«Saloperie de Turc…», le dérapage du maire sortant PS de Montbéliard

Amer après sa défaite aux municipales, Jacques Hélias a tenu des propos à l’encontre de son adversaire dissident qui mettent mal à l’aise sa famille politique.

Jacques Hélias, maire sortant PS de Montbéliard a la défaite amère, d’après l’Est républicain. Au soir de sa déroute au second tour des municipales, il a tenu un discours dans sa permanence, devant une cinquantaine de personnes, se faisant remarquer par un dérapage.

Il s’en est pris directement à un dissident PS, Ilker Ciftci, qui a fait le choix de se maintenir au second tour et a obtenu 10,09% des voix. A son encontre, il a parlé de «cette saloperie de Turc», comme le rapporte également le blog politique de la rédaction de France 3 Franche-Comté. «Jacques Hélias a répété sa formule et dit qu’il assumait ses propos», raconte une témoin de la scène au quotidien local, choquée par ces mots. [...]

Le Figaro

(merci à Nebel)

Un nouveau «Jour de colère», premier bras de fer pour Valls à Matignon

La nomination de Manuel Valls à Matignon réveille les rancunes des différentes composantes du collectif Jour de colère, qui doit manifester ce week-end dans plusieurs villes de France.

«Ce sinistre personnage cristallise contre lui la colère de tous les opposants au régime.» Sur la page Facebook du collectif «Jour de colère», l’accueil est glacial pour le nouveau premier ministre. «Il n’hésite pas à nous réprimer violemment. Les faits qui lui sont reprochés sont multiples: gazage, matraquage, (…) entraves à la liberté d’expression, et la liste est longue.» Des manifestations doivent se dérouler ce week-end dans plusieurs grandes villes de France, prévues depuis l’entre-deux-tours des municipales. Tout porte à croire que la promotion de Manuel Valls changera la teneur des slogans.

Béatrice Bourges, animatrice du Printemps français, l’une des composantes du «Jour de colère», prévient: la nomination de Manuel Valls, «c’est un pas vers la dictature». Contactée par le Scan, elle affirme son inquiétude pour la liberté d’expression: «Il ne supporte pas la contradiction.» La fondatrice du Printemps français ajoute: «C’est une très mauvaise nouvelle pour la démocratie. Les manifestations de ce week-end seront, je l’espère, une façon de montrer que nous ne nous laisserons pas faire ses méthodes autoritaires.» [...]

Le Figaro

Patrick Mennucci (PS) : « Le mariage pour tous nous a coûté des voix »

Patrick Mennucci, le candidat socialiste à la mairie de Marseille, a essuyé un sévère revers. Battu dans son propre secteur du centre, son parti ne dirige plus qu’une seule mairie de secteur dans la deuxième ville de France, dont Jean-Claude Gaudin (UMP) conserve la mairie pour un quatrième mandat consécutif.

Après votre défaite au premier tour, vous avez pointé la responsabilité de la politique du gouvernement Ayrault. En quoi a-t-elle pesé ?

« Arrêter avec les lois qui bouleversent la société »

J’assume la responsabilité de l’échec. J’ai voulu une campagne claire en matière de programme, de changement. Et ce n’est pas ce que les Marseillais attendaient. Mais, là où l’écart est faible entre nous et l’UMP, je pense que c’est la politique nationale qui nous fait perdre. Elle m’a coûté, par exemple, mon secteur. Sur le terrain, on a toujours entendu les mêmes choses : les retraites taxées, le poids des impôts. Dans mon arrondissement, en centre-ville, il y a aussi eu la question du mariage pour tous. Pas chez des catholiques qui se seraient radicalisés – ceux-là ne votaient pas pour moi –, mais plutôt dans la communauté musulmane. Il y a eu une campagne assez dure menée sur le terrain. Des tracts avec ma photo en train de célébrer un mariage homosexuel ont été diffusés.

La sénatrice PS Samia Ghali dit que le gouvernement a pris « trop de mesures sociétales et pas assez de mesures sociales ». Etes-vous d’accord ?

Je ne dis pas que Samia Ghali a raison. Je confirme que ces mesures sur les grandes questions de société nous ont coûté des voix sur le terrain. [...]

