RAID, GIGN : Au coeur de l’action avec les unités d’élite (Vidéo)

Ils sont prêts à intervenir à tout moment, et dans toutes les circonstances, pour interpeller des individus dangereux, arrêter des forcenés ou assurer la sécurité des chefs d’État. Ce sont les corps d’élite des forces de l’ordre: le RAID, l’unité de recherche, assistance, intervention et dissuasion de la Police nationale, et le GIGN, groupe d’intervention de la Gendarmerie nationale.

«Enquête d’action» propose de découvrir des images exceptionnelles du quotidien des hommes de ces forces spéciales, entre interventions, entraînements et occupations plus banales. Plongée au cœur de l’élite des forces de l’ordre.

Partie 1:

Partie 2:
Lire la suite

USA : Un vétéran de 88 ans battu à mort sans raison par 2 jeunes Noirs

Un vétéran de la Seconde Guerre mondiale âgé de 88 ans a été battu et laissé pour mort par deux adolescents à l’extérieur d’un saloon de Spokane (Etat de Washington) où il aimait aller jouer au billard.

Le motif de cette agression? La police n’en a pas à ce jour. Les adolescents semblent avoir choisi cet homme au hasard affirment les autorités.

Delbert Belton,  ouvrier d’une compagnie d’aluminium à la retraite,  a combattu dans le Pacifique. Ses amis disent de lui qu’il a pris une balle dans la jambe lors de la bataille d’Okinawa mais qu’il a survécu à cette attaque.

Mais mercredi soir, Belton affectueusement surnommé «Shorty» par ses amis en raison de sa petite  taille, s’est rendu vers le « Eagles Lodge » où il était un habitué des lieues.

La police l’a retrouvé gisant sur le parking avec de graves blessures à la tête. Il est décédé jeudi. [...]

La police recherche deux suspects. Des témoins les ont décrit comme des «jeunes hommes afro-américains de taille moyenne» d’après le communiqué de la police. [...]

CNN
(Merci à C_pas_vrai/Anargyre et Zebulon pour la traduction)

En complement USA:
Des « adolescents » noirs tuent un sportif australien « pour s’amuser » (21.08.13)
USA/Clayton : 2 Noirs admettent avoir battu, étranglé, et jeté le corps d’une ado de 12 ans dans un conteneur à déchets (14.08.13)
3 Noirs agressent sauvagement un collégien dans un bus (08.08.13)
Un bébé abattu d’une balle dans la tête dans sa poussette, 2 ados afro-américains arrêtés (23.03.2013)

Livres : Sommes-nous tous racistes ?

Jacques-Philippe Leyens, Sommes-nous tous racistes ?
Psychologie des racismes ordinaires, Editions Mardaga, 2012
.

« Je suis un scientifique et non un rêveur. Mes convictions que le racisme est quasi universel sont basées sur une interprétation de recherches fiables et cohérentes. Cette interprétation n’est pas farfelue, même si nombre de collègues ne l’acceptent pas publiquement.»

Présentation de l’éditeur : « Je sais que je suis raciste, peut-être même envers plusieurs groupes. Je le regrette ; je préférerais dire que je ne suis pas d’accord avec certains groupes et, pourtant, il m’arrive d’avoir des accès jubilatoires quand des ennuis arrivent à un des groupes vis-à-vis desquels je me considère raciste. (…) Je sais encore que je ne suis pas excentrique ; je me considère dans la moyenne des gens. Je suis également un scientifique et non un rêveur. Mes convictions que le racisme est quasi universel sont donc basées sur une interprétation de recherches fiables et cohérentes. Cette interprétation n’est pas farfelue, même si nombre de collègues ne l’acceptent pas publiquement. Comme mes collègues, j’espère la disparition du racisme, mais nous différons sur les moyens à employer. J’écris ce livre avec la conviction que les conséquences les plus néfastes du racisme disparaîtront ou diminueront si l’on accepte tout d’abord ce côté nauséabond de notre personne. Se battre contre ce que l’on ignore ou occulte est totalement vain. Améliorer ses faiblesses commande qu’à tout le moins on soit conscient de ses déficiences ».

