Fdesouche
https://www.revue-elements.com/produit/la-societe-de-surveillance/

Le pouvoir d’achat est la préoccupation numéro 1 des Français, selon un sondage Élabe pour BFMTV cette semaine. C’est le thème de campagne qui comptera le plus (41%, + 8 points) dans leur choix pour la présidentielle, dans sept mois, devant la sécurité, la santé, l’immigration, l’environnement, les retraites, l’emploi et les inégalités. En conséquence, les candidats dévoilent leurs idées sur ce thème.

Publicité

La hausse des prix de l’énergie et l’inflation poussent les candidats, de gauche à droite, à avancer des propositions pour soutenir le pouvoir d’achat. Mais les précisions sur le financement restent floues, voire inexistantes. Le Smic est actuellement à 1.554,58 euros brut / 1.231 euros net par mois. Il augmentera de 2,2% au 1er octobre, soit environ 35 euros brut. Voici ce qu’ils proposent, à sept mois du premier tour.

Fabien Roussel (PCF)

Le candidat communiste veut un Smic mensuel à 1.800 euros brut.

Jean-Luc Mélenchon (LFI)

Le candidat de la France insoumise propose une “loi d’urgence sociale” pour bloquer les prix des produits de première nécessité, dont ceux du gaz, de l’électricité et de cinq fruits et légumes. Il souhaite un Smic mensuel à 1.400 euros net. Il souhaite que, dans une même entreprise, l’écart maximum de salaires se situe dans une fourchette de 1 à 20. […]

Arnaud Montebourg (ex-PS)

Le candidat qui se présente sans parti veut augmenter le Smic* d’au moins 10%. Il souhaite un “Grenelle” sur les salaires, en vue d’une hausse générale mais différenciée selon les branches.

Anne Hidalgo (PS)

[…] Elle souhaite “relever tous les salaires” des personnels “invisibles” (soignants, caissières…) en s’inspirant de la proposition de la CFDT d'”une augmentation générale de 15%”.

Yannick Jadot (EELV)

Pour lui, le programme écologique en lui-même “est un 13e mois”, grâce par exemple à la baisse des dépenses de chauffage liée à la rénovation des logements, ou à une meilleure “justice sociale” dans les entreprises, favorisée par un conditionnement des aides publiques à des critères sociaux.

Sandrine Rousseau (EELV)

La candidate arrivée 2e au 1er tour de la primaire veut garantir un “revenu d’existence” de 850 euros à partir de 18 ans, sous conditions de ressources. […]

Xavier Bertrand (ex-LR)

Il affirme que les Français doivent “pouvoir vivre dignement de leur travail”.

Valérie Pécresse (ex-LR)

Elle propose une “grande conférence salariale” et une augmentation du Smic* net de 10% en abaissant les charges salariales, afin qu’il soit “beaucoup plus élevé que les revenus d’assistance”.

Michel Barnier (LR)

L’ex-négociateur du Brexit pour l’UE veut “aligner” les traitements des enseignants “sur le niveau observé dans les autres grands pays” […].

Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France)

Le député de l’Essonne veut augmenter les salaires de 10% net en diminuant les charges salariales de 30% sur le quinquennat. […]

Marine Le Pen (RN)

Au lieu de hausses de salaires qui feraient “peser une charge sur des entreprises dans de grandes difficultés économiques”, elle veut “rendre du pouvoir d’achat aux Français” en nationalisant les autoroutes – ce qui permettrait de baisser les tarifs des péages “de 10 à 15%” et de “livrer 1,5 milliard d’euros par an au budget de l’État” – et en privatisant l’audiovisuel public, soit “2,8 milliards de redevance rendus” aux contribuables.

actu orange


Fdesouche sur les réseaux sociaux