Quel axe doit choisir le gouvernement Valls pour réconcilier les électeurs avec le PS ?

Il faut expliquer la difficulté dans laquelle on est, clarifier un agenda, se donner cinq ou six objectifs et s’y tenir. Arrêter avec les lois qui bouleversent la société. Je ne dis pas qu’il ne fallait pas faire le mariage pour tous. J’étais pour. Mais là, on doit se concentrer sur l’économique et le social. [...]

Le Monde

YouTube assigné en justice en France pour retirer la vidéo “l’innocence des musulmans” (Maj : la vidéo retirée)

Maj 28 février 2014 : La justice américaine vient d’ordonner le retrait

Hier, une cour d’appel a cassé cette décision, ordonnant à Google de retirer le film « L’innocence des musulmans » au motif que l’une de ses actrices avait été trompée. Elle avait joué dans un autre film de Youssef, jamais sorti, et certaines de ses scènes avaient été détournées, doublées en arabe et intégrées à son insu au brûlot antimusulman, ce qui a valu à l’actrice, Cindy Lee Garcia, de recevoir des menaces de mort.

RFI

Article initial du 23 janvier 2013

Après avoir assigné Charlie Hebdo puis Gérard Longuet et Gilbert Collard, Saada Zaoui s’attaque à YouTube. L’hébergeur de vidéos est assigné pour “diffamation publique” envers les personnes de confession musulmane pour sa diffusion de la vidéo “L’innocence des musulmans”.

[...] Les demandes sont démesurées. Outre 10 000 euros de frais par plaignant (RDAP, OAU et monsieur Zaoui), sont demandés 750 000 euros pour chacune des deux associations et un euro “en réparation du préjudice moral” pour Saada Zaoui.

Les Inrocks

«Votre multiculturalisme, je l’ai pris en pleine gueule » [Rediff]

• Pour les nouveaux lecteurs, rediffusion de la tribune libre de XYR du 10 mai 2012
• Titre alternatif : « Je suis une erreur dans votre système, je suis votre électeur FN »
• 
Ce texte, lors de sa parution en 2012, a connu un succès considérable sur internet
—————————-

C’est l’histoire d’un mec…

Un électeur FN, normalement, c’est une personne âgée assez aisée, qui aimerait interdire le rock, la techno et toutes les musiques de « jeunes », qui vit dans un village paumé à la campagne et qui n’a jamais vu un Arabe de sa vie, une personne xénophobe pleine de préjugés qui regarde trop TF1. Ou bien c’est un pauvre gars inculte faisant partie de la frange la moins éduquée de la population, qui ne comprend pas le monde dans lequel il vit.

J’ai la vingtaine et quelques années, je vis avec à peine 500 euros par mois, j’écoute du métal et de l’électro en passant par du rap, j’ai passé tout mon secondaire dans une ZEP et j’ai habité dans une banlieue encore après mon bac, j’ai été élevé dans une gauche Canal plus et chez nous le bouton 1 de la télécommande est resté à l’état neuf. J’ai toujours eu d’excellentes notes au cours de ma scolarité, avec notamment un 20 sur 20 en histoire/géo pour mon bac blanc, et je suis des études supérieures en étant à quelques semaines d’un master avec mention Bien.

Moi, raciste ? Il y a une quinzaine d’années encore lorsque j’allais à un repas avec mes parents, et que j’entendais des convives dire qu’ils n’aimaient pas les Arabes et qu’ils votaient Le Pen, je sortais discrètement de la pièce pour aller dehors cracher sur leur bagnole. Moi, raciste ? Mes potes au collège s’appelaient Abdelkader et Saïd et je vomissais avec eux les « fachos ». Moi, raciste ? Au lycée j’ai signalé à la direction, qui m’emmerdait pour des broutilles, que des élèves néonazis se pointaient avec « Mein Kampf » au bahut.

