Fdesouche

Les dysfonctionnements politiques exacerbent les problèmes de sécurité.

Lorsque les casques bleus s’avancent dans le sable et la broussaille au-delà de leurs bases à Gao, dans le nord du Mali, les habitants se défont de leurs voiles et allument des cigarettes. Lorsque les soldats de la paix britanniques campent près d’un village, les habitants organisent un mariage joyeux avec des danses et des chants, qui ont disparu sous l’influence des djihadistes qui se battent pour le contrôle de la région. Dépassés par le détachement britannique, les insurgés “essaient d’être là où nous ne sommes pas“, explique le major Gavin Hudson, l’un de ses officiers.

Dans une grande partie du nord du Mali, l’État et ses forces de sécurité sont totalement absents. Ainsi, lorsque les casques bleus se déplacent, la sécurité les suit. Au crépuscule d’un soir d’août, des djihadistes ont envahi la ville d’Outtagouna, à environ 170 km de Gao. Ils ont abattu au moins 54 jeunes hommes. Les forces de maintien de la paix sont arrivées le lendemain matin, mais, déplore le major Hudson, elles sont arrivées trop tard pour être utiles.

La plus grande lutte occidentale contre les djihadistes se déroule actuellement au Mali, au Niger et au Burkina Faso. La France a environ 5 000 soldats qui combattent dans la région, soutenus par environ 1 000 soldats américains. Des centaines de commandos européens les aident et forment l’armée malienne. L’ONU compte près de 15 000 soldats de la paix. Pourtant, malgré toutes ces forces déployées contre eux, les insurgés se sont répandus sans relâche à travers le Mali et jusqu’au Niger et au Burkina Faso voisins. Plus de 2 millions de personnes ont été contraintes de quitter leur foyer et plus de 10 000 ont été tuées au cours des deux dernières années (voir graphique ci-dessus).

En bref, les gouvernements de la région et leurs soutiens occidentaux perdent lentement la guerre. Nombre de ces raisons sont visibles au Mali, où l’insurrection a pris racine sous un gouvernement corrompu qui se concentre sur la capitale, Bamako, au détriment du reste du pays. Dans une grande partie du Mali, il n’y a pas de policiers, de juges, d’enseignants ou d’infirmières. Les forces de maintien de la paix de l’ONU ont récemment envoyé un gouverneur régional dans un village du nord-est du pays pour rencontrer ses habitants. Pour un villageois de 61 ans, c’était la première fois de sa vie qu’il voyait quelqu’un représenter l’État. En 2018, 75 % des fonctionnaires (y compris les enseignants et les infirmières) se trouvaient dans la capitale, à laquelle le gouvernement consacre 80 % de ses dépenses, alors qu’elle abrite environ 13 % de la population. Les autorités ont, en fait, externalisé la guerre à la France et à l’ONU, en retirant leurs forces de grandes parties du pays. Dans les régions où il n’y a pas d’État et où la criminalité est répandue, les djihadistes sont en mesure de gagner du soutien en offrant la justice, même si elle est brutale.

Au Burkina Faso et au Niger aussi, les djihadistes prospèrent dans des endroits où l’État est absent ou qu’ils ont pu évincer. Depuis 2018, les insurgés des zones frontalières entre les trois pays ont assassiné ou enlevé 300 fonctionnaires, chefs communautaires et membres de leur famille.

La plupart des analystes affirment que les djihadistes ne seront pas battus par la seule force, et qu’une meilleure gouvernance et le développement économique sont essentiels pour gagner la légitimité de l’État. Mais par où commencer avec un État qui a tant fait pour se délégitimer ? En 2020, après que le gouvernement a revendiqué la victoire lors d’une élection législative douteuse, des milliers de personnes sont descendues dans la rue pour protester. Ils étaient en colère non seulement contre les élections, mais aussi contre la corruption et la détérioration de la sécurité. Beaucoup ont applaudi le coup d’État mené par le colonel Assimi Goïta en août de la même année. Bien qu’il ait promis d’organiser des élections dans les 18 mois et qu’il ait nommé un civil comme président par intérim, il a rapidement changé d’avis et a eu recours à un second coup d’État en mai de cette année pour s’installer à la tête du pays.

