Grèce : doublement de la pauvreté en un an

Le taux de pauvreté est passé de 11,8 % de la population en 2012 à 23,7 % en 2013. Une hausse record dans l’UE.

La Grèce a beau se réjouir d’avoir obtenu de l’Eurogroupe, à Athènes, le déblocage d’une tranche d’aide de 6,3 milliards d’euros, le dernier rapport de la Commission européenne sur la progression de la pauvreté en Europe a de quoi lui saper le moral.

En 2013, la Grèce détenait le triste record du pays européen où la pauvreté a le plus progressé entre 2012 et 2013. La pauvreté touche 23,7 % de la population en 2013, contre 11,8 % en 2012. Entre 2008 et 2013, le revenu des ménages a baissé de 14,8 % et, sur la même période, le chômage des jeunes a triplé. La cure d’austérité imposée au pays depuis quatre ans n’y est pas pour rien. Evdokia Androulaki, 25 ans, est diplômée d’économie de l’université d’Athènes, elle fait partie de ces jeunes chômeurs.

Elle parle quatre langues mais derrière ses cheveux noirs frisés et ses yeux pétillants, elle cache beaucoup amertume. «J’ai passé des nuits à réviser pour obtenir mes diplômes et je me dis que ça ne sert à rien. La Grèce est en train de devenir la Côte d’Azur de l’Europe mais avec des salaires asiatiques. Au final, je ne serai jamais professeur et je vais finir serveuse tout comme mes camarades de classe à gagner 300 euros par mois.» La classe politique grecque se fait l’écho de ce désespoir ambiant qui risque de s’exprimer avec violence lors du double scrutin des élections municipales et européennes des 18 et 25 mai prochain. Cela pourrait affaiblir le gouvernement, dont la majorité parlementaire ne tient plus qu’à deux députés…

Dans ce contexte compliqué politiquement et fragile économiquement, les autorités sont prêtes à tout pour célébrer le déblocage d’une tranche de 6,3 milliards d’euros sur les 8,5 milliards d’euros accordés par l’Union européenne et la BCE. Somme à laquelle il faut ajouter les 3,5 milliards d’euros octroyés par le Fonds monétaire international (FMI).

Le Figaro

Insécurité croissante à Casablanca : «Les politiques semblent vivre sur une autre planète»

Cette semaine a été un électrochoc pour les Casablancais. Les photos et articles relatant des cas d’agressions ou de vols avec violence se sont multipliés. L’utilisation d’armes blanches a créé un début de phobie dans les lieux publics.

Les citoyens plus raisonnables essayent de comprendre, trouver les raisons de cette grimpée de violence, et chercher les responsabilités. L’école, la pauvreté, le contexte socio-familial, le détricotage du lien social, autant de pistes pour déceler les raisons profondes de cette violence urbaine.

Vols à l’arrachée, vols avec menace à l’arme blanche, hold-up de boutiques et même de salon de coiffure, car-jacking… Si la violence revient de plus en plus souvent dans les récits des victimes de ces vols, une arme en particulier est devenue l’accessoire incontournable de ces agresseurs : le sabre. Les délinquants marocains sont-ils devenus des guerriers de Shaolin ? L’arme blanche étant plus facile à se procurer et en général plus légèrement condamnée qu’un vol à arme à feux, les couteaux et petits sabres sont devenus les armes préférées des agresseurs. […]

Enfin, certains amoureux des théories du complot voient dans cette médiatisation soudaine d’agressions dans la capitale économique, une façon de détourner les regards sur d’autres problèmes (gouvernance de la ville, crise économique, luttes politiques, …). Et de citer comme exemple et seul argument la sur-médiatisation de l’insécurité en France du temps de Nicolas Sarkozy, ministre de l’Intérieur et candidat à l’élection présidentielle à l’époque. […]

yabiladi

80 % des maires estiment que le nombre de personnes en situation de pauvreté dans leur commune a augmenté

Les maires estiment à une large majorité (80 %) que le nombre de personnes en situation de pauvreté dans leur commune a augmenté, selon un sondage TNS-Sofres pour le Secours catholique diffusé lundi 3 mars. L’association lance en effet une campagne intitulée « Ne laissons pas disparaître la fraternité », pour « mettre le vivre-ensemble au cœur des préoccupations » des municipales.