Moi, je ne suis pas dans le « champ républicain » ? Je vous emmerde, la gauche. Je vous ai appartenu corps et âme assez longtemps pour avoir le droit de le dire, haut et fort. Je n’ai aucune leçon à recevoir de vous. Entre les deux tours de 2002, j’avais 15 ans et j’ai défilé contre Jean-Marie Le Pen. Qu’est-ce qui selon vous m’a rapproché de lui un peu plus tard ? Les paroles de « division » de Nicolas Sarkozy ? Il n’existait pas à l’époque.

C’est la réalité qui m’a fait voter FN quand tout dans mon éducation, mes valeurs, mes préjugés me destinait au contraire. Ce qui crée la « division » dans ce pays ce ne sont pas les paroles des politiques, ces dernières ne sont que le reflet des aspirations qui viennent de la base.

Ce qui crée la « division » c’est la présence de plusieurs peuples distincts sur un même territoire, à force d’immigration massive sur des dizaines d’années, démarche irresponsable dans le meilleur des cas, diabolique dans le pire des cas.

Sarkozy n’a fait que récupérer la colère qui couvait, il ne l’a en rien créée.

Le mot « racailles » Nicolas Sarkozy ne l’a pas inventé, il l’a repris de la bouche de cette dame qui lui parlait à la fenêtre, parce qu’elle vit là-bas, elle. Ça vient d’en bas, c’est clair, la gauche ?

C’est un « jeune » qui vous parle, vous aimez tellement ce mot, un jeune qui constate que la « division » c’est vous qui l’avez provoquée, encouragée, en important ici des populations qui nous étaient hostiles, par souvenir de la guerre d’Algérie, en les rendant encore plus hostiles avec le mouvement « antiraciste », avec votre « marche des beurs », en les appelant à revendiquer leurs origines tout en nous contraignant à avoir honte des nôtres, en apprenant à tous que tout ce qui était « de souche » était nazi, colon, ignoble à tout point de vue, en nous effaçant littéralement de votre « diversité », vous avez créé ce racisme dont vous ne parlez jamais, pourtant largement majoritaire dans les faits : le racisme de ceux qui nous appellent « les faces de craies ».

Moi, raciste ? Je vous emmerde, tellement profondément, vous ne pouvez même pas l’imaginer. Votre « multiculturalisme » je l’ai pris en pleine gueule. Vous m’avez fait croire qu’ils étaient français, ceux-là même qui m’insultaient de « sale Français » quand c’était pas « sale Blanc ». Plus jeune je recevais des stylos blancos au visage, et les insultes qui allaient avec. Je ne comprenais même pas ce que ça voulait dire. Je continuais à me prendre la tête avec des potes qui connaissaient le terrain encore mieux que moi et qui me disaient « Ils nous emmerdent les Arabes », je leur répondais « Attendez on les a colonisés quand-même ! C’est normal ! ». Je me souviens de cette petite blonde aux yeux bleus, en 4ème, qui vivait dans la cité entourant notre collège. Je l’aimais bien et elle aussi, mais un jour elle m’avait avoué, les larmes aux yeux, qu’elle ne pourrait pas sortir avec moi, que ça serait trop mal vu ici d’être avec un Blanc. Trop risqué pour elle.

Plus tard j’ai vécu dans un de ces quartiers, dans une autre ville. Je n’avais pas encore de voiture ni de permis, trop cher pour moi, alors je devais rentrer chez moi en bus le soir, sur cette ligne hautement fréquentée par les racailles. Une nuit je rentrais avec ma petite amie et un pote, nous nous sommes faits encercler dans ce bus, ils étaient une bonne quinzaine, ils ont commencé à toucher les cheveux de ma copine en rigolant, elle bouillonnait autant que moi, mais que faire, ils étaient trop nombreux, comme toujours. Elle s’est retournée et a bougé leurs mains violemment, « hey mais tiens ta femme toi » m’a dit un des gars, le ton est monté d’un cran et ils se rapprochaient, le chauffeur voyait mais n’a rien fait, on a réussi à descendre à l’arrêt suivant, sous les insultes, forcément. Quand les portes se refermaient j’ai dit « Vous étonnez pas après qu’on vote Sarkozy ! », avant que mon pote n’ajoute « Ou pire. », et je me souviens lui avoir dit « Oh arrête, faut pas exagérer non plus… ». « Faut pas exagérer », putain, même après ça je ne voulais pas « exagérer ».

