Apocalypse – La 1ère Guerre Mondiale : « Rage » (Vidéo 4/5)

Les soldats sont au bord du gouffre. Ils veulent que ça s’arrête. Ils veulent rentrer dans leurs foyers. Chez eux, à l’arrière, la colère gronde, la faim tiraille les populations. La guerre a répandu son malheur dans tous les foyers, elle est présente dans chaque instant de la vie quotidienne. Il faut trouver une solution. Il faut que la guerre se termine.

Alors les révoltes commencent : en Allemagne, l’agitation sociale fait craindre pour l’avenir du Reich. L’Empire austro-hongrois vacille : François-Joseph est mort, et son jeune successeur Charles Ier entame des tentatives de paix. Sur le front, la bataille du Chemin des Dames va déclencher des mutineries chez les poilus. Les soldats russes, fatigués d’être tiraillés par la faim et la peur, sr joignent à la Révolution. Le Tsar abdique
et se prépare à l’exil.

Mais l’Etat-major allemand commet une faute stratégique qui va changer le cours du conflit : dans une guerre sous-marine « à outrance », il a décidé d’attaquer tous les navires présents en Atlantique, y compris les bateaux américains. Les USA entrent dans la guerre aux côtés des Alliés, et en juin 1917, le général Pershing débarque en France avec les premiers effectifs.

Un mois après leur arrivée, alors que les renforts américains sont encore à l’entraînement, débute en Belgique la bataille de Passchendaele : sous une pluie torrentielle, des milliers de soldats de l’Empire britannique se noient dans une mer de boue. Un nouvel échec, une nouvelle hécatombe vide de sens.

Apocalypse – La 1ère Guerre Mondiale : « Enfer » (Vidéo 3/5)

Septembre 1915. Des millions d’hommes sont pris dans le piège d’une guerre immense. Des tranchées de France aux montagnes italiennes ou des Balkans, jusqu’aux portes de l’Orient, l’Europe entière s’est enflammée.

Nouvelles armes, nouvelles défenses, la guerre est désormais industrielle et chimique. Les combats atteignent une violence jusque-là inconnue. L’artillerie pilonne. Les attaques se font au gaz, aux lance-flammes, aux Schrapnels, mélange de poudre et de billes de plomb qui fracassent les visages et les corps. Les assauts sont terrifiants, suicidaires. Des orages d’acier brisent les tympans et rendent fous les soldats. Les blessures sont affreuses, les conditions de vie et d’hygiène dans les zones de combat sont catastrophiques, les épidémies font des ravages… C’est l’enfer.

En France, les Allemands lancent en février 1916 une grande offensive sur Verdun. Les Français tiendront coûte que coûte. Dans la Somme, la bataille la plus sanglante de la guerre commence le 1er juillet 1916. En quelques heures l’armée britannique perd 30.000 hommes. 5 millions d’hommes sont déjà morts en 16 mois. Mais, pour les grands chefs, le coût humain et matériel est tellement élevé qu’il faut que l’ennemi paie et que la guerre continue. Comment arrêter cette folie ? Comment mettre fin à cette rage ?

Berlin veut freiner l’afflux d’immigrants venus des Balkans (MàJ vidéo « Gangs de l’Est)

Face à l’afflux de demandeurs d’asile venant des Balkans, l’Allemagne souhaite limiter le nombre de visas pour les Albanais, les Macédoniens, les Monténégrins, les Serbes et les Bosniaques. Ces arrivées massives commencent à inquiéter un nombre de plus en plus important d’Allemands. Des attaques de résidences dans lesquelles sont accueillies des demandeurs d’asile ont même eu lieu ces derniers mois. Pour rassurer une partie de la population, Berlin semble donc avoir décidé de limiter l’arrivée de certains étrangers.

