Fdesouche

C’est « la première et la dernière fois » qu’il s’exprime auprès d’un journaliste, assure-t-il après une heure et demie d’échange dans le hall de son immeuble, en région parisienne. Depuis que l’affaire Pogba a éclaté fin août, Birame D. s’est réfugié dans le silence, insensible aux échos lointains d’un possible « maraboutage » de Kylian Mbappé qu’il aurait réalisé à la demande de Paul Pogba. Mais « certaines personnes sont allées trop loin dans le mensonge », estime désormais Birame. Ce père de famille de 39 ans, né au Sénégal et arrivé en France à l’âge adulte, pense à un homme en particulier : Mamadou M., dit Mam’s, l’ex-ami le plus proche de Paul Pogba, aujourd’hui mis en examen pour « extorsion en bande organisée avec une arme ».

[…]

Pendant le confinement du printemps 2020, je lui ai parlé de la situation des sans-abri qui vivaient porte de la Chapelle à Paris dans des conditions très difficiles et il a envoyé de l’argent pour eux.

Birame D.


Vidéo à l’appui, il nous montre l’intérieur d’une mosquée pourvue de tapis de prières tout neufs que le champion du monde 2018 aurait donc offert dans le cadre d’une sadaqa, une aumône censée « purifier » le donateur. « Pendant le confinement du printemps 2020, je lui ai parlé de la situation des sans-abri qui vivaient porte de la Chapelle à Paris dans des conditions très difficiles et il a envoyé de l’argent pour eux », complète le marabout. Birame refuse toutefois de donner des chiffres et de confirmer que le transfert des fonds entre Paul Pogba et les bénéficiaires supposés transitait entre ses mains. Tout juste reconnaît-il avoir été interpellé une fois par la police, en 2019, en possession de 15000 euros. Une somme que Pogba à l’époque avait confirmé lui avoir versée.

[…]

Lors d’une audition début août par les policiers de l’Office central de lutte contre le crime organisé (OCLCO), Paul Pogba a évoqué la relation avec son marabout, « un sage » selon les précisions du milieu de terrain de la Juventus : « Je lui ai fait plusieurs dons pour qu’il envoie nourriture et autres denrées en Afrique pour aider les populations en difficulté. Par la suite j’ai appris que c’était un charlatan qui ne faisait que prendre l’argent ». Ainsi désavoué, Birame relativise. « Devant les policiers, Paul a peut-être préféré prendre ses distances avec moi. Pour ma part, je refuse de salir son nom et je me souviens de lui comme d’une très belle personne ».

Le Parisien


Fdesouche sur les réseaux sociaux