Ma copine ne disait rien mais pleurait de colère. Quelques mois après, cette fois je n’étais pas avec elle, elle s’était fait arracher son Ipod à un arrêt de bus. Et deux ou trois jours plus tard, alors qu’on était en ville, on a croisé le voleur avec des potes à lui, une dizaine, ils sont passés devant nous et ma copine m’a dit « C’est lui » en le fixant d’un regard noir malgré ses yeux bleus. Et lui a dit à ses potes « Wesh les cousins c’est elle ! » en pointant du doigt ma copine, et en riant. Ils sont passés devant nous en prenant soin de bien ralentir pour nous montrer comme ils étaient fiers de leur impunité, de notre impuissance. Encore une fois, que faire, à un contre dix, et avec sa copine. Elle était déjà allée voir les flics avant, qui avaient « noté » sa plainte, bien sûr. Elle a encore pleuré des larmes de rage, en disant entre deux sanglots « Mais bon Dieu c’est pas possible que ça existe ça, pourquoi ça existe », alors que je la prenais dans mes bras.

Je vous emmerde, la gauche. Grâce à vous j’ai dû passer ma jeunesse à accepter les agressions au faciès, à admettre les humiliations quotidiennes, à subir des situations qui font penser à certains récits de braves gens pendant l’occupation. Devoir gérer les rues que l’on va emprunter pour éviter leurs bandes, établir des diversions, être sur le qui-vive à chaque instant, se priver de sortir parfois, élaborer des parcours dans l’espoir de rentrer vivants, baisser les yeux et fermer la bouche, est-ce que ça parle à l’un d’entre vous ? Et encore, je ne parle ici que des agressions, des risques physiques, pas de tout le reste, du moins évident, de cette époque où il n’y a plus de place pour moi, pour nous.

Moi, raciste ? Je vous emmerde de tout mon être. Je n’ai jamais eu de peurs irrationnelles, j’ai tout pesé et jugé sur le terrain. Je n’ai pas de préjugés, je n’ai que des post-jugés.

Tout votre vocabulaire est à foutre aux ordures, toute votre artillerie lourde et votre chantage permanent n’ont plus aucun effet sur moi, comme sur des millions d’autres, c’est de la pluie sur un imperméable. Tout ce qui me définit aujourd’hui c’est la réalité qui me l’a appris. Je ne suis pas le fils d’Hitler mais celui des jeunesses antiracistes. Je suis le fils de votre matrice. Je suis le fruit de l’éducation nationale et de la FCPE, des cours d’éducation civique qui finissaient tard le soir, quand il faisait déjà nuit et qu’on n’était plus que 4 dans la classe car c’était ramadan.

Je suis Libé et le Canard Enchaîné. Je suis de Caunes et Garcia, Nulle Part Ailleurs, Siné et le professeur Choron, Polac et Ardisson, CNN International et Jules-Édouard Moustic. Je suis une rédaction du brevet des collèges dans laquelle j’incendiais l’Etat autoritaire français qui selon moi avait tué Coluche. Je suis l’enfant de Desproges et Nina Hagen, de Robespierre et Ras l’Front. Je suis le rejeton de la culture. Je suis les Sex Pistols et The Clash, je suis Alliance Ethnik et NTM, j’ai appris à marcher dans le salon près de statuettes africaines, mon univers est coloré, je suis le mélange, fruit d’un Breton et d’une Italienne, je suis le hip hop celtique à la con de Manau. Je suis tout sauf la Tradition moisie, je suis le résultat des nouvelles technologies et de Katsumi, je suis aussi l’art et je joue de la guitare depuis mes cinq printemps, je suis le zapping, Karl Zero et les Guignols de l’Info, Jack Lang et Mitterrand.

Vous m’avez fait, puis abandonné, je suis votre propre créature qui vous a échappé. Je suis l’archétype du garçon vif et intelligent, hostile d’instinct aux réactionnaires, je suis à mille lieues des conservateurs de tout bord et c’est précisément pour ça que je suis à mille lieues de vous, de vos slogans éculés et de vos poncifs périmés.