Comment toutefois empêcher des habitants venant de l’espace Schengen de venir dans votre pays sans enfreindre les lois européennes ? Berlin avance en terrain miné…

L’Allemagne referme – un peu – ses frontières. Face à l’afflux massif d’immigrants qui viennent tenter leur chance dans l’économie la plus florissante d’Europe, Berlin a choisi de limiter drastiquement le nombre de visas qu’elle va accorder aux personnes originaires des Balkans. La République fédérale va ainsi classer l’Albanie, la Macédoine, le Monténégro, la Serbie et la Bosnie-Herzégovine comme des «pays d’origine sûrs», ce qui va permettre aux autorités de rejeter sans se justifier les demandes d’asile des personnes venant de cette région. […]

Notre voisin veut ainsi s’assurer de ne pas recueillir tous les malheurs du monde sur son territoire.

L’an dernier, l’Allemagne a abrité près de 7,6 millions de résidents étrangers, contre 7,18 millions en 2012. Les demandes d’asile ont, quant à elles, explosé de 64 % en un an pour atteindre 127 023 applications. Au mois de janvier, la hausse a atteint 76,7 % par rapport à l’année précédente. Les Serbes sont les plus nombreux à chercher refuge outre-Rhin. Et 90 % des 18 000 dossiers (+ 40 % en un an) reçus par les services publics concernent des Roms.

Les requêtes originaires de Bosniaques ont, pour leur part, augmenté de 104 % en douze mois. […]

Le Point

Monténégro : Les Bosniaques souhaitent voir un symbole musulman sur le drapeau national

Le vice-premier ministre du Monténégro et leader du parti Bosniaque du pays Suljo Mustafic a exprimé le souhait d’inclure un symbole représentant la communauté musulmane autochtone dans le drapeau national. On estime la communauté bosniaque monténégrine à 8,65 % de la population. Pour l’instant, le gouvernement monténégrin n’a pas donné suite.

Un drapeau national clairement mono-confessionnel, dans lequel les diverses minorités musulmanes du pays (entre 15 et 20% du pays) ne se retrouvent pas forcément.

«Les membres de la communauté musulmane Bosniaque sont des indigènes du pays comme les autres, ils sont présents depuis des siècles et ont aussi construit le Monténégro. Ils font partie de la réalité sociale monténégrine et souhaiteraient l’exprimer par les symboles de la nation.» affirme-t-il à la RTCG (télévision nationale).

Au centre du drapeau monténégrin figurent les armoiries monténégrines composées d’un aigle bicéphale (l’aigle, une icône récurrente dans les Balkans, cette région montagneuse) symbolisant l’unité de l’Église et de l’État. Le Blason sur sa poitrine montre un lion d’or, symbole de l’autorité épiscopale.

ajib.fr (Merci à )

Les logements d’urgence saturés par l’explosion des demandes d’asile

Les campements de fortune installés au cœur de Clermont-Ferrand mettent en lumière un dossier politiquement sensible.

Hebergeur d'image

Pour la quatrième journée consécutive, quelque 200 personnes en attente d’une solution étaient toujours installées jeudi dans des campements de fortune sur la place principale de Clermont-Ferrand. Demandeurs d’asile originaires des Balkans et d’Afrique pour la plupart, ils ont dû quitter leur chambre d’hôtel après que l’association (Anef, association nationale d’entraide) qui gère l’hébergement d’urgence dans le Puy-de-Dôme, a décidé de ne plus régler les notes faute de financement suffisant de l’État. [...]

En 2012, 61 468 demandes, (réexamens et mineurs accompagnants compris), ont ainsi été enregistrées, soit une hausse de 7,2 % sur un an. Les plus fortes progressions sont à chercher du côté des Balkans, en particulier de l’Albanie (+446 %), de la Bosnie-Herzégovine (+335 %) et du Monténégro (+76 %). [...]

« En Alsace, le nombre de demandeurs d’asile explose depuis un an et demi et je pense que cela n’est pas sans lien avec l’arrivée d’un président de gauche, raconte un responsable associatif en hébergement d’urgence. Ils croient que cela va être plus facile d’obtenir une réponse positive, même si cela ne se vérifie pas forcément dans les faits.»

Selon l’Ofpra, le taux d’acceptation est d’ailleurs tombé à 9,4 % en 2012, en baisse de 2 % comparé à 2011. [...]

Le Figaro

Savoie : boom des cambriolages à la campagne

Les chiffres sont implacables : entre 2012 et 2011, les cambriolages ont augmenté de 15,3% sur l’ensemble de la Savoie et de 30% en zone rurale, zone gendarmerie. En secteur urbain, zone police, ces cambriolages sont au contraire en baisse de 5,43% .

