Fdesouche

15/08/2022

Sempé ne rechignait pas à épingler certains ridicules, quitte à se montrer assez féroce avec ces contemporains, qualifiant Picasso « d’imbécile complet ». « Quand il déclare : “Je suis allé au communisme comme à une source d’eau fraîche.” Non mais quel connard !, déclarait-il dans nos colonnes, en 2017. Bien sûr que l’eau était fraîche, elle venait de Sibérie où l’on tuait un bon millier de pauvres gens par jour. De telles bêtises, c’est accablant. De la même manière, Jean-Paul Sartre, qui avait déclaré en rentrant confortablement de Russie, où il avait été très bien accueilli : “Tout anticommuniste est un chien”. Ce type dirige la pensée française de l’époque. C’est quand même impensable… » Pourtant Sempé ne fera jamais étalage de ses opinions dans ses dessins. Pour lui, “l’humour n’a jamais été fait pour attaquer”.

Le Figaro

12/08/2022

Le Petit Nicolas a perdu son papa. Le dessinateur français Jean-Jacques Sempé, connu, donc, pour ses illustrations des aventures du Petit Nicolas et ses dessins de presse humoristiques, s’est éteint jeudi 11 août à l’âge de 89 ans. Grand maître français de l’humour et de la poésie, mélange de dérision et de modestie, Sempé a tracé depuis les années 1950 jusqu’à aujourd’hui une œuvre pleine de bonhommie.

Né en 1932 à Pessac, près de Bordeaux, le dessinateur a publié une douzaine d’albums dans sa carrière, Saint Tropez, Tout se complique et surtout le Petit Nicolas, vendu aujourd’hui à quelque 15 millions d’exemplaires. Enfant naturel, battu et bègue, Sempé n’a pas vraiment eu l’enfance de son héros Nicolas qu’il fait grandir avec Goscinny dans une France idéalisée des années 1950. Il vend ses premières planches en 1950 à Sud Ouest qu’il signe “DRO” (de “to draw”, dessiner en anglais).

Depuis le Petit Nicolas qu’il créé en 1959 avec René Goscinny, Jean-Jacques Sempé a publié quasiment un album par an et signé une centaine de Unes dans la presse. Un autobus sur un pont traversant la Seine de nuit, des musiciens, des cyclistes, un cracheur de feu, des scènes à Central Park, Saint-Tropez ou au Jardin du Luxembourg… Dans chacune de ses œuvres, on retrouve ses thèmes de prédilection: la petitesse de l’homme dans la nature, sa solitude dans la ville, ses disputes, ses ridicules et ses ambitions démesurées, les limites de l’esprit d’équipe.

Le Point


Fdesouche sur les réseaux sociaux