Fdesouche

“Une guerre dans la guerre” : Une femme transgenre affirme que la transphobie et les lois discriminatoires la tiennent en otage à Kiev pendant l’invasion russe.

Zi Faámelu, qui vit à Kiev, manque de nourriture et n’a pas quitté sa maison depuis des jours alors que des tirs éclatent à l’extérieur. Et elle dit qu’elle ne peut pas partir.

Faámelu, qui est transgenre, a déclaré que la transphobie est omniprésente en Ukraine et dans les pays voisins, et elle craint que si elle part, la tension du conflit en cours ne la rende plus vulnérable à la violence. Faámelu était auparavant une participante populaire de l’émission de concours de chant ukrainienne “Star Factory”.

(…) “Il n’y a aucune chance que les douaniers ukrainiens me laissent passer”, dit-elle. “Il n’y a aucun moyen.”

Si elle parvient à la frontière d’un pays voisin offrant un refuge, elle n’est même pas sûre qu’ils la laisseront entrer, car l’identification de son passeport ne correspond pas à son genre. La communauté LGBTQ est devenue plus visible et acceptée au fil des ans, mais pour les personnes transgenres, c’est plus compliqué.

“Ce n’est pas un endroit très accueillant pour les arc-en-ciel. … La vie des personnes transgenres est très sombre ici”, a déclaré Faámelu. (…)

Pendant des années, les personnes transgenres en Ukraine qui voulaient être reconnues légalement avaient une longue liste d’étapes à franchir pour y parvenir. Selon Human Rights Watch, le gouvernement imposait aux personnes transgenres de se soumettre à une observation psychiatrique poussée et de subir une chirurgie de réassignation sexuelle pour obtenir des documents légaux alignés sur leur genre.

(…) Les craintes de Faámelu sont partagées par d’autres Ukrainiens qui s’identifient comme LGBTQ.

CBS News


Fdesouche sur les réseaux sociaux