« Nous devons faire face à une délinquance mobile qui intervient dans tous les secteurs, avec plus de dispersion. Ils sont organisés, en bande, et viennent de l’extérieur du département. On le voit bien quand on retrouve leurs traces : ils s’échappent toujours en direction de Lyon ou Grenoble », constate le lieutenant-colonel Franque, commandant le groupement de gendarmerie de la Savoie. [...]

« Nous avions repéré un système de dépose matinal en gare de Chambéry. Il s’agissait essentiellement de femmes originaires des Balkans. Elles cambriolaient la journée et étaient récupérées le soir. Nous avons réussi à y mettre un terme », assure le directeur départemental de la sécurité publique. [...]

Le Dauphiné Libéré

Merci à Mielrubis

Nancy – Trafic de jeunes filles des Balkans

Une famille originaire des Balkans aurait acheté un certain nombre de jeunes filles mineures à leurs parents pour les vendre à des ressortissants des Balkans résidant en Europe de l’Ouest.

Deux de ces jeunes filles âgées de 13 à 14 ans ont été découvertes, l’une à Montluçon par les autorités françaises et l’autre en Belgique, près de Gand, par les autorités Belges.
Elles étaient en cours d’audition mercredi 24 octobre 2012.

La justice ignore encore actuellement le nombre exacte de victimes, ni ce qu’il advenait des jeunes filles une fois celles-ci revendues.

France 3

L’afflux de migrants des Balkans préoccupe l’Union européenne

 Confrontés à un nouvel afflux important de demandeurs d’asile en provenance des Balkans occidentaux, six pays (France, Allemagne, Autriche, Belgique, Luxembourg et Pays-Bas) réclament des mesures d’urgence à la Commission européenne.
Le 5 octobre, leurs ministres de l’immigration ou de l’intérieur ont adressé une lettre commune en ce sens à la présidence chypriote de l’Union et à Cecilia Malmström, commissaire chargée des affaires intérieures. Le sujet devait être au cœur d’une réunion des ministres européens de l’intérieur, jeudi 25 octobre, à Luxembourg. (…)

Qui s’en prend aux vieilles dames?

Plusieurs attaques de femmes âgées à leur domicile ont eu lieu ces derniers mois en Suisse romande. Ou comment des malfrats tirent parti de la solitude.

http://img713.imageshack.us/img713/268/topelementu.jpg

Les épisodes se sont succédé ces derniers mois, avec leurs lots de détails indignes. Une octogénaire ligotée avec du scotch, bâillonnée et giflée en début de semaine à Fahy (JU). Une femme de 79 ans frappée et ligotée dans sa baignoire à Chêne-Bourg (GE) quelques jours auparavant. Fin janvier, c’était une septuagénaire de Sainte-Croix (VD) qui se voyait entravée et intimidée avec un tournevis, alors qu’en novembre, une dame âgée se faisait lier les poignets et les chevilles dans sa ferme de Forel (VD) pour 430 francs.

(…) Lorsque ce type de vol avec usage systématique de la violence a fait son apparition, il y a une dizaine d’années, «les auteurs, alors originaires des Balkans, visaient des personnes âgées vivant dans des fermes», rappelle Jean-Christophe Sauterel. (…)

(…) Selon Jean-Christophe Sauterel et Olivier Guéniat, chef de la police judiciaire de Neuchâtel, les cas vaudois et jurassien, pour marquants qu’ils soient, ne sont pas l’expression d’un phénomène nouveau.

A Genève par contre, actuellement aux prises avec plusieurs centaines de délinquants clandestins récidivistes originaires d’Afrique du Nord, la police souligne une «réelle augmentation de la violence.

Cela a commencé avec du petit deal et des vols à la zizou (une forme de vol à l’astuce, ndlr), puis les délits sont devenus de plus en plus violents, explique Patrick Pulh.

Ces pluridélinquants commettent également des cambriolages simples, mais ils n’hésitent pas à brutaliser quelqu’un, quel que soit son âge, pour arriver à leurs fins».