Je ne suis pas seul, il y a une autre jeunesse en France que vous ne voulez pas voir, qui ne vous intéresse pas, une jeunesse que vous n’excusez jamais, que vous n’écoutez jamais, que vous méprisez toujours, une jeunesse pleine d’énergie et de talent, d’envie et d’amour, une jeunesse qui ne brûle rien sinon de désir de changement, de vrai changement, elle est là dans la rue et dans les concerts, elle n’est pas honteuse elle veut simplement vivre, et vous ne la ferez plus taire avec vos mensonges et votre haine.

Je suis le seul palestinien colonisé dont vous vous foutez. Je suis le seul type de Français qui n’a pas droit à votre « tolérance ». Je suis celui qui fait s’effondrer toute votre propagande, vos réflexes usagés, comme le World Trade Center ou l’immeuble à la fin de Fight Club.

C’est votre monde qui m’a fait, qui m’a conçu, je suis immunisé contre la culpabilité, vos anathèmes ne marchent plus. Je ne suis que la dernière conséquence de votre racisme contre tout ce qui ressemble, de près ou de loin, à un Européen. Je suis une erreur dans votre système, je suis votre électeur FN.

lesheureslesplusclaires

[Addendum 11/05/12]]————–—————–

C’est mon histoire, c’est la vôtre, c’est la nôtre

Il semble que mon dernier texte ait eu un certain impact. Presque 2000 « J’aime » sur facebook, un grand nombre de liens sur twitter, des reprises sur plusieurs autres sites. Des visiteurs qui étaient des centaines sont devenus des milliers en quelques heures, principalement grâce aux administrateurs de François Desouche que je remercie au passage, et qui font un boulot essentiel, on ne le dira jamais assez.

Une large audience pour cet article donc. Ça fait plaisir, inutile de le cacher, on écrit d’abord pour être lu. Des dizaines et des dizaines d’emails reçus, des proches parfois, beaucoup d’inconnus, de l’enthousiasme à revendre, des personnes qui se reconnaissent totalement dans les mots que j’ai expulsés, des témoignages de lecteurs souvent touchants et touchés. Je suis heureux d’avoir réussi à parler au nom de pas mal d’entre vous, en particulier de ma génération, et je compte bien continuer à le faire. Merci à vous. C’est toujours bon de savoir qu’on n’est pas seul. [...] Lire la suite

[Addendum 17/05/12]————–—————–

Rue89 reprend l’intégralité de la tribune de Xyr (déjà partagée 2500 fois sur Facebook) :
Comment un jeune homme, qui a manifesté contre Le Pen en 2002, peut-il voter pour sa fille en 2012 ? Une tribune pour comprendre et retracer un itinéraire peu commun.

[Addendum 19/05/12]]————–—————–
Rue89 : « Suite à la publication de la tribune signée Hordalf Xyr, et intitulée « Je suis une erreur dans votre système, je suis votre électeur FN », nous avons reçu une réponse d’un riverain « issu de l’immigration », qui se dit « très affecté » par cette lecture et propose une autre approche de la société. Le débat continue. »

Lire la tribune du « riverain » : « frustré, je n’ai pas choisi la haine »

Mendès-France : l’Union Européenne et l’abdication de la démocratie (rediff)

Pierre Mendès-France. Extrait du discours contre le marché commun et la délégation de pouvoirs à une autorité européenne (18 janvier 1957). 

 » Le projet du marché commun tel qu’il nous est présenté est basé sur le libéralisme classique du XIXe siècle selon lequel la concurrence pure et simple règle tous les problèmes.

L’abdication d’une démocratie peut prendre deux formes, soit elle recourt à une dictature interne par la remise de tous les pouvoirs à un homme providentiel, soit à la délégation de ses pouvoirs à une autorité extérieure, laquelle au nom de la technique exercera en réalité la puissance politique.

Car au nom d’une saine économie on en vient aisément à dicter une politique monétaire, budgétaire, sociale, finalement une politique au sens le plus large du mot, nationale et internationale. « 

Pour le texte complet, voir nos archives ou ici

Mendès-France discours europe

_______________________________

Complément (octobre 2012) : Le premier secrétaire du Parti socialiste, Harlem Désir, s’est prononc en faveur de l’entrée de Pierre Mendès France au Panthéon à l’occasion du trentième anniversaire de sa mort.