71 % des maires pensent ainsi que les personnes en situation de pauvreté sont, dans leur commune, « un peu plus qu’avant ». 9 % estiment même qu’ils sont « beaucoup plus qu’avant », et seulement 6 % jugent qu’ils sont « moins qu’avant ».

« Au Secours catholique, on sait qu’il y a une forte dégradation de la pauvreté, souligne Bernard Thibaud, secrétaire général de l’organisation. Mais ce qui nous surprend c’est l’ampleur de la prise de conscience par les maires. Le chiffre de la dégradation de la pauvreté était de 51 % en 2008, lors de la précédente enquête, et il est désormais de 80 %. »

Pour une majorité d’élus, les femmes seules avec enfants et les jeunes sans emploi sont les deux catégories pour lesquelles la pauvreté s’est le plus aggravée (63 %), devant les personnes en emploi précaire (62 %) et les chômeurs de longue durée (55 %).

Bernard Thibaud s’étonne cependant que les maires aient « moins la perception d’une dégradation pour les personnes sans abri et les personnes migrantes, alors que nous-mêmes, on constate une dégradation importante de la situation des familles migrantes ».

Face à cette situation, les maires disent en majorité avoir « fait des efforts plus importants » pour l’aide aux impayés (loyer, gaz, eau, électricité) pour les familles en difficulté (58 %), les services d’aides à domicile (57 %) et le soutien scolaire aux enfants (56 %)…

Le Monde, merci à Bourgmestre

 

« Où brûlent les voitures ? Où tire-t-on sur les policiers ? Dans la Creuse ou dans le 93 ? » (rediff)

+ Rediff : article de Xavier Raufer (extraits) - Avril 2012

Rappelons la ritournelle des sociologues : dans des “quartiers pauvres” et “territoires de relégation”, croupirait toute une “jeunesse abandonnée et méprisée”… “moins dangereuse qu’en danger”, condamnée à “une vie de galère” et ne recherchant finalement qu’“un peu d’attention et de reconnaissance”.

D’après l’Insee, la Seine-Saint-Denis est le 15e département le plus riche de France –  compte non tenu, par définition, de l’économie souterraine. En y ajoutant les milliards de la drogue, le “9-3” est sans doute en réalité parmi les cinq départements les plus riches de France.

Quels sont les départements les plus pauvres ? L’Ariège, le Cantal et la Creuse. Où brûlent les voitures ? Où tire-t-on à la kalachnikov sur les policiers ? Dans la Creuse ou en Seine-Saint-Denis ?

Quels sont à l’inverse les plus pauvres ? L’Ariège, le Cantal et la Creuse. Lire la suite

France : alors que la pauvreté explose, les riches sont de plus en plus riches

(Extraits) Si la grande majorité des Français souffrent de la crise économique, les catégories les plus aisées n’ont jamais été aussi riches.

Les 500 premières fortunes de France ont vu leur richesse globale croitre de plus de 25% en un an. Celle-ci s’établit désormais à 330 milliards d’euros et n’a jamais été aussi élevée. Elle a même augmenté de 300% sur les dix dernières années et représente désormais plus de 15% du PIB national et 10% du patrimoine financier du pays.

0,000001% de la population possède 10% de la richesse nationale, autrement dit, 1/10e de la richesse se trouve entre les mains d’1/100 000e de la population[12].

Cette oligarchie financière compte 55 milliardaires, soit 10 de plus que l’année précédente. Le plus pauvre de 445 millionnaires dispose de 64 millions d’euros de patrimoine.

Le top 10 du classement a vu sa richesse augmenter de 30 milliards d’euros en à peine un an pour atteindre 135 milliards d’euros.

Cette extrême concentration de richesse contraste avec l’explosion de la pauvreté et de l’extrême pauvreté en France.