En toile de fond de ces agressions commises sur des personnes âges, l’on trouve donc la crise économique (délinquance transfontalière à Fahy et à Sainte-Croix, situés près de la frontière) et les crises politiques au Maghreb (délinquants qui ne peuvent être renvoyés chez eux, note Marcelo Aebi). Mais pourquoi faire usage de violence envers des personnes aussi vulnérables que des vieilles dames? «C’est souvent le fait de gens qui n’ont plus rien à perdre», estime Jean-Christophe Sauterel.

Le Matin

Angelina Jolie au pays des bons et des méchants

Les partisans de la vérité en seront pour leur frais, les incultes et les faussaires de l’histoire y verront une belle mise en scène de l’horreur et de la barbarie. Au pays du sang et du miel est un mauvais film et un film mauvais. Qu’il soit une réalisation américaine à prétention historique et qu’il fasse l’objet d’un panégyrique de la part de Bernard Henry Lévy suffisent à montrer son insuffisance. Mais s’il n’y avait que ça…

http://img716.imageshack.us/img716/5604/balkans.jpg

(…) Car si cette guerre fut horrible, si elle fut le théâtre de viols, de tortures, de massacres et d’expropriations, on ne peut la résumer à l’achromatopsie qu’offre le film, typique de la vision en abscisses et ordonnées du bien et du mal distillée par les Américains.

D’un côté, les Musulmans en victimes meurtries ; de l’autre, des serbes sanguinaires dont le physique, les attitudes et jusqu’aux uniformes rappellent étrangement ceux qu’ils furent pourtant les premiers à combattre en 1941.

Et rien ne vient temporiser cette écœurante dichotomie. Tous les criminels de guerre sont Serbes, pas une seule des victimes civiles n’est serbe, et toutes les victimes civiles sont Musulmanes.

Or la guerre de Bosnie-Herzégovine a été une guerre civile qui opposait trois peuples constitutifs de feue la Yougoslavie. Tous ont commis des violences et atrocités; à Konjic, Kladnaj, Visoko, Tuzla ou Mostar, des femmes serbes ont elles aussi été retenues, torturées et violées.

On ressort donc de ce film avec un goût métallique dans la bouche – celui du sang – et l’inquiétude qu’il fasse autorité auprès d’une génération qui n’a pas connu les guerres des Balkans, ne les a pas étudiées et risque de s’en tenir à ce qui lui est montré. Qu’on se le dise : la réconciliation dans les Balkans ne se fera pas sans la vérité, laquelle ne ressemble jamais à la fable convenue d’un mélo hollywoodien.

Causeur

Albanie : la dictature de la corruption, meilleur allié de l’islamisation

L’ébranlement de plusieurs possessions de l’ex-Empire ottoman au Maghreb et en Orient menace également l’Europe, où l’Albanie connaît actuellement de graves troubles, susceptibles de déstabiliser le régime en place — et de grossir par conséquent la déferlante des réfugiés.

Le 22 février 2011, le ministre italien des Affaires étrangères, Franco Frattini, annonçait l’instauration imminente d’un « Emirat islamique de la Libye orientale » dans la région pétrolière de Tobrouk, frontalière de l’Egypte, donc première touchée par la révolte, qui venait de se libérer de la tutelle de Muammar Kadhafi.

Un pays entre Marx, Mao, Madoff… et Mahomet

Dans son dossier intitulé « De la Révolution de jasmin à la Révolution islamique » et mis en ligne par Polémia, Yves-Marie Laulan notait que «le communisme ayant disparu comme mythe mobilisateur, porteur de rêves de progrès, reste l’islamisme qui est le déversoir naturel de populations en désarroi et en quête de références». Sur les ruines du communisme, l’Europe risque-t-elle de voir émerger en son sein un « Emirat islamique » ?

La situation est en effet explosive en Albanie où se succèdent les manifestations depuis celle du 21 janvier 2011 qui, à Tirana, avait fait (dans l’indifférence générale) trois morts et des dizaines de blessés. Dans toute la Shkiperijë – ou Pays des Aigles –, les contestataires appellent à l’union contre le gouvernement de Sali Berisha. Ils s’insurgent surtout contre la corruption frénétique marquant ce régime qui inaugura, dès son avènement, la pratique des « pyramides financières », que le méga-escroc américain Madoff devait porter à son apogée.

