Fdesouche

Le plus grand bailleur de fonds de la recherche américaine en sciences physiques n’est pas la National Aeronautics and Space Administration (NASA) ou la National Science Foundation (NSF). Il s’agit du Bureau des Sciences du ministère de l’énergie, qui finance les programmes universitaires dans tout le pays et supervise les dix principaux laboratoires nationaux, de Livermore à Los Alamos. Son mandat comprend l’énergie et la recherche sur des questions fondamentales : la structure de la matière, la nature du cosmos, la physique nucléaire et des hautes énergies avec les grands accélérateurs, la physique des matériaux avec les synchrotrons à rayons X, la fusion et les ordinateurs scientifiques avancés. Et maintenant, la justice sociale.

À partir de l’exercice 2023, qui commence le 1er octobre, chaque proposition répondant à un appel d’offres de l’Office of Science doit inclure un plan PIER, qui signifie Promoting Inclusive and Equitable Research, afin de “décrire les activités et stratégies du candidat pour promouvoir l’équité et l’inclusion en tant qu’élément intrinsèque à l’avancement de l’excellence scientifique”. Selon les termes de l’annonce, “la complexité et les détails d’un plan PIER devraient augmenter avec la taille de l’équipe de recherche et le nombre de personnes à soutenir.”

Lorsque j’ai lu cette nouvelle exigence, je suis retourné à la dernière proposition de subvention de notre groupe – qui impliquait l’exploration des ondes gravitationnelles, de l’univers primitif, de la physique du boson de Higgs, de la cosmologie des neutrinos, de la détection de la matière noire, de la supersymétrie et de la physique des trous noirs. Quel est le rapport entre tout cela et la diversité et l’inclusion ? Rien.

(…)

Wall Street Journal

(merci à woke wokisme)


Fdesouche sur les réseaux sociaux