Une telle puissance financière entre les mains d’une infime minorité d’opulents lui octroie une influence considérable sur les décisions politiques prises par les gouvernants et un pouvoir démesuré sur les destinées de la nation.

En 1789, Robespierre avait mis en garde contre les dangers que représentait l’oligarchie :

« Les riches prétendent à tout, ils veulent tout envahir et tout dominer. Les abus sont l’ouvrage et le domaine des riches, ils sont les fléaux du peuple : l’intérêt du peuple est l’intérêt général, celui des riches est l’intérêt particulier ».

operamundi.uol.com traduit par agoravox.fr

(Merci à Paul Kersey pour la vidéo)

« Un enfant sur cinq vit au-dessous du seuil de pauvreté, chaque jour la France compte 1.000 nouveaux chômeurs »

Dominique Baudis, Défenseur des droits, livre au JDD les grandes lignes du rapport qu’il remettra lundi au Président.

Quel regard portez-vous sur la société française?

Elle est minée par l’incertitude. À travers les réclamations reçues, je me rends compte que nous faisons face à une paupérisation grandissante. 20% des Français terminent le mois dans le rouge à la banque, un enfant sur cinq vit au-dessous du seuil de pauvreté, chaque jour la France compte 1.000 nouveaux chômeurs.

(…) Les plates-formes téléphoniques, les services externalisés, les délégations de service public ont rendu l’Administration encore plus abstraite, plus inaccessible, plus violente.

La fusion de quatre autorités sous la responsabilité d’un seul Défenseur des droits a fait disparaître le Défenseur des enfants. La question des mineurs n’a-t-elle pas été sacrifiée?
Bien au contraire. Dans ce domaine, les réclamations ont crû de 20% entre 2011 et 2012.

Cette année, je me suis rendu à Mayotte, où la question des mineurs isolés est cruciale. Ce nouveau département français, au coeur de l’océan Indien, détient un record : il est la « première maternité d’Europe » en nombre d’accouchements. Des mères étrangères sans papiers pour la plupart… Or Mayotte est éligible à une subvention de 200 millions d’euros de l’Europe au titre des « départements extrêmement isolés ».

Si la France ne présente pas rapidement des projets solides, cet argent lui échappera, aucun autre département français ne pouvant y prétendre. Et j’ai bien l’intention de veiller à ce qu’on ne laisse pas s’évaporer autant d’argent.

[...] Le JDD

Exclusivité Fortune – États-Unis : La pauvreté montre majoritairement un visage blanc

Certaines zones rurales ont des taux de pauvreté avoisinant les 99% La pauvreté chez les Blancs est en augmentation. 63% des Blancs pensent que le niveau économique dans lequel ils vivent est “faible”. Aux alentours de 2030, près de 85% de toute la population en âge de travailler aux États-Unis vivra l’insécurité économique sous un aspect ou un autre.

Quatre adultes américains sur cinq font face au chômage, à la précarité ou comptent sur les aides sociales pour les dernières parties de leurs vies, c’est le signe de la détérioration de la sécurité économique et de l’érosion du « Rêve Américain ».

Les difficultés de vie augmentent particulièrement chez les Blancs, c’est ce qu’établissent plusieurs indicateurs. Le pessimisme au sein de ce groupe racial à propos de l’avenir économique de leurs familles a grimpé à son plus haut depuis 1987.

Suite et commentaires sur Fortune

Grande-Bretagne : Les Blancs pauvres, une minorité ethnique

Vingt ans après une première étude sur les résultats scolaires des enfants pauvres dans le système éducatif, le dernier rapport du Bureau de l’inspection de l’Éducation nationale britannique (Ofsted), intitulé « Unseen Children » Enfants invisibles »), jette à nouveau un pavé dans la mare. Aujourd’hui, et contrairement aux années 80-90, les enfants pauvres des grandes villes, majoritairement issus des minorités ethniques, s’en tirent de mieux en mieux.

Suite et commentaires sur Fortune