L’auteur de ces lignes était allée pour la première fois en Albanie en 1988, petite nation de 2,5 millions d’habitants, coincée entre l’Adriatique, la Yougoslavie et la Grèce, encore maoïste à l’époque (où la Chine, elle, amorçait sa révolution mercantile). Elle y est retournée en 2005.

Entre-temps, la tyrannie communiste, instaurée en janvier 1946 par le psychopathe Enver Hoxha, le « Staline des Balkans » indéboulonnable jusqu’à sa mort en 1985, son dauphin Ramiz Alia lui succédant alors, avait laissé place en 1992 à une République réputée «parlementaire, démocratique et représentative ». Quant au goulag local où avaient été exécutés après la Seconde Guerre mondiale plus de 8.000 condamnés à mort (pour une population n’excédant pas le million), il avait officiellement cessé d’existé.

Très loin de la Tunisie…

Mais ce qui n’avait pas changé, c’étaient la mentalité tribale, l’extrême dénuement, l’arriération structurelle (unique voie ferrée avortée, routes éventrées, hôtels et bâtiments officiels fissurés, voirie absente) où stagnait le pays, tout comme la rapacité d’un pouvoir détournant toutes les aides à son profit exclusif, d’une fonction publique pléthorique ou plutôt d’une « clientèle » qui, sous-payée, sautait sur toutes les occasions de se revancher sur la bête.

Ce n’est pas un hasard si sept millions d’Albanais vivent à l’étranger, essentiellement dans le sud de l’ex-Yougoslavie qu’ils ont totalement déstabilisé comme l’ont prouvé, d’une part, le drame du Kossovo (1), où les avait attirés Tito pour faire pièce aux Serbes orthodoxes, et, d’autre part, les troubles endémiques qui agitent la Macédoine où l’on compte 1,2 million d’Albanais. Il faut ajouter à cela des problèmes d’hébergement et surtout de sécurité, posés à la Grèce et à l’Italie par l’afflux de ces musulmans, qui ont fuit un pays à côté duquel la Tunisie de Ben Ali faisait figure de Californie par son modernisme, son dynamisme, la mise en valeur de toutes ses ressources et son niveau de vie, toutes classes sociales confondues.

Traite des blanches et trafic d’organes

L’élection de Sali Ram Berisha, né en 1944, à la présidence de la nouvelle République le 9 avril 1992 avait pourtant suscité un immense espoir. Mais rien ne s’étant amélioré, sinon la cassette de la nouvelle Nomenklatura, ce distingué cardiologue devait démissionner en juillet 1997 à la suite de violentes manifestations.

Cela ne l’a pas empêché de revenir en septembre 2005, cette fois comme Premier ministre. Il assume encore cette fonction, malgré des preuves de fraude électorale majeure aux législatives de 2009, un bilan toujours négatif… et l’enrichissement exponentiel de sa famille et de son clan, accusés non sans vraisemblance, en 1997 comme aujourd’hui, de couvrir les trafics les plus juteux : drogue (en Albanie, de notoriété publique, haschich et pavot poussent comme chiendent), contrebande, traite humaine et traite des blanches.

Originaire de Tropojë, à la frontière avec le Kossovo, le clan Berisha a-t-il également prêté la main au trafic d’organes organisé par l’Armée de Libération du Kossovo (UÇK) et dont, après la Suissesse Carla Del Ponte, ancien procureur du Tribunal pénal pour l’ex-Yougoslavie (dans son ouvrage, La Traque, les criminels de guerre et moi, éditions Héloïse d’Ormesson), un rapport du Conseil de l’Europe publié le 14 décembre a établi la réalité ?

Ce qui a conduit l’hebdomadaire français Marianne à découvrir qu’au Kossovo, « les bourreaux étaient aussi albanais », ce que l’on savait depuis 2003, la Serbie, de son côté exigeant le 17 février de l’ONU la constitution d’une commission d’enquête sur les agissements criminels de l’UÇK de son comandante supremo, Hachim Thaçi.