« Je soutiens, au nom du Parti socialiste, l’entrée au Panthéon de Pierre Mendès France », a écrit Harlem Désir. Cette décision donnerait du sens, de l’éthique, des valeurs, dans la profonde crise économique et civique que traverse notre pays. Ce serait le symbole fort d’une gauche qui à la fois dit la vérité et réforme la société ».

Le Figaro

Eva Joly attaque la droite populiste norvégienne

« Ce serait honteux » qu’un tel parti entre au gouvernement. Eva Joly s’en est vivement prise à la droite populiste anti-immigration, mercredi 4 septembre, à quelques jours des législatives norvégiennes du 9 septembre.

« Dans un pays comme la Norvège, où l’on a des excédents budgétaires, pas de chômage et où l’on a accès aux meilleures prestations de santé au monde, comment les gens peuvent-ils voter pour un parti basé sur l’hostilité, la haine et l’exclusion ? », s’est demandé la Franco-Norvégienne, citée par la radiotélévision NRK, pointant du doigt le parti du Progrès (FRP).

Crédité d’environ 15 % des intentions de vote aux législatives, le FRP est en bonne position pour former un nouveau gouvernement aux côtés du parti conservateur de Mme Erna Solberg, aux dépens de la coalition de gauche sortante.

Mme Joly, qui avait recueilli 2,31 % des voix à l’élection présidentielle française de 2012, tente d’aider un nouveau parti écologiste à percer aux législatives norvégiennes, le premier scrutin national depuis le massacre d’Utoya.

« Elle a le droit d’en faire son hobby quotidien. Nous, ce qui nous occupe, c’est de trouver de meilleures solutions pour la Norvège », a réagi le vice-président du FRP Ketil Solvik-Olsen, cité par les médias norvégiens. [...]

Le Monde

Argenteuil : Affrontements après le contrôle de police d’une femme voilée : deux policiers blessés Màj : 2 hommes devant la justice

Addendum 3 septembre : Ils comparaîtront mardi devant le tribunal correctionnel de Pontoise pour des violences sur des policiers commises en juin dernier à Argenteuil (Val-d’Oise).

(…) le figaro

—————————————————

La situation a dégénéré mardi soir à Argenteuil. Il est environ 20 h 30, devant la Basilique, entre les rues de l’Eglise et Paul-Vaillant-Couturier, au centre-ville, quand une patrouille de police souhaite procéder au contrôle d’une femme portant le niqab. « La loi interdit le port du voile intégral sur la voie publique », précise une source proche du dossier.

Des projectiles sont lancés sur les policiers qui essuient également des insultes. Les fonctionnaires utilisent des bombes lacrymogènes et tirent au flash-ball pour disperser la foule. En vain. La scène a duré plus d’une heure.

Alors que le début du contrôle d’identité se déroule normalement, un passant s’en mêle.

«L’homme de 23 ans est très agressif et fait des amalgames en rapport avec la religion», précise une source policière.

Le ton monte. « Cette femme de 25 ans a alors changé de ton », insiste cette même source. [...] Un attroupement d’environ 80 personnes se forme autour de la jeune femme et des fonctionnaires. [...]

Le Parisien et Le Figaro

« Mohamad le profet était un cochon » : un Italien arrêté à Avignon pour des tags « islamophobes »

Plusieurs inscriptions à caractère islamophobe ont été relevées aujourd’hui dans la ville d’Avignon, notamment sur le Palais des papes et un tagueur, soupçonné d’en être l’auteur, a été arrêté dans la nuit.

« Mohamad le profet était un cochon », était écrit en lettres rouges près de l’entrée du palais et au moins sept autres inscriptions, du même acabit, ont été observées en divers lieu de la ville, selon un communiqué de la mairie d’Avignon. [...]

Lire la suite sur Le Figaro

France Info

Se marier à Bobigny : un conte de fées multiculturel


Marianne noire avec quatre yeux, fauteuils des époux flashy en forme de coeur, graffiti chinois aux murs: depuis sept ans à Bobigny une extravagante salle des mariages continue de transformer le passage devant le maire en conte de fées.

