Fdesouche
À Sciences Po, des cours de «sociologie de la race» proposés aux étudiants font polémique

Sur le campus Europe-Amérique latine de Poitiers, les étudiants de deuxième année peuvent choisir de suivre ce cours au semestre 2.

«Nous avons été étonnés de découvrir le mot “race” dans un intitulé de cours. Cette terminologie dérange», déclare au Figaro Etudiant Quentin Coton, responsable du syndicat étudiant de droite UNI à Sciences Po.C’est un choc aussi pour de nombreux étudiants de licence 2 du campus de Poitiers de Sciences Po. Il y a quelques jours, tous ont reçu la liste des cours enseignés pour leur deuxième semestre de l’année. Parmi la trentaine de modules proposés, il y en a surtout un qui a retenu leur attention: «Sociologie de la race». Quentin Coton, responsable du syndicat étudiant de droite UNI à Sciences Po, est directement concerné par ce syllabus, étant lui-même étudiant en deuxième année à Poitiers. «Nous sommes plusieurs à avoir été interloqués par ce titre. Je sais qu’un professeur l’a aussi été», confie-t-il au Figaro Étudiant.

(…)

Douze séances de cours sont prévues au programme. Telles que «Les principes du constructivisme racial», «La France face à la race: débats sociologiques et controverses politiques sur le concept de race», «Décrire la race? Une approche qualitative de la racialisation», «Race, nation, colonialité», «Corps, santé et racialisation», «La blanchité dans l’hégémonie raciale», ou encore «Intersections: la sociologie de la race face à la religion».

etudiant.lefigaro.fr

(Merci au Tocsin)

À @sciencespo (Poitiers) vous pourrez désormais assister à un cours de "sociologie de la race".

Sciences Po ne se cache même plus d'être un supplétif de ce qui se fait de pire dans les universités américaines.

Nos universités sont en danger. 1/6

L'UNI demande à Sciences Po de mettre fin à la légitimation et l'institutionnalisation d'objets militants, venus de l'extrême-gauche, qui n'ont pas leur place dans une université. Encore moins quand ceux-ci font fi des valeurs de notre pays. 2/6

Ce cours est le symptôme, s'il en fallait encore un, que Sciences Po est une école qui presse le pas idéologique. Ce cours est le symptôme, s'il en fallait encore un, que l'universalisme français a laissé sa place au racialisme politique américain. 3/6

Malheureusement, cette idéologie dite "woke" prend désormais place dans toutes les universités de notre pays. L'UNI ne saurait rester passif face à cette idéologie qui prend en otage les étudiants. 4/6

Originally tweeted by UNI Sciences Po (@unisciencespo) on 10/12/2021 à 14h58.


Fdesouche sur les réseaux sociaux