier le passé : leur départ soudain causé par les persécutions contre les chrétiens en Ethiopie ; leur arrivée en Libye, puis l’administration qui ­refuse de renouveler leurs papiers. Impossible de rentrer chez eux. Ils décident alors d’embarquer avec 500 autres fuyants à bord d’un rafiot. Direction l’Europe. […]

Des garde-côtes italiens ­finissent par les repérer et les conduisent jusqu’au camp d’accueil provisoire de Lampedusa. C’est là que le couple entend parler de Riace pour la première fois, un village qui a fait le pari de l’immigration. «Vous verrez, tout est fait pour vous aider», expliquent les travailleurs sociaux. La contrepartie ? S’intégrer à la société italienne et redonner vie au village victime de l’exode rural. Leur titre de séjour en poche, ils décident d’aller voir.

Quatre ans plus tard, ils y sont toujours. […]

Paris Match

Géopolitique : Les otages français dans le monde

L’Hexagone dans le viseur des Islamistes ? Alors que les prises d’otages de ressortissants français se multiplient à travers le monde, les intérêts de la France à l’étranger semblent être devenus la cible des terroristes.

Carte des zones à risques (Le Figaro)

Suite et commentaires sur Fortune

Paris : Un des pirates somaliens réclame 570.000 € et une demande d’asile

Les avocats d’un pêcheur somalien, arrêté par l’armée française au mois d’avril 2008, quelques jours après la prise d’otages de l’équipage du «Ponant» par des pirates dans le golfe d’Aden plaident ce lundi 1er octobre devant la commission nationale de réparation des détentions à Paris.

Leur client, aquitté par la cour d’assises de Paris au mois de juin dernier, a été détenu pendant un peu plus de quatre ans dans des prisons françaises. «Il s’agit aujourd’hui d’obtenir réparation pour le préjudice subi par notre client, indique Me Augustin d’Ollone, l’avocat de Abdulqader Guled Saïd.

Nous avons adressé une demande de provision de 50 000 € et nous allons demander une indemnisation totale de 570 000 €.

Abdulqader Guler Saïd, 34 ans touche actuellement une indemnisation provisoire de 350 € par mois et n’a pas le droit de travailler.

«Nous avons par ailleurs déposé un dossier de demande d’asile, poursuit Me Augustin d’Ollone. Mon client est toujours suivi pour de graves problèmes psychiatriques liés à sa détention».

Rediff Mai 2012 – Euronews

Image de prévisualisation YouTube
Le Parisien
(Merci à Domi)

Printemps arabe : «Avant de créer demain, ailleurs, d’autres monstres, réfléchissons.»

Pour l’ancien ambassadeur de France au Sénégal, Jean-Christophe Rufin, notre erreur est de décerner aveuglément le titre de «combattant de la liberté» à quiconque lutte contre un tyran.

Soyons lucides : des dictatures nouvelles sont en train de s’installer dans le monde, en particulier arabe, et elles s’avancent souvent sous le masque trompeur de la «libération», de la «résistance»

Pourquoi les démocraties semblent-elles condamnées à reproduire toujours les mêmes erreurs ? Pourquoi, au nom des bons sentiments et de la pitié pour les victimes, avons-nous accouché des pires monstres ? Pourquoi, des Khmers rouges à Ben Laden, des terroristes qui ensanglantent l’Irak à ceux qui viennent de massacrer l’ambassadeur américain en Libye, avons-nous décerné le titre de «combattants de la liberté» à tant de gens qui n’avaient pour seule ambition que de pratiquer la terreur et d’instaurer à leur tour la dictature ? […]

Pourtant, après les guerres «justes» d’Afghanistan, d’Irak ou de Libye, il est plus que jamais temps de réfléchir à nos erreurs. La mort de l’ambassadeur Stevens en Libye était peut-être le choc nécessaire pour atteindre un semblant de lucidité. Face aux dictatures sanguinaires, nous commettons trois erreurs principales. […]

Souvenez-vous de George Bush proclamant, après la chute de Saddam : «La guerre est finie !» Même autosatisfaction de Sarkozy et Cameron à Benghazi, après la déroute de Kadhafi. Or, la dictature, en tombant, ouvre au contraire la voie au chaos. Les choses sérieuses commencent et, malheureu­sement, les droits humains, pour lesquels on s’était mobilisé, sont plus menacés que jamais. […]

Des talibans aux islamistes sahariens, des groupes radicaux libyens aux shebab de Somalie, ceux qui se disposent à devenir les dictateurs de demain ont, en tuant l’ambassadeur Chris Stevens, rendu hommage à Ben Laden. Lui comme eux avaient tous bénéficié, sinon de l’appui, au moins de la bienveillance des ­Occidentaux en général et des Etats-Unis en particulier. Ils en sont devenus les plus dangereux ennemis.
Avant de créer demain, ailleurs, d’autres monstres, réfléchissons.

Paris Match (Merci à elwas)