Fdesouche


Le 17 février 2018, Pascal Foltran, un Toulousain de 50 ans installé au Maroc, a été tué à coups de pioche dans sa maison de Marrakech. Malgré une empreinte ADN, l’enquête de la police marocaine n’avance pas. L’avocat de la famille de la victime veut demander la récusation du juge d’instruction, persuadé que ce meurtre a été commandité.

« Le plus difficile, c’est de ne toujours pas savoir ce qui s’est passé quatre ans après l’assassinat de mon frère. On vit toujours un deuil inexpliqué et c’est important de savoir la vérité, en particulier pour ma belle-sœur et ma nièce », confie Arnaud Foltran, 48 ans. Dans la nuit du 17 au 18 février 2018, son frère aîné, Pascal, 50 ans, a été sauvagement tué durant son sommeil, dans sa maison de Marrakech, au Maroc, où il était installé depuis une vingtaine d’années. Un meurtre inexpliqué où aucun coupable n’a été arrêté, malgré la présence d’une empreinte ADN et d’un portrait-robot du suspect. Face à ce manque d’avancée de l’enquête, Jean-Lou Levi, l’avocat de la famille Foltran, les parents de Pascal et son frère Arnaud, médiatisent l’affaire avant une nouvelle audience ce mardi avec le juge d’instruction à Marrakech.

(…) Le Parisien


Fdesouche sur les réseaux sociaux