«La droite ne s’est pas demandé quel poids la communauté civile homo avait dans notre pays» (MàJ)

 

L’article qui contredit les chiffres du Nouvel Obs


Après de longs mois de débat au Parlement et de longues querelles dans la rue, la loi Taubira a été votée. Quatre jours plus tard, un salon du mariage gay a ouvert ses portes et marqué l’émergence d’un nouveau business. Benjamin Bourinat, «Marketing aficionado» et contributeur au Nouvel Obs, trace un surprenant portrait de la «communauté homosexuelle».

Pourtant, les chiffres sont là et ils parlent d’eux-mêmes. Selon les enquêtes, les homosexuels représenterait entre 3 et 10% de la population et la moitié vivrait en couple.

Sous-estimer l’électorat homosexuel est tout sauf stratégique. Cela dénote un manque cruel de curiosité, mais surtout de jugeote. […] À croire que la droite ne s’est pas demandé quel poids la communauté civile homo avait dans notre pays.

Selon Mediabrands, la majorité des pro-mariage pour tous – LGBT, CSP+, bac +4 et professions libérales – se distinguent par des positions sociales et un pouvoir d’achat élevés. Plusieurs études montrent également que les homosexuels consomment davantage de produits high-tech et de biens culturels que la moyenne nationale.

Populistes et réacs peuvent crier à l’élite capitalistique. Si les homos sont devenus un groupe qui ne peut plus être négligé, leurs détracteurs ont une grande part de responsabilité. De nouvelles recherches montrent que les homos compensent la stigmatisation de leur sexualité en devenant des perfectionnistes hyper-performants.

Super école, super look, super compétiteur. Des attributs prisés dans le monde des affaires. Continuer de nier leur droit à fonder une famille est la raison même pour laquelle ils affichent de plus belles réussites professionnelles que la normale. N’est-il pas donc raisonnable de défendre les libertés de ceux qui dirigent nos entreprises et embauchent nos jeunes diplômés ?

L’adaptation saine de la discrimination homosexuelle a créé un ultra-travailleur et un über-consommateur. Si l’UMP et le FN n’ont toujours pas saisi la puissance économique LGBT et son pouvoir d’influence sur l’opinion publique, les marques françaises établissent déjà des budgets entièrement dédiés à tirer profit de l’argent rose. De quoi les rendre «folles» de rage.

Le Nouvel Obs

Pouvoir d’achat en baisse : Les sacrifices que vont devoir faire les Français (Vidéo)

Les 3/4 des Français interrogés s’attendent à une nouvelle baisse de leur pouvoir d’achat en 2013, et 58 % se préparent à réduire leur consommation dans les mois à venir. Ce sont les résultats d’un sondage exclusif 60 Millions de consommateurs – Mediaprism.

Les ménages vivant avec moins de 1.500 € par mois n’ont plus d’autre choix que de renoncer à certaines dépenses de base, y compris en matière de santé.

Suite, commentaires et vidéo sur Fortune

Maroc : un parlementaire accuse la surtaxe de la bière d’impacter le pouvoir d’achat

Près de neuf mois après l’adoption de l’amendement relatif à la hausse de la taxe intérieure de consommation (TIC) sur les boissons alcoolisées, un parlementaire marocain vient de faire part de son mécontentement. Invité à s’exprimer dans une émission radio, Mohamed Daidaa estime que cette mesure impacte directement le pouvoir d’achat des Marocains.

« L’augmentation de la taxe qu’a imposée le gouvernement d’Abdelilah Benkirane sur les boissons alcoolisées est une grave entame du pouvoir d’achat du simple citoyen », a affirmé Daidaa, dont les propos ont été rapportés par le site d’actualité Emarrakech.info.

Pour lui, les principaux consommateurs des boissons alcoolisées commercialisées au royaume ne sont autres que les citoyens marocains et non les « non-musulmans comme on voudrait nous faire croire ».

« Ce sont les citoyens marocains » qui consomment le plus,  affirme-t-il. « En surtaxant ses produits, le gouvernement taille encore des parts dans le pouvoir d’achat des marocains, déjà affaibli par les inflations des prix et l’aggravation du coût de la vie », estime le parlementaire. Et de poursuivre :

« Ne nous voilons pas la face, nombreux sont les marocains qui font leurs prières à la mosquée et qui vont juste après boire au bar ». « Un marocain moyen avec un petit salaire devait déjà payer sa bière 17 dirhams. Qu’adviendra-t-il de lui lorsqu’il devra la payer encore plus cher », regrette-t-il.

Yabiladi

Merci à Zatch

Le niveau de vie des Français a baissé en 2010

Le niveau de vie des Français a diminué en 2010 par rapport à 2009. Avec 1610 euros par mois en 2010 (19 270 euros sur l’année), le niveau de vie médian (la moitié de la population gagne plus, l’autre moitié moins) des personnes vivant dans un ménage de France métropolitaine a baissé de 0,5% par rapport à l’année précédente, rapporte l’Insee dans une étude à paraître ce vendredi.

«Il faut remonter à 2004 pour enregistrer un tel recul», souligne l’Insee dans cette enquête. «Malgré un contexte de reprise économique en 2010, certes modéré, pratiquement toutes les catégories de la population subissent une baisse de niveau de vie en euros constants (inflation comprise)».

Par ailleurs, la pauvreté continue de progresser, touchant particulièrement les plus jeunes. En 2010, 8,6 millions de personnes vivaient en dessous du seuil de pauvreté (964 euros par mois). La moitié d’entre elles vivant avec moins de 781 euros par mois. Avec 14,1 % de la population (+0,6% en 2010), le taux de pauvreté a atteint son plus haut niveau depuis 1997. Enfin, ce sont les jeunes de moins de 18 ans qui sont particulièrement touchés, leur taux de pauvreté atteignant 19,6% en 2010.avec une progression de 1,9 point.

