Chicago : Ouverture prochaine du premier centre chirurgical musulman

Chicago : Ouverture prochaine du premier centre chirurgical musulman. Aux États Unis, les Musulmans retardent souvent leurs soins médicaux à cause de sentiments d’incompatibilité entre leurs croyances et le système de services médicaux américain.

L’arrivée de ce premier centre musulman de chirurgie est une nouvelle agréablement accueillie par la population musulmane locale d’Illinois et de ses environs.

Le Docteur Naser Rustom, d’origine syrienne et propriétaire du Palais Alhambra, vient de proposer une participation de 5,5 millions de dollars pour l’ouverture de ce centre musulman dans la banlieue sud-ouest d’Orland.

Ce centre suivra la loi Islamique (Shariah) et acceptera également des patients de toutes confessions religieuses. Les femmes musulmanes à Chicago se disent victimes de discriminations de la part d’établissements de santé « classiques ».

Tandis que l’ouverture de ce centre chirurgical visant une clientèle principalement musulmane se rapproche, certains s’interrogent sur les motivations réelles de ses fondateurs.

Reflexion.dz

 

Histoire : Les « machines » ou le vote communautaire aux USA

Auteur : monalisa

political machines
Nous tenons ces vérités pour évidentes ; que tous les hommes ont le droit de corrompre ; que…

Les Etats-Unis, premier pays à accéder à la démocratie au XVIIIe siècle, inaugurèrent une de ses déclinaisons un peu particulière au travers du gouvernement des villes, du milieu du XIXe siècle jusqu’au milieu du XXe, ce qu’on appela les « political machines ».

Ce système, issu d’un usage primaire de la démocratie, était adapté aux besoins non moins primaires des nouveaux Immigrants. Si les pères fondateurs étaient arrivés pour des raisons religieuses, ceux du XIXe étaient plutôt poussés par la misère et la famine vers l’Amérique. Devenant rapidement citoyens et électeurs, ils s’attiraient les attentions intéressées des partis politiques qui voulaient gouverner les villes. Aidés et secourus par des associations caritatives liées à ces même partis, ils fournissaient en retour les bataillons électoraux nécessaires pour leur assurer la pérennité du pouvoir. La machine électorale ne recherchait pas la victoire d’un maire pour l’accomplissement d’un projet politique déterminé mais avait pour seule ambition sa propre survie afin de fournir toutes sortes de prébendes à sa clientèle. On était loin des aspirations politiques des aristocrates puritains de la Nouvelle Angleterre, inventeurs de la démocratie américaine.

Cette pratique discutable fut essentiellement le fait du Parti Démocrate qui s’en fit une spécialité. Le parti Républicain n’y a eu recours qu’exceptionnellement. L’enfer étant pavé de bonnes intentions, la raison originelle de cette déviance trouva son origine dans les traditions de solidarité d’une communauté irlandaise très soudée pour des raisons historiques, liées au sort tragique de la mère patrie.
De philanthropique à l’origine, la machine présenta vite tous les avatars conséquents à un tel contexte : clientélisme, spéculation, népotisme – et son corollaire l’incompétence des fonctionnaires -, et surtout au stade ultime, le règne du crime organisé sur certaines villes. Chicago en constitua l’exemple le plus significatif. Au final la machine a disparu très lentement à certains endroits, tant elle était incrustée. [...]

Suite et commentaires sur le blog Histoire.

États-Unis : Chicago, vivre avec les gangs (Vidéo)

Chicago, la ville où Barack Obama a débuté sa carrière en tant que travailleur social, connaît l’un des taux de criminalité les plus élevés des États-Unis. Dans les quartiers sud, où la population est à 90 % afro-américaine, 59 gangs et plus de 600 factions s’affrontent sauvagement. Au cours du premier semestre 2012, le nombre d’homicides a augmenté de 40 % et on a dénombré plus de morts par balles à Chicago que de soldats américains tués en Afghanistan.

Lorsque le président s’y rend, c’est seulement pour assister à des dîners de financement de campagne. Dans les districts d’Englewood et de Woodlawn, il ne met pas les pieds, alors que c’est le vote des Noirs qui l’a fait élire. Beaucoup s’étonnent de ne pas entendre un mot de la Maison- Blanche à propos de cette hécatombe. Dans cette ville de 3 millions d’habitants, dirigée par l’ancien directeur de cabinet du président, Rham Emanuel, cette violence gangrène les esprits. Le président a fait ses premières armes en politique dans les rues de Chicago, avant d’être élu sénateur de l’Illinois.

Il y possède toujours une maison, dans le quartier résidentiel où vivait Al Capone. Les chiffres sont accablants : 2 300 fusillades pour la seule année 2011. Que fait la police ? On ne sait pas trop. En tout cas, la population ne fait plus appel à elle. Normal puisque ce sont les gangsters qui font la loi. Comme au temps de « Scarface » et de la grande dépression.

Chicago : il offre l’alliance d’une femme qu’il a tuée

Un homme de Chicago a trouvé un bien morbide moyen de demander sa fiancée en mariage: après avoir battu à mort une vieille dame, il s’est emparé de son alliance et de sa bague de fiançailles et a demandé la main de sa petite amie… avec les bagues de sa victime.

Hebergeur d'image

Le meurtrier Raymond Harris

Selon le Chicago Sun-Times, qui cite le parquet du comté de Cook, Raymond Harris, 36 ans, se serait introduit dans le garage de la vieille femme, Virginia Perillo, l’aurait tabassée, laissée pour morte et lui aurait volée ses bagues et son portefeuille, fin octobre.

Plus tard dans la soirée, Harris « s’est rendu à une soirée avec des vêtements neufs, a montré les bagues à un ami et lui a demandé laquelle il devrait utiliser pour demander la main de sa fiancée », a expliqué Melissa Howlett, l’assistante du procureur, au quotidien. Harris n’a toutefois pas eu besoin de l’avis de son ami, poursuit le Chicago Sun-Times, puisqu’il a offert les deux bagues à sa petite amie lorsqu’il lui a demandé sa main. [...]

Le Figaro

Chicago : Un collégien afro-américain battu à mort à la sortie de l’école (Vidéo)

Un verdict de culpabilité a été rendu contre un inculpé dans l’affaire du meurtre de Derrion Albert par une bande en septembre 2009. L’agression par téléphone portable avait été filmée en direct Faut-il redouter de nouvelles émeutes à Chicago suite à cette décision ?

My Fox Chicago

(Merci à LasciatemiCantare)

L’ère des robots-journalistes

Des chercheurs américains créent, dans le secret de leurs laboratoires, des techniques journalistiques révolutionnaires. Articles ou journaux télévisés sont conçus par des ordinateurs.

Depuis des décennies, dans le monde, des ouvriers découvrent un beau matin qu’ils vont être remplacés par un robot. Si les journalistes se croyaient à l’abri de ce genre de mésaventure, ils avaient tort. Depuis quelques mois, ils peuvent aller à Evanston (Illinois), près de Chicago, pour voir et tester le système « Stats Monkey » qui va peut-être bientôt les suppléer.

Suite et commentaires sur Fortune

Chicago, USA : guerre des gangs

Info du 28 septembre – Dans une affaire de meurtre et de bataille rangée entre gangs de rue, la vidéo ci-dessous a été utilisée comme appel à témoin par la police de Chicago. Attention : scènes violentes.

A noter : le comportement observé dans certaines banlieues françaises est régulièrement analysé par des criminologues (Raufer par ex.) comme un héritage direct et une modélisation sur les gangs américains. Source en attente.

Plus d’info : voir le site du Chicago Tribune -