SourceAmazon

Un islamiste radical recherché au cœur du quartier Maugout… en vain

Saint-André-les-Vergers- Loin de l’animation orchestrée, les hommes de la Direction du renseignement ont tenté d’interpeller un islamiste radical

Pas de caméras, pas d’hommes encagoulés. Pas de publicité et surtout pas d’invités aux premières loges. Il est 13 h, hier, lorsque les hommes de la Direction du renseignement de la préfecture de police de Paris (DRPP) investissent un immeuble au cœur du quartier Maugout, à Saint-André-les-Vergers.

L’opération mobilise une quinzaine de policiers, en civil, assistés par les fonctionnaires attachés à la brigade anticriminalité mais aussi au groupe de sécurité et de proximité du commissariat de Troyes.

Au n° 12 de la cour Edmont-Michelet vit une famille : un couple et leurs cinq enfants jusqu’alors inconnu des services de police. « Ce sont des gens qui ne posent aucun problème. Des gens normaux avec lesquels on entretient de bonnes relations.»

Comme tous ceux qui assistent à l’arrivée en nombre des fonctionnaires de police, ce voisin restera à sa fenêtre jusqu’à 18 h 30 et le point final de l’intervention.
« Je me demande ce qu’on peut leur reprocher. » Celui que les hommes de la DRPP recherchent aurait été hébergé à cette adresse.

Un ressortissant tchétchène fiché et recherché pour prôner un islam radical. Un homme méfiant et absent lorsque les policiers passent les portes de l’immeuble.

Durant plusieurs heures, ils procèdent à une fouille minutieuse de cet appartement où aurait récemment vécu celui qu’ils traquent. Une mission orchestrée pour tenter de remonter la trace d’un fondamentalisme affiché. (…)

L’Est-éclair

Etats-Unis : les chercheurs noirs seraient pénalisés

Les chercheurs noirs ont nettement moins de chances d’obtenir des fonds pour des recherches que leurs homologues blancs aux Instituts nationaux américains de la santé (NIH), selon une étude parue ce jeudi. [...]

Ce résultat prend en compte les facteurs démographiques, le niveau d’étude, la formation, l’expérience des candidats avec les NIH, leur productivité dans leurs travaux de recherche et le nombre de travaux publiés. « Pour améliorer la santé de tous les Américains, il est important que la recherche biomédicale reflète la diversité de la population, » souligne Donna Ginther, professeur d’économie à l’Université du Kansas et principal auteur de cette recherche. [...]

Dans un éditorial publié avec cette recherche dans Science, le directeur des NIH, le Dr Francis Collins, et son adjoint, le Dr Lawrence Tabak, ont jugé cette situation « inacceptable » et promis des mesures immédiates. « Les résultats de cette étude sont troublants et décourageants et nous sommes déterminés à agir », a dit le Dr Collins. « La solidité de la recherche scientifique américaine dépend de sa capacité à recruter et à retenir les esprits les plus brillants quelles que soit leur race ou leur ethnicité« , a-t-il poursuivi notant qu’ »il y avait encore beaucoup à faire ». [...]

Le Figaro

Universités : «Faire le pari de l’étranger»

Guillaume Tronchet, agrégé d’histoire, jeune chercheur en histoire des migrations scientifiques internationales, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, dénonce une «logique de repli» en Europe, notamment dans l’enseignement supérieur et la recherche, et souhaite que la France prenne le «contre-pied de ce courant général».

Ayons garde de ne pas oublier les conséquences de l’hostilité aux «métèques» dans les universités françaises des années 1930.

Depuis des mois, les discours se succèdent sur «l’explosion du nombre d’étudiants étrangers» (Brice Hortefeux, décembre 2010) et sur la nécessité de faire la chasse aux «étudiants fantômes» qui ne viendraient faire leurs études en France que pour bénéficier de nos aides sociales. […] Ce positionnement pourrait bien être aussi une triple erreur.