Le Parisien

« Je sors de chez moi, je suis entouré de Noirs et d’Arabes. Et ce n’est pas ça la France » (RMC)

Jean-Jacques Bourdin lit à Bruno Le Maire deux mails d’auditeurs qui ont voté Marine Le Pen.

Bruno Le Maire : Ce que propose Mme Le Pen ne convainc personne pour une simple bonne raison…

Jean-Jacques Bourdin : Mais elle convainc beaucoup d’électeurs, Bruno Le Maire ! Elle a convaincu plus de 6 millions d’électeurs !

Pourquoi Marine Le Pen va faire perdre Nicolas Sarkozy

La leader frontiste va s’employer à faire exploser l’UMP pour prendre la tête d’une future coalition des « droites ».

http://img192.imageshack.us/img192/2193/sarkozypedophilee132287.jpg

Marine Le Pen touche au but. Un piètre score pour le candidat UMP, une performance historique pour l’extrême droite : la leader frontiste voit poindre la possibilité de passer à une nouvelle étape de sa stratégie.

Celle-ci est limpide : la présidente du Front national veut faire exploser l’UMP, rebattre les cartes de l’ensemble des droites, parlementaire et extrême, et en conquérir demain le leadership !

Pour parvenir à ses fins, il lui reste une étape préalable à franchir : faire battre Nicolas Sarkozy le 6 mai. Tel est le dessein auquel Marine Le Pen va s’employer dans les deux semaines à venir. Déjà, son premier discours au soir du premier tour et les interventions de tous ses lieutenants ne laissent guère de place au doute. Ils n’ont eu de cesse de multiplier les réquisitoires sans appel contre le bilan du président sortant, et de le renvoyer dos-à-dos avec François Hollande sous l’infamante étiquette de « candidats du mondialisme ».

En l’occurrence, Marine Le Pen ne court pas grand risque vis-à-vis de ses ouailles. Elle sait que que le rejet de Nicolas Sarkozy,

de ses promesses trahies, en particulier en matière de pouvoir d’achat, et de sa promiscuité avec les puissances d’argent figurent parmi les premières motivations de l’électorat FN. (…)

Le nouvel Observateur

Et pourtant des millions de gens vont encore voter pour lui !

Tribune libre de Paysan Savoyard

Nous sommes encore à six mois de l’élection mais nous ne résistons pas à l’envie de nous livrer d’ores et déjà à un rapide survol de la façon dont l’actuel Président à donné suite aux principales promesses en forme de slogans qui avaient structuré sa campagne de 2007 (étant entendu que M. Sarkozy disposant encore de plusieurs mois pour faire montre de ses compétences, son bilan, déjà éloquent comme nous l’allons voir, peut encore s’enrichir).

Lire la suite

Alimentation : Les hausses de prix sont « inévitables »

La hausse des matières premières agricoles va être répercutée dès à présent sur les prix alimentaires. « C’était inévitable ». La hausse des matières premières agricoles depuis l’été dernier va faire valser les étiquettes dans les rayons. La grande distribution parle de hausses moyennes de 2%.

Il y aura nécessairement une répercussion de l’augmentation des prix des produits agricoles sur les prix alimentaires. Je ne prends personne par surprise, cela fait déjà plusieurs semaines que je le dis», avertit le ministre de l’Agriculture, Bruno Le Maire, à l’issue d’une table ronde qui a réuni tôt mercredi matin une vingtaine de représentants de la chaîne alimentaire : producteurs, industriels et distributeurs.

En aval, il en va de la survie des éleveurs dont la hausse du prix des céréales qui servent de base à l’alimentation animale a renchéri les coûts de productions de 40%.

Si leur prix de vente n’augmente pas, ce sont des milliers d’exploitants agricoles qui vont disparaître en France», a averti Bruno Le Maire.

Suite et commentaires sur Fortune

« Dans certaines banlieues, les jeunes ont pris le pouvoir sur les adultes »

Pourquoi, à chaque fois qu’il y a des émeutes généralisées comme en 2005, les médias et les politiques ont toujours une vision ethnique (problème d’intégration) ?

Je crois qu’effectivement la question sociale est première. Mais on ne peut pas nier une forme de ségrégation ethnique qui amène à la constitution de quartiers où ne vit plus aucun Blanc.

suite sur LeMonde.fr

Grèce : les 3 mensonges des médias et des experts (1)

«Les Grecs vivent au dessus de leurs moyens.» «L’économie allemande est plus vertueuse.» «L’Euro nous protège de la crise.» Ces trois affirmations font partie du mantra néolibéral répété en boucle par les économistes invités sur les plateaux. L’économiste Jacques Sapir démolit consciencieusement ces pétitions de principe.

La Grèce serait l’homme malade de la zone Euro

Les récents événements en Grèce et dans la zone Euro ont donné lieu à beaucoup de commentaires, au sein desquels on peut constater que certains mythes ont la vie (très) dure. Sans prétendre leur faire la peau définitivement, il convient de rappeler ici certains faits, par sympathie pour les travailleurs grecs mais aussi par amour de la vérité.

La presse allemande, et même française, a usé de termes, en réalité, bien plus injurieux. On se souvient des « cueilleurs d’olives » et même de l’exécrable calembour (la « mauvaise Grèce ») par lequel un quotidien français s’est déshonoré. Il convient de rétablir ici les faits.

Suite et commentaires sur Fortune