Fdesouche

Ylva Johansson, membre de la Commission. – Madame la Présidente, Mesdames et Messieurs les députés, la valeur naturelle exceptionnelle de la forêt de Białowieża est incontestée. C’est un site de l’UNESCO et un site Natura 2000.

La forêt de Białowieża fait partie du patrimoine naturel de la Pologne et de l’Europe. Nous devons la protéger pour que nos enfants et petits-enfants puissent en profiter eux aussi. Les forêts sont essentielles pour réguler le climat et sauvegarder la biodiversité de l’Europe. C’est particulièrement vrai pour les forêts vierges comme la forêt de Białowieża.

La question que vous soulevez est celle des projets polonais de construction d’un mur frontalier à travers la forêt. Ce mur est en cours de construction en réponse aux tentatives du dictateur biélorusse Lukashenko de créer une crise migratoire artificielle en attirant les gens auxquels il pourrait vendre un voyage coûteux pour l’UE. Bien entendu, ce n’est pas à lui de le vendre. […]

La frontière polonaise avec le Belarus n’est pas seulement une frontière polonaise, c’est la frontière de l’UE. Les États membres doivent protéger les frontières extérieures de l’UE et faire respecter les droits fondamentaux. Il n’y a aucune contradiction à faire les deux. L’Union européenne ne finance pas de clôtures ou de murs, mais nous finançons une gestion intégrée des frontières qui détecte les franchissements irréguliers et est liée à un système de gestion des migrations et d’asile efficace et rapide lors de la gestion de la frontière.

Les États membres doivent non seulement respecter les droits fondamentaux et nos valeurs européennes, mais aussi notre acquis communautaire. Cela signifie qu’ils doivent également respecter pleinement notre législation européenne en matière d’environnement. La directive “Habitats” est très claire. Si un projet a une incidence potentielle sur une zone protégée Natura 2000, les autorités doivent d’abord vérifier s’il y a des effets négatifs importants et s’il existe des moyens de remédier à ces effets. Si elles constatent qu’il y a un impact significatif, les autorités peuvent encore décider de poursuivre le projet. Mais cela ne peut se faire que s’il existe des raisons impératives d’intérêt public majeur. Dans ce cas, elles doivent d’abord prouver qu’il n’existe pas d’autres solutions et elles doivent également compenser les incidences sur l’environnement.

La directive “Habitats” ne définit pas la notion de “raison impérative d’intérêt public majeur”, mais le texte juridique mentionne la sécurité publique à titre d’exemple. Il est donc clair qu’en vertu du droit communautaire, nous pouvons protéger à la fois l’environnement et la sécurité publique. Nous pouvons et devons faire les deux. Il est également clair que nous devons suivre les procédures établies par le droit communautaire. C’est pourquoi, conformément à l’engagement pris lors de la réunion de la commission ENVI du 21 avril, la Commission a envoyé une lettre aux autorités polonaises pour leur demander si ce projet est conforme à la législation environnementale de l’UE. Dès que le gouvernement polonais nous aura envoyé une réponse, nous vous tiendrons au courant de cette importante question.

Parlement européen – Plénière du 5 mai 2022 – Construction d’un mur le long de la frontière entre la Pologne et la Biélorussie dans la forêt primaire de Białowieża – Intervention de la Commissaire aux affaires intérieures Ylva Johansson


25/01/2022

La Pologne a entamé la construction de son mur de 180 km de long à la frontière biélorusse pour empêcher les migrants d’entrer sur le sol européen (MàJ)

Les autorités polonaises ont officiellement lancé ce mardi la construction d’une nouvelle clôture à la frontière avec la Biélorussie pour empêcher les migrants illégaux d’entrer sur le sol européen. 

Les chiffres sont certes moins impressionnants que durant l’automne, mais aujourd’hui encore, des migrants illégaux continuent de franchir la frontière entre la Biélorussie et la Pologne. Une situation dénoncée depuis de nombreux mois par Varsovie et l’Union européenne qui accusent Minsk d’avoir mis en place cette nouvelle route migratoire et d’encourager, voire d’orchestrer ce flux de migrants se dirigeant vers les frontières orientales de l’Europe.

(…)

Concrètement, il s’agit d’une nouvelle clôture avec une barrière métallique haute de cinq mètres qui s’étendra sur plus de 180 kilomètres. La frontière entre les deux pays faisant au total 418 kilomètres. Le mur sera équipé notamment de caméras et de détecteurs de mouvement, pour aider les gardes-frontières à empêcher les passages en fraude. Il coûtera quelque 353 millions d’euros et doit être achevé au mois de juin.

Le lieu des travaux n’a pas été précisé. « Les services biélorusses n’attendent que cela pour y envoyer des groupes de migrants, donc, pour des raisons de sécurité, on n’indique pas les endroits précis », a déclaré une porte-parole des gardes-frontières polonais.

RFI


17/11/2021

Le secrétaire d’État polonais Sebastian Kaleta répond à Clément Beaune, secrétaire d’État chargé des affaires européennes : “Cher Clément Beaune, si vous ne voulez pas financer le mur protégeant la frontière polonaise, qui est en même temps la frontière de l’UE, veuillez envoyer des avions à Minsk pour emmener les migrants en France. Des milliers d’entre eux veulent aller en France, pas en Pologne. Montrez-leur votre humanité et votre respect.”



15/11/2021

Le gouvernement polonais veut empêcher les migrants de rentrer sur son territoire. La frontière avec la Biélorussie fait plus de 400 kilomètres.

La Pologne va commencer en décembre la construction d’un mur le long de la frontière avec la Biélorussie, où de nombreux migrants sont actuellement massés, et la finira au premier semestre 2022, a annoncé lundi 15 novembre dans un communiqué le ministère de l’Intérieur. «L’entreprise que nous devons mener à bien est un investissement absolument stratégique et prioritaire pour la sécurité de la nation et de ses citoyens», a déclaré le ministre de l’Intérieur Mariusz Kaminski.

(…) Le Figaro


30/10/2021

La Pologne est bien partie pour construire un mur face à l’afflux de migrants venus du Bélarus. Le Parlement polonais a en effet définitivement validé vendredi le projet gouvernemental de construire un mur à la frontière entre les deux pays. Le coût du mur est évalué à 353 millions d’euros et il doit s’étendre sur plus de 100 kilomètres.

Les idées de Donald Trump semblent bien être arrivées jusqu’au Vieux continent. Le Parlement polonais a définitivement validé vendredi le projet gouvernemental de construire un mur à la frontière avec le Bélarus pour empêcher les migrants et les réfugiés de passer en Pologne. Le coût du mur est évalué à 353 millions d’euros et il doit s’étendre sur plus de 100 kilomètres à la frontière orientale de l’Union européenne. Le président Andrzej Duda avait annoncé qu’il allait promulguer cette loi dès qu’elle serait approuvée par le Parlement.

Des milliers de migrants, pour la plupart originaires du Moyen-Orient, ont traversé ou tenté de traverser la frontière à partir du Bélarus depuis l’été.

(…) Europe 1


Avec 52 voix pour, 46 contre et 1 abstention, le Sénat polonais vient d’adopter la loi sur le renforcement de la sécurité des frontières de l’État.

Le futur mur à la frontière biélorusse-polonaise fera 5 mètres de haut et jusqu’à 300 kilomètres de long pour un coût jusqu’à 350 millions d’euros. Il protègera par la même occasion tous les autres pays de l’UE. En attendant la construction du mur, ce sont des barbelés qui protègent la frontière.

BILD / Euronews


En Lien :


Fdesouche sur les réseaux sociaux