Prisonniers au Kossovo, dépecés en Albanie

Selon le rapport élaboré par le magistrat (également suisse) Dick Marty, qui a auditionné des rescapés et d’anciens membres de l’UÇK, Thaçi a bel et bien fait exécuter en 1999 et en 2000 quelque trois cents prisonniers serbes, mais aussi des Kossovars favorables au statu quo, à seule fin de prélever leurs organes, vendus aux plus offrants. Pour mener à bien cet horrible négoce, les captifs étaient acheminés du Kossovo vers les villes albanaises de Cahan et de Kükes. Le gouvernement de Tirana ne pouvait l’ignorer, vu la superficie si exiguë du pays (28 748 km2, comme l’Auvergne) et d’autant moins que Kükes, par exemple, est située à cent kilomètres à peine de Tropoyë, berceau du bon docteur Berisha, ce qui n’empéchait nullement ce dernier de toujours soutenir mordicus que l’Albanie n’avait pris aucune part à ce honteux négoce.

Bernard Kouchner : complicité passive ?

Ce négoce, selon un autre médecin bien connu, Bernard Kouchner, relevait de la pire invention. Interrogé récemment par un journaliste, celui qui était administrateur de la province serbe du Kossovo de 1999 à 2001, donc au moment des faits, pour le compte de l’O.N.U., « ne manifeste aucune compassion pour les victimes et leurs familles. Avec arrogance et mépris, il dément la complicité passive qu’on lui impute en niant l’existence du crime ». Pis, il « éclate de rire avant, visiblement crispé et haineux, d’insulter le questionneur et de lui recommander « d’aller consulter » un psychiatre et de traiter de « salauds et d’assassins » ceux qui dénoncent les atrocités commises au Kossovo par les Albanais » (cf. LePost du 24 février).

Devant un tel déni, on ne peut que partager l’indignation de Dick Marty flétrissant dans son rapport la scandaleuse « attitude des organisations internationales en place au Kossovo » qui, « estimant devoir favoriser à tout prix la stabilité à court terme et sacrifiant ainsi d’importants principes de justice », ont accepté la fiction de la mafia kosovare travestie en « armée de libération ». Contribuant par-là même à faire naître un climat selon lequel « les uns [les Serbes] étaient nécessairement considérés comme des bourreaux, les autres comme des victimes, donc inévitablement innocents ».

Le criminel contre l’humanité et le milliardaire

« Inévitablement innocent », Hachim Thaçi, que l’on voit sur notre photo scellant l’union sacrée avec son second Agim Çegu et ses protecteurs Bernard Kouchner, le général britannique Michael Jackson et le général américain Wesley Clark (2), a donc été promu Premier ministre du Kossovo après l’indépendance du nouvel Etat, présidé par Fatmir Sejdiu.

Le 22 février 2011, Sejdiu a été remplacé par le milliardaire Behgjet Pacolli, mais Thaçi est toujours Premier ministre. Et pour cause, les deux compères ont de multiples points communs. En commençant par la Suisse dont Pacolli, qui y est surnommé « le Berlusconi des Balkans », a acquis la nationalité (que Berne faillit lui retirer en 1999, le soupçonnant de blanchir l’argent de diverses mafias), cependant que Thaçi, étudiant à Zurich, y fut inculpé de trafic d’armes. Autre point de convergence : leur passion pour les « affaires » les moins ragoûtantes.

En 2009, un rapport de la Commission européenne décrivait le Kossovo de Thaçi comme « un foyer et un centre pour les activités du crime organisé » malgré la présence de 10.000 soldats de la KFOR, des 2.000 policiers et des centaines de magistrats détachés par l’Union européenne. Lui-même était accusé dans un autre rapport (émanant du Conseil de l’Europe, toujours en 2009) de « collusion avec la criminalité organisée ». Nul ne sait comment Pacolli, ancien plongeur dans un restaurant de Hambourg devenu intime des oligarques russes et commensal de l’ex-président Boris Eltsine, a réussi à se constituer une fortune colossale à la tête l’empire Mabetex, basé à Lugano, employant 16.000 employés dans le monde entier et dans les branches les plus diverses (construction, surtout en Libye, en Russie et au Kazakhstan grâce aux bons offices du président-dictateur Noursoultan Nazarbaev, hôtellerie, presse et télévision). D’où, à l’en croire, « un bénéfice de 1,4 million de francs suisses par jour » pour Mabetex.