Choguel Maïga, son premier ministre civil, a récemment déclaré que les élections promises pour février pourraient être retardées de “quelques mois”. Ce sera probablement beaucoup plus long. “Les élections nous ont donné quoi pendant 30 ans ? Une corruption endémique, la léthargie et le népotisme“, déclare Oumarou Diarra, un ancien imam qui fait maintenant partie du gouvernement. Les putschistes prétendent avoir besoin de plus de temps pour “refonder” l’État après des années de corruption et de mauvais gouvernement. De nombreux Maliens les croient. Un sondage réalisé en septembre auprès des habitants de Bamako a révélé que 75 % d’entre eux souhaitaient le report des élections.

Le général Marc Conruyt, qui a récemment commandé les forces françaises dans la région, affirme que “l’agitation politique et les difficultés politiques à Bamako ont eu un impact très, très limité” sur les opérations militaires. Mais cela pourrait ne pas durer. Afin de rallier le soutien à une transition beaucoup plus longue, le gouvernement intérimaire du Mali n’a cessé de rendre la France responsable des malheurs du pays. M. Maïga a récemment affirmé, de manière absurde, que la France formait des djihadistes. Pourtant, il s’est également plaint de la fermeture de certaines bases par la France et de ses projets de retrait de près de la moitié de ses troupes.

Pour compliquer encore les choses, le Mali envisage d’engager le groupe Wagner, une équipe de mercenaires russes. “Lorsque vous appelez un médecin [parce que] […] vous avez mal aux doigts mais que maintenant tout votre bras a disparu“, dit M. Diarra, “vous devriez changer de médecin.” Pourtant, c’est un jeu dangereux, d’autant plus que M. Goïta préférerait probablement que la France reste malgré les railleries de son gouvernement. Florence Parly, la ministre française de la défense, prévient que son pays “ne pourra pas cohabiter avec des mercenaires” si Wagner se déploie.

La politique est mêlée à la sécurité – et à la violence – dans les provinces également (voir la carte ci-dessus). De nombreux djihadistes sont des personnalités politiques qui ont des partisans. Iyad Ag Ghali, le chef de Jama’at Nasr al-Islam wal Muslimin, qui est lié à Al-Qaeda, n’a pas toujours été un djihadiste. Il s’est d’abord fait connaître en tant que chef rebelle touareg. De nombreux djihadistes dans le nord du Mali restent liés à des groupes séparatistes touaregs. Un accord de paix signé en 2015, qui pourrait réduire une partie de la colère qui pousse les gens à la violence, n’a pas été pleinement appliqué.

Dans le centre du Mali, où la violence est désormais pire que dans le nord, les djihadistes ont exploité les clivages entre les communautés et se sont fait passer pour des défenseurs de l’ethnie fulani. Des milices telles que Dan Na Ambassagou (“Chasseurs qui ont confiance en Dieu“) prétendent défendre d’autres groupes ethniques. Il en résulte des massacres à tour de rôle. Une dynamique similaire déchire le tissu social au Burkina Faso et au Niger. La paix ne nécessite pas seulement des écoles et des cliniques, mais aussi des idées sur la meilleure façon de partager le pouvoir dans les communautés multiethniques.

De nombreux Maliens pensent que des pourparlers avec les djihadistes pourraient fournir quelques idées. La France, qui a perdu plus de 50 soldats au Sahel depuis 2013, s’oppose à cette idée. Pourtant, il y a eu plus de 40 accords de paix locaux au Mali et beaucoup au Burkina Faso, également. Certains sont conclus entre des groupes ethniques qui s’affrontent, mais d’autres incluent les djihadistes.

Des négociations politiques de haut niveau entre le gouvernement malien et les principaux chefs djihadistes exigeraient un saut plus important. Le gouvernement malien a récemment annoncé que de telles négociations allaient commencer, puis, quelques jours plus tard, il a démenti. Beaucoup soupçonnent la pression française d’être à l’origine de cette volte-face, mais il existe également des tensions entre M. Goïta, qui serait favorable aux négociations, et M. Maïga, qui est plus sceptique.

Le problème est que le gouvernement malien n’entrera pas dans les négociations en position de force. “La stabilité du Sahel“, entonne gravement M. Diarra, “dépend de la stabilité du Mali“. Il a tout à fait raison sur ce point. Mais ce n’est guère une raison pour être optimiste.

The Economist


Fdesouche sur les réseaux sociaux