Robert Redeker : Comment l’immigré a remplacé le prolétaire autochtone aux yeux de la gauche

Le philosophe Robert Redeker s’interroge sur la mutation de l’imaginaire de gauche. Dans celui-ci l’immigré a pris la place de la classe ouvrière autochtone, punie pour avoir abandonné la lutte des classes.

Le vocabulaire de la gauche a profité des trois dernières décennies pour évincer les termes de prolétariat et de prolétaire. Exhumés des souvenirs de la Rome antique, ces mots s’étaient imposés, malgré le dégoût qu’ils suscitaient, dans la langue politique au XIXème siècle. […]

Pourquoi ne pas le remplacer, cet ingrat prolétaire autochtone, par de nouveaux levains de l’histoire? Pourquoi pas par le travailleur immigré? Par le sans-papier? Par le jeune de banlieue? Pourquoi pas par le Rom? L’échec de mai 68 a causé la péjoration du peuple.

De héros, d’idole, de substitut du Christ pour assurer le salut de l’homme dans l’histoire, il devint le Beauf, il devint Dupont-Lajoie, il devint le sujet méprisé du populisme.

Les mots prolétaire et prolétariat en sont venus à passer de vie à trépas aussi pour une autre raison: les prolétaires – comprenons : les prolétaires autochtones, européens – n’étaient pas au rendez-vous.

Dans les années 70 une formule devenue cliché méprisant s’est répandue chez les intellectuels de gauche: «le peuple manque». Il n’est jamais au rendez-vous que la théorie a fixé pour lui. En mai 68, puis dans les années 70, les prolétaires, ces ingrats, ont manqué. On – c’est-à-dire les battus de mai – a commencé dès lors à le haïr, le peuple! On a commencé dès lors à le désaimer, le prolétaire. De héros, d’idole, de substitut du Christ pour assurer le salut de l’homme dans l’histoire, il devint le Beauf, il devint Dupont-Lajoie, il devint le sujet méprisé du populisme. La formule des bourgeois apeurés par les partageux d’autrefois était reprise, implicitement, par ceux qui allaient donner naissance au nouvel antiracisme: «salauds de pauvres!» Salauds de prolétaires au gros rouge qui tache! Salauds de souchiens pue-la-sueur! Ils n’ont pas voulu de la révolution, ces Dupont-Ducon! Eh bien nous nous tournerons vers d’autres!

Ainsi, l’immigré devint le mime raté du prolétaire. Il en est perçu aussi comme la punition: la promotion de l’immigré est la punition infligée au prolétaire pour avoir manqué à son devoir historique ! […]

Pour assurer le salut de l’humanité, il y eut, chez Saint-Simon, les savants et les industriels ; les travailleurs et les femmes, chez Auguste Comte ; les prolétaires, chez Marx ; les étudiants, chez Marcuse. Nous rencontrons dans la gauche actuelle les immigrés comme étant la nouvelle figure du groupe chargé d’opérer le basculement de l’histoire. Auprès de ce fantôme de la gauche qu’est la gauche morale et sociétale contemporaine, l’immigré, le sans-papiers, le Rom, endossent le double rôle d’ersatz et de Père Fouettard du prolétaire.

Le Figaro (Merci à Chantecler)

« La lutte des classes revisitée »

Tribune libre de Raymond La Science

L’INSEE vient de mettre en avant le fait que « Les descendants d’immigrés d’Afrique sont trois fois plus au chômage que les Français de souche ». Faut-il en déduire que le taux de chômage des immigrés résulte des discriminations dont ils seraient victimes, de leurs difficultés scolaires ou encore des difficultés de vie quotidienne auxquelles ils seraient confrontés ?

Ou peut-on entrevoir une autre explication, plus naturelle, à ce phénomène étrange : si beaucoup de nouveaux arrivants demeurent au chômage ne serait-ce pas tout simplement parce qu’ils ne veulent pas de travail ?

Une observation de la stratification des classes sociales dans notre structure sociétale, et de leurs inter-relations amène à cette réflexion. Nous sommes en effet imbriqués dans une société qui comporte plusieurs systèmes économiques, une société à cinq classes.

Suite et commentaires sur Fortune

Le Medef, dernier bastion de la lutte des classes

En France, la lutte syndicale s’inscrit dans une longue tradition d’opposition entre patrons d’un côté et salariés de l’autre. Les dirigeants semblent incapables de percevoir les forces de notre pays : innovation et entrepreneuriat ; tandis que les syndicats salariés semblent ne pouvoir exister qu’au travers de l’affrontement. Une situation archaïque en comparaison d’autres pays développés.

Quelles différences séparent le patronat français et ses homologues étrangers ? J’en vois trois, qui sont essentielles.

Premièrement, le Medef ne comprend rien à l’esprit de l’entreprise contemporaine. Pour s’en convaincre, il suffit de comparer les sites Internet du Medef, de son homologue allemand, la BDI, et de leur équivalent américain, la NAM (National Association of Manufacturers).

Suite et commentaires sur Fortune

La CGT a-t-elle viré capitaliste ?

Achat d’une entreprise, « facturation » du service syndical, gestion autoritaire du personnel : la centrale se convertit aux méthodes libérales. Ce qui ne va pas sans heurts…

A la CGT, Jean-Pierre Delannoy s’est fait une spécialité : « décoder » les discours des camarades dirigeants. « On ne comprend rien à ce qu’ils racontent, » déplore ce militant qui, lors du dernier congrès de la CGT, à Nantes, s’était opposé au leader Bernard Thibault. Quand ils évoquent les retraites, ils parlent de « négociations systémiques, d’ »obsolescence » ou de « comptes notionnels. » Il faut suivre ! » La CGT qui prendrait des accents libéraux ? Concédons-le, le mouvement est timide. Mais il existe ! Chez les « réformistes, » on ne parle plus de lutte des classes, mais de compromis.

Des sujets longtemps tabous, comme l’actionnariat salarié ou la participation, ne le sont plus. Et des structures gérées par la CGT se retrouvent à la tête de groupes privés, comme la Compagnie internationale André Trigano (Ciat), une société cotée en Bourse. Ce mouvement pourrait s’accentuer. Car la CGT veut conquérir le monde de l’entreprise.

Quitte à emprunter les méthodes de l’ennemi honni, le grand capital. Enquête.

Suite et commentaires sur Fortune