Ce pactole, c’est juré, profitera à ses compatriotes : « Je mets ma fortune à la disposition du Kossovo », a promis Pacolli avant son élection. Une promesse qui rappelle le slogan de son alter ego albanais pendant la campagne électorale de 2005 : « Professeur Docteur Sali Berisha, avec des mains propres» pour une meilleure répartition des fonds publics et, surtout, une lutte sans merci contre la corruption qui n’a cessé d’empirer depuis 2005.

« Modération » à la turque ou émirat islamique ?

Pour tenter de mettre fin à la révolte populaire, Berisha s’est débarrassé de son ancien vice-Premier ministre Ilir Meta, déchu le 16 février 2011 de son immunité parlementaire sous prétexte de faits de corruption bien sûr avérés, mais que le Premier ministre en titre avait jusque-là couverts, voire encouragés. Cette ultime manœuvre sauvera-t-elle son régime ou, exaspérés par la pauvreté et la disparité croissante entre leur triste sort et le train de vie ostentatoire de la clique au pouvoir, les Albanais vont-ils finir par imiter les Tunisiens, les Egyptiens et les Libyens et sombrer dans la violence ?

Revenus en force après la chute de la dictature communiste qui interdisait toute pratique religieuse, les imams attendent leur heure, convaincus qu’ils sont, dans les mosquées qui ont champignonné grâce aux largesses de l’Arabie saoudite, qu’ils seront les grands gagnants de l’épreuve de force.

Pour limiter les dégâts, Washington et l’Union européenne favorisent une évolution « à la turque », avec un parti prônant un islam « modéré » comme l’AKP du Premier ministre Erdogan. Dans un pays profondément féodal, arriéré, violent, et qui n’a jamais connu une profonde réforme de la société comme celle qu’avait entreprise le kémalisme, un tel dessein – dicté également par l’obsession de remettre la Sublime Porte au centre du jeu eurasiatique – semble toutefois relever de l’irénisme. En cas de révolution en Albanie, bien plus probable apparaît la victoire d’un islam radical, qui ne mettrait pas longtemps à l’implanter également au Kossovo. Pacolli prétend faire de ce dernier pays un phare « du cosmopolitisme et du multiculturalisme » dont lui-même est un si bel exemple, mais qui, tout comme l’Albanie, est dévasté par la corruption de ses dirigeants… et désormais musulman à plus de 90%.

Les mêmes causes produisant les mêmes faits, l’actualité récente a maintes fois démontré que la dépravation des élites était le plus sûr allié des fous d’Allah dans leur montée au pouvoir. Même si les fondamentalistes sont eux aussi éminemment corruptibles. Voir l’Afghanistan.

Camille Galic

 

http://www.polemia.com/article.php?id=3572

La Belgique trop généreuse prise au piège par ses demandeurs d’asile

L’afflux des demandeurs d’asile devient ingérable avec l’afflux de faux vrais réfugiés en provenance des Balkans attirés par la «générosité» du royaume qui les traite bien plus favorablement que les sdf locaux. Une situation qui ne pourra que s‘aggraver puisque dès janvier, on s’attend à une vague d’Albanais qui n’auront plus besoin de visa pour entrer dans l’Union européenne

Cette chaleureuse bienveillance quasi séculaire à l’égard de tous les miséreux de la terre est le fondement même de la situation que connaît actuellement le pays. Vient s’y greffer l’extrême lenteur de l’autorité publique (Office des étrangers) pour décider si oui ou non le candidat est admis ou pas : 15 à 16 mois ! On comprend dès lors qu’il y a engorgement. Mais ce n’est pas tout : la loi belge prescrit que, dès leur arrivée sur le sol de l’Eldorado, les candidats à l’exil ont droit à un avocat payé par l’Etat, un viatique et un logement décent durant toute la durée de la procédure. Donc, durant 15 à 16 mois. Des égards, il faut le préciser, auxquels n’ont pas droit « nos » SDF…

Suite sur Agoravox