Fdesouche

François Hollande juge que cette hausse du populisme trouve ses origines dans la perte de force “des deux grands partis qui structuraient la vie politique” française et “une absence d’offre” : “La faute à la droite et à la gauche qui ne jouent plus leur rôle”, et “je suis aussi responsable pour une part”, a reconnu l’homme politique. 

L’ancien dirigeant a par ailleurs pointé du doigt les réseaux sociaux et certaines chaînes d’information qui alimentent le “repli identitaire” présenté “comme la seule perspective”, a-t-il jugé.

(…) RTL


Fdesouche sur les réseaux sociaux