«Je tenais absolument à me marier ici !», dit Béatrice émue aux larmes après avoir dit «oui» à Olivier, au milieu des photographes et des invités. «C’est une salle multiculturelle qui me ressemble et il y a un côté humoristique, j’ai eu l’impression d’être dans le monde d’Alice au Pays des Merveilles !».

L’adjointe au maire, Laurence Blin, adresse ses voeux de bonheur aux tout jeunes époux. «C’est une salle colorée et festive, à l’image de la ville, qui renouvelle le rite républicain du mariage», glisse-t-elle de son accent méridional. [...]

Au milieu d’un mur bleu-blanc-rouge, une Marianne noire, conçue au Cameroun, a quatre yeux, deux regardant l’instant du mariage et deux scrutant vers un horizon radieux, avec un ventre proéminent, offrant voeux de fertilité aux mariés. «Il n’est écrit nulle part que Marianne doit être blonde aux yeux bleus», plaide Mme Blin. [...]

AFP / Libération

Une pièce de théâtre islamophobe et raciste au Festival d’Avignon ?

En Avignon se joue actuellement une pièce de théâtre écrite par Jean Naguel sobrement intitulée « Lapidée » qui raconte l’histoire « d’Aneke, une Hollandaise mariée à Abdul, un Yéménite qui voit se refermer sur elle le piège ourdi par le poids culturel d’un milieu qui n’a pas évolué » Source : http://www.ruedutheatre.eu/article/2165/lapidee/

nous vivons actuellement dans une société patriarcale sexiste, raciste, islamophobe mais aussi rromophobe, négrophobe, homophobe, lesbophobe, transphobe, putophobe

Lapidations, excisions, crimes d’honneur…Le statut des femmes musulmanes yéménites, afghanes ou iraniennes et le sort tragique auxquels elles semblent vouées émeut plus que jamais les occidentaux (les blancs ?). Néanmoins, l’énergie déployée à dénoncer les violences sexistes semble systématiquement s’arrêter à nos frontières. Pire, la multiplication de ces représentations orientalistes et confusionnistes entraine à la fois l’invisibilisation et la légitimation de l’islamophobie d’Etat dont les femmes voilées sont aujourd’hui victimes, ici, en France. Faut-il rappeler les récentes agressions racistes d’Argenteuil ? Faut-il rappeler que Leila, âgée de 21 ans, enceinte, y a perdu son bébé sous les coups de ses agresseurs ? Faut-il rappeler les violences policières à Trappes ? Faut-il rappeler que certains établissements scolaires interdisent aux mamans voilées d’accompagner les sorties scolaires de leurs enfants ? Faut-il rappeler que les femmes voilées sont exclues du monde du travail ? La liste des violences racistes, sexistes et néocolonialistes est encore longue…

Lapidée, au même titre que des mouvements comme Ni pute Ni soumises ou Femen contribuent -sous couvert de laïcité et de féminisme- à la diabolisation de l’islam et nourrit le racisme et le fascisme dont musulmans, musulmanes et racisés sont les premières victimes. [...]

PIR

La Suisse juge les salariés français «paresseux» et «arrogants»

[...] C’est désormais au tour des employeurs suisses de s’attaquer aux travailleurs français. Le journal helvétique Le Matin dimanche relève que la mention «Suisse et résident suisse» figure sur de nombreuses offres d’emploi. Et ce, afin de ne pas engager de transfrontaliers et de français. Le quotidien explique alors que les Français sont en effet considérés comme «paresseux» et «arrogants».

Le journal cite une PME suisse, active dans le secteur de la construction, qui écarte les Français après plusieurs mauvaises expériences. «Les Français embauchés étaient souvent malades le lundi et le vendredi», se plaint la responsable du recrutement, qui fustige leur attitude revancharde et revendicatrice. «Il y a toujours un problème. Alors que les Espagnols et les Portugais, ça n’a vraiment rien à voir», a-t-elle déclaré sous couvert de l’anonymat. [...]

Le Figaro