Fdesouche

La nouvelle présidente du Parlement européen Roberta Metsola, invitée de Che tempo che fa sur Rai 3, dit vouloir reprendre l’héritage de son prédécesseur, David Sassoli, décédé le 11 janvier notamment sur la protection des droits universels. “C’est un moment où l’Europe et même le Parlement européen que j’ai le privilège de présider peuvent désormais être les leaders des droits universels. Ils peuvent les protéger. L’Union européenne doit les protéger, a déclaré Metsola,

[…] Je veux une Europe qui détruit les murs et ne les construit pas. C’est un point important pour moi, a ajouté Metsola. “C’est un autre défi, un problème que nous avons en tant qu’Europe. Nous ne pouvons pas laisser seuls les pays qui se trouvent en première ligne” face aux flux migratoires. “Nous devons trouver une politique humanitaire qui protège toute l’humanité, qui ne fait pas de distinctions en fonction de l’endroit où vous êtes né ou d’où vous venez.”

Nous ne devons jamais oublier que derrière chaque personne qui tente de venir en Europe, il y a une famille, il y a de l’espoir. Et c’est notre échec” si cet espoir “finit dans la Méditerranée“, a déclaré Metsola à propos du fait que la Méditerranée a souvent été qualifiée de “cimetière” pour les migrants qui meurent en essayant de rejoindre l’Europe. “J’ai rendu visite aux garde-côtes et aux autorités italiennes qui font un travail fantastique“, a-t-elle conclu, “Il y a du travail à faire sur le pacte migratoire pour envoyer le message que l’Italie et des pays comme le mien, Malte, ne sont pas seuls” face aux flux migratoires.

Ansa.it / Askanews.it (vidéo)

En lien :


Fdesouche sur les réseaux sociaux