Fdesouche

« Merci aux CRS. Car à 70 ans, nous ne voulions plus passer par la place Gabriel-Péri ce qui limitait nos déplacements à pieds. Nous reprenons confiance et recommençons à espérer ». Ce message ressemble à beaucoup d’autres. Depuis trois jours, ils fleurissent sur les réseaux sociaux. Moins de trafics, moins de vendeurs à la sauvette, moins de bagarres, moins de peur aussi… Avec la présence soutenue des CRS autour de la place Gabriel-Péri depuis quelques jours, le quartier est en train de changer de visage. Reste une inconnue : que va-t-il se passer dès que les rondes et les contrôles vont être moins fréquents.

[…]

Riverains : entre espoirs et questionnements

Dominique savoure. « Qu’il est agréable de retrouver le quartier tranquille, se balader sans être importuné ». Tout comme Virginie, riveraine, qui profite de ces précieux instants : « C’est bien c’est le top, c’est ce qui devrait se passer tout le temps, cette tranquillité retrouvée est inespérée. Mais est ce que ça va durer dans le temps… ? Et où ce problème a-t-il été déplacé ? malheureusement je crains aussi pour les autres quartiers ». « Trop bien » rajoute Marilyn, « je vais retrouver la place que j’ai connue quand j’étais au lycée… j’espère que ça va durer ». « Ça permettra aux tabacs de vendre des clopes, aux commerçants de vivre, aux habitants de respirer » poursuit Malik.

Les vendeurs de cigarettes ? Ils attendent des jours meilleurs

Thomas est plus réservé. « Question du jour : qui va se fatiguer en 1er la police ou les dealers ? » « Je voudrais y croire, mais on ne pourra pas maintenir les opérations coup de poing de la police ad vitam aeternam. Pardon d‘être un peu ronchon, mais le problème va se déplacer. Où sont les vendeurs de cigarettes ? Ils ne se sont pas désintégrés par magie. Ils se planquent en attendant des jours meilleurs. Et le problème ne date pas de l’arrivée des écolos à la mairie, la dégradation s’est faite au fil du temps […] Je vais quand même savourer mon plaisir de voir ce quartier apaisé, et je vais tester demain soir vers 18 h 30, à mon retour du bureau, la réalité de cette nouvelle situation » espère enfin Corinne.

Le Progrès


Fdesouche sur les réseaux sociaux