Fdesouche

23/03/2021

Réponse donnée par M. Várhelyi, Commissaire européen au voisinage et à l’élargissement, au nom de la Commission européenne

En juin 2018, le Conseil a déclaré que la Turquie s’éloignait de l’Union européenne et a fait remarquer que les négociations d’adhésion de la Turquie étaient au point mort. Cette évaluation a été répétée depuis lors et, dans son rapport d’octobre 2021 sur la Turquie, la Commission a conclu que les faits sous-jacents ayant conduit à cette évaluation sont toujours valables. Néanmoins, lors des réunions du Conseil européen de décembre 2020, de mars 2021 et de juin 2021, les dirigeants de l’UE ont indiqué qu’ils étaient prêts à promouvoir un programme positif à l’égard de la Turquie, axé, entre autres, sur l’intensification des échanges interpersonnels. .

Les avantages de la participation de la Turquie aux programmes de l’UE sont nombreux. Les échanges entre les citoyens turcs et européens contribuent au dialogue de la société civile. […]

La participation aux programmes de l’UE encourage la participation active des institutions publiques et privées turques, des organisations non gouvernementales, des institutions de la société civile et des universités à s’impliquer plus profondément dans le processus d’intégration à l’UE. Les connaissances et les compétences développées grâce à leur participation aux programmes de l’UE seront conservées au sein des institutions participantes et des ministères responsables. La participation aux programmes et agences de l’UE leur permet de se familiariser avec les politiques et les méthodes de travail de l’UE tout en facilitant les échanges d’expériences et de meilleures pratiques.

Réponse du 22 février 2022 de M. Várhelyi, Commissaire européen au voisinage et à l’élargissement, au nom de la Commission européenne, à la question E-005369/2021


15/12/2021

Un parlementaire européen interroge la Commission sur la participation de la Turquie à de nombreux programmes de l’UE jusqu’en 2027 et la compatibilité de la Turquie avec les valeurs de l’Europe

Question de Christine Anderson (ID) du 1er décembre 2021 à la Commission

Objet: Coopération et influence de la Turquie sur les jeunes dans les programmes d’éducation de l’UE dans les États membres

La Turquie, qui est un État musulman, participe à plusieurs programmes de l’UE jusqu’en 2027. Il a également rejoint divers programmes de l’UE qui seront opérationnels jusqu’en 2027. Par exemple, il participe au programme d’éducation Erasmus+ et au programme de recherche Horizon Europe de l’UE. La Turquie a coopéré avec les pays de l’UE dans les éditions précédentes des programmes. Il existe un rapport exposant comment le gouvernement Erdoğan promeut l’idée d’un assujettissement islamique de l’Europe.

  1. Selon l’évaluation de la Commission, la Turquie est-elle un État qui représente les valeurs européennes ?
  2. Quelle valeur ajoutée la Commission prévoit-elle pour les jeunes impliqués dans les programmes concernés et pour les citoyens des États membres grâce à la coopération avec la Turquie dans ce domaine?
  3. Dans quelle mesure la Commission européenne estime-t-elle un éventuel impact négatif du gouvernement autoritaire d’Erdoğan sur les jeunes dans le cadre de la coopération ?

Question de Christine Anderson (ID) n°E-005369/2021 du 1er décembre 2021 à la Commission


05/11/2021

La Turquie rejoint divers programmes de l’UE jusqu’en 2027. Etudiants, élèves ou stagiaires de Turquie pourront y participer dans les mêmes conditions que les ressortissants des pays de l’UE

[…] La Turquie a rejoint les nouvelles éditions de divers programmes de l’UE. Le pays participera désormais au programme de recherche de l’UE Horizon Europe, au programme d’éducation Erasmus+ et au Corps européen de solidarité jusqu’en 2027, selon les informations de la Commission européenne mercredi. Les chercheurs, étudiants, élèves ou stagiaires de Turquie peuvent désormais participer dans les mêmes conditions que les participants des pays de l’UE.

La Turquie a déjà coopéré avec les pays de l’UE dans les éditions précédentes des programmes. En avril, les dirigeants de l’UE et Ankara ont discuté de l’élargissement de la coopération dans ces domaines.

Les projets de recherche et la coopération scientifique internationale sont financés dans le cadre d’Horizon Europe. Le programme d’échange pour les jeunes, désormais connu sous le nom d’Erasmus+, a été étendu à d’autres domaines sous un nouveau nom. Il vise à soutenir l’éducation, la formation, la jeunesse et le sport en Europe. Dans le cadre du corps européen de solidarité, les personnes âgées de 18 à 30 ans ont la possibilité d’être soutenues, par exemple par des services volontaires ou des stages.

rnd.de

En lien :


Fdesouche sur les réseaux sociaux