Fdesouche

Une bande organisée de mineurs d’origine maghrébine, armés de machettes et couteaux, terrorise les jeunes de Madrid lors des « botellón »

Le botellón (« coups à boire ») est une coutume espagnole qui consiste pour les jeunes à se rassembler dans la rue, les parcs, les plages ou sur la voie publique pour consommer de l’alcool, écouter de la musique et fumer.

Un groupe violent de mineurs d’origine nord-africaine a fait des ravages lors de botellones et de rassemblements de jeunes ces derniers jours à Madrid. Ils sont armés de couteaux et même de machettes pour arracher téléphones portables et portefeuilles lors de rassemblements de jeunes imbibés d’alcool. Ils sont défiants, provocants et hautains. Ils sont arrêtés et récidivent en sachant que leurs petits méfaits n’entraîneront aucune sanction pénale. Leur arrogance les a même conduits à se moquer des agents dans certains cas : “Ha ha, je suis à la maison cet après-midi”, ont-ils même dit au visage des agents.

Ils ont été identifiés à plusieurs reprises, sept ont été arrêtés lors des festivités de Villaviciosa et ce week-end, ils étaient à nouveau actifs lors d’un macrobotellón dans le Parque del Oeste. Si les victimes résistent, ils attaquent avec cruauté et ont déjà laissé une trace de sang avec six personnes poignardées lors de ces rassemblements. Même la propre adjointe au maire de Madrid, Begoña Villacís, a mis en garde hier les jeunes qui se rendent à ces rassemblements contre la consommation d’alcool à cause de ce gang de botellón. “Nous détectons qu’il existe des bandes organisées qui volent des téléphones portables, qui provoquent des bagarres….. Les jeunes doivent le savoir, et si le coronavirus n’est pas suffisamment dissuasif, ils doivent savoir que ces combats en bande organisée ont lieu dans ces botellones“, a déclaré le numéro deux de la mairie de Madrid.

Ce gang de botellón est composé d’une vingtaine de mineurs, dont certains vivent dans des quartiers du sud de la capitale espagnole et dans d’autres municipalités comme Leganés et Las Rozas, selon des sources de l’enquête.

Leur objectif est de rechercher sur les réseaux sociaux les botellón (coups à boire) de Madrid et ils se rendent également dans les festivals des quartiers et des villes de la périphérie de la région, notamment dans les municipalités les plus riches.

Ils se réunissent le vendredi et le samedi soir pour commencer leur chasse. Ils boivent et écoutent de la musique jusqu’à une ou deux heures du matin. À ce moment-là, ils se sont dispersés. Ils sont conscients que nombre de leurs victimes sont très ivres et plus vulnérables. C’est le moment de commettre le pillage. Une fois qu’ils sont arrivés à la beuverie, ils cherchent les cibles les plus faibles. Jamais au milieu d’une beuverie. Ils ont tendance à choisir des jeunes gens désemparés qui se séparent des groupes ou des couples qui recherchent plus d’intimité. Parmi le groupe d’agresseurs, il y a plusieurs filles qui choisissent habituellement d’autres adolescents pour leur demander leurs téléphones portables en prétextant que les leurs sont cassés. Normalement, ils n’atteignent pas leur objectif, et les autres membres du gang agissent à ce moment-là pour arracher le téléphone à la victime choisie.

En d’autres occasions, ils ont souvent recours à la violence physique dès le départ pour saisir le téléphone portable de l’enfant. “Plusieurs garçons ont reçu des coups de poing et si nécessaire, ils les menacent avec un couteau”, raconte l’un des enquêteurs. Ils blessent rarement la victime, bien que cela se soit produit à Villaviciosa de Odón et aussi dans le Parque del Oeste le week-end dernier, où au moins trois personnes ont été poignardées. Le groupe est organisé et planifie ses attaques, bien que sa hiérarchie et ses dirigeants ne soient pas encore définis. On soupçonne les membres les plus âgés du groupe d’être les meneurs, mais l’enquête est toujours en cours. Il a été vérifié qu’ils disposent d’un réseau de récepteurs qui achètent immédiatement les téléphones portables qu’ils volent.

Le 18 septembre, la Guardia Civil a localisé des membres de ce groupe à Majadahonda alors qu’ils suivaient une jeune fille. Les agents les ont identifiés, mais ne les ont pas arrêtés, la victime ayant refusé de les dénoncer. Les gardes ont saisi un couteau de cuisine et une hache. Le 25 septembre, pendant les festivités de Villaviciosa de Odón (Madrid), la Guardia Civil a arrêté sept membres de ce groupe, dont cinq mineurs. Ils ont également récupéré huit téléphones portables volés. Une fois arrêtés, la Guardia Civil a informé le bureau du procureur des mineurs de leur arrestation. Toutefois, ils ont été libérés sans être portés à la connaissance du parquet des mineurs, qui les a convoqués pour témoigner dans les prochains jours.

Parmi les personnes arrêtées à Villaviciosa figurent de jeunes Espagnols d’origine nord-africaine, dominicaine et marocaine. Il n’y avait pas de mena (mineurs étrangers non accompagnés), selon les enquêteurs. Certains d’entre eux avaient été arrêtés les années précédentes par la Guardia Civil dans d’autres parties de la région. “Ils sont très violents. S’ils n’obtiennent pas un téléphone portable par la voie facile, ils le font par la voie difficile et, s’ils sont encerclés, ils provoquent des émeutes comme à Villaviciosa“, explique un agent à l’origine des enquêtes.

Le gang du botellón a également tenté de se rendre aux festivités de Las Rozas samedi dernier à l’aube, mais il a trouvé toute la zone protégée par des agents de la Guardia Civil soutenus par des agents du GRS et de l’USECIC.

Le week-end dernier, ils sont revenus se camoufler dans le macrobotellón du Parque del Oeste, un événement qui s’est soldé par de graves altercations et de nombreux dégâts sur le mobilier urbain. C’est leur territoire de prédilection, selon des sources policières. “Le parc de l’Ouest est un endroit où ils ont l’habitude de se rendre pour commettre leurs agressions. C’est là qu’ils se sentent sur leur territoire”, ont ajouté les sources policières.

Inmaculada Sanz, porte-parole de l’administration municipale de la mairie de Madrid et déléguée à la sécurité et aux urgences, a également confirmé hier l’existence d’un groupe de jeunes qui ” dévalisent les jeunes réunis aux botellones et que les vols ont lieu aux premières heures du matin “. Et nous sommes sûrs que la police nationale va donner une réponse énergique. Il a toutefois précisé que ces délinquants n’ont rien à voir avec ceux qui ont ensuite provoqué les incidents de Moncloa samedi soir, qui se sont soldés par des inculpations par la police.

Le délégué a insisté sur l’implication du parquet des mineurs pour évaluer les actions à entreprendre. “En tant qu’administration, nous comprenons qu’il n’est pas acceptable que des enfants de moins de 14 ans souffrent d’une intoxication alcoolique, dans de nombreux cas suffisamment grave pour mettre leur propre vie en danger. Et donc les parents doivent savoir ce qui s’est passé et ils le feront immédiatement car la police municