Fdesouche

Bangladesh : l’homme qui a placé le Coran dans un temple hindou, déclenchant des émeutes musulmanes meurtrières contre les Hindous, s’avère être musulman

Des violences religieuses éclatent après qu’une photo largement diffusée sur les médias sociaux montre le Coran posé sur les genoux d’une divinité hindoue.

La communauté hindoue représente environ 10% des 165 millions d’habitants du Bangladesh.

Au moins sept personnes ont été tuées au cours de l’incident dans différentes parties du pays. La police a arrêté plus de 450 personnes et déposé 72 plaintes jusqu’à présent pour les violences communautaires.

La police a déclaré que plus de 200 assaillants avaient battu et poignardé à mort un membre exécutif du comité du temple dans la ville de Begumganj, dans le sud du pays, où des membres de la communauté hindoue se préparaient à accomplir les derniers rites du festival Durga Puja de 10 jours.

Des violences ont également éclaté dans la capitale Dhaka et dans la ville portuaire de Chittagong, incitant la police à tirer des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc sur des milliers de manifestants musulmans jetant des briques.

Les services Internet de téléphonie mobile à haut débit ont été fermés dans le but apparent d’empêcher la propagation de la violence.

Les médias bangladais ont rapporté dimanche qu’au moins 20 maisons appartenant à des hindous avaient été incendiées dans le quartier de Pirganj, dans la ville de Rangpur.

Des musulmans attaquent un hindou :

Plus tôt, le ministre de l’Intérieur Asaduzzaman Khan Kamal a déclaré que les autorités avaient identifié la personne derrière l’incident de Comilla.

« J’espère que le principal suspect dans l’incident de Comilla sera bientôt arrêté… il a changé d’emplacement fréquemment pour éviter de se faire prendre. Nous serons en mesure de dévoiler l’incident de Comilla une fois qu’il sera arrêté », a-t-il déclaré.

Un homme nommé Iqbal Hossain, 35 ans, fils de Nur Ahmed Alam de la région de Sujanagar de la ville, avait gardé le Saint Coran à Nanua Dighir Par puja mandap à Comilla le 13 octobre.

La police dit qu’Iqbal Hossain est un vagabond. On ne sait toujours pas s’il est impliqué dans des partis politiques.

Aljazeera / Dhaka


Fdesouche sur les réseaux sociaux