Erreur stratégique tout d’abord, puisque tout le monde sait qu’à l’heure du capitalisme cognitif, la puissance d’un État et de ses entreprises dépend de la maîtrise des savoirs et de l’innovation, et que, pour rester compétitif, l’attractivité des universités et des grandes écoles représente un enjeu majeur. […]

Erreur économique ensuite, dans la mesure où le séjour prolongé de chercheurs et d’étudiants étrangers représentent une manne potentielle pour nos commerces et nos entreprises, en étant source de créations d’emplois. Le récent rapport parlementaire d’Audit de la politique de l’immigration, de l’intégration et du codéveloppement vient même de prouver, à rebours de toutes les idées reçues, que les immigrés rapportent plus à la France qu’ils ne lui coûtent.

Erreur politique enfin, car la configuration de repli général en Europe pourrait, à condition de s’en démarquer, nous être profitable. David Cameron a par exemple annoncé fin avril une restriction du nombre de visas qui seront désormais accordés à des travailleurs qualifiés. Objectif : 80 000 étudiants étrangers de moins. […]

Le Monde

France : Le déclin des études scientifiques

Les études scientifiques vont mal : baisse du nombre d’étudiants à l’université, précarisation du professorat et de la recherche. Une conséquence de la faillite du système scolaire, dont la faiblesse des élèves en français et en culture générale, ainsi qu’un manque de volonté politique.

Lors d’un cours que je donnais à Polytechnique sur la relativité générale, se souvient Jean-Pierre Bourguignon, certains élèves cessaient de noter quand je faisais des remarques d’ordre historique ou épistémologique.

Le ministre de l’Éducation nationale, Luc Chatel, a présenté en début d’année son “plan sciences” pour l’école. Son but : lutter contre l’innumérisme, «qui est à la maîtrise des nombres, du raisonnement et du calcul ce qu’est l’illettrisme à la maîtrise de la langue».

Un objectif que justifient des résultats décevants au niveau international (le niveau des élèves français dans les classements internationaux baisse, lentement mais régulièrement, même dans les disciplines scientifiques où la France conservait jusque-là un certain rang) et la désaffection pour les études scientifiques : une diminution de 40 % en dix ans des inscriptions en première année universitaire, en dépit d’une série S prééminente. […]

Mathématicien, directeur de recherche au CNRS et directeur de l’Institut des hautes études scientifiques (IHES), Jean-Pierre Bourguignon le confirme : «Il y a une véritable paupérisation des métiers académiques. Des étudiants brillants, agrégés et docteurs ès sciences, sont encore, à 30 ans passés, payés au rabais et forcés d’évoluer dans un environnement matériel déplorable.» Dès lors, comment reprocher à certains polytechniciens de choisir la banque ou le management plutôt que la recherche en mathématiques ? […]

Cette forte dégradation touche aussi l’autre grand pilier universitaire : le professorat. Métier déconsidéré, souspayé au regard des qualifications exigées et de l’importance de la mission, conditions de travail très dures : le poste attire de moins en moins de candidats. «L’an prochain au Capes de mathématiques, il y aura 950 postes pour 1 300 candidats ! Comment parler de sélection ? Je tâche de former des étudiants dont j’espère honnêtement qu’ils ne seront jamais profs, déplore Pierre Arnoux, mais qui le deviendront, hélas» […]

Suite sur Valeurs actuelles

La « révolution » capitaliste chinoise : un « grand bluff »

L’URSS était ce colosse aux pieds d’argile, dont les prétendues réussites édifiaient ceux qui, très nombreux, voulaient y croire. Il se pourrait bien que la Chine soit, elle aussi, un dragon de papier.

A y regarder de plus près, la Chine demeure un pays du tiers-monde. En réalité, seuls 150 millions de Chinois profitent de la croissance économique, une goutte d’eau dans cette masse humaine. D’ailleurs, si le pays exporte autant, c’est que son marché intérieur est trop faible pour absorber la production, ce qui l’économie fortement dépendante de la conjoncture internationale et des investissements étrangers. La croissance chinoise, n’est pas si extraordinaire que cela. D’une part, les statistiques sont allègrement truquées par le gouvernement. D’autre part, la croissance moyenne de l’économie chinoise, entre 1978 et 2004, n’est que de 6,4% par an. Pâle résultat comparé aux performances du Japon (8,2%) et de la Corée du Sud (7,6%) sur la même période…

Suite et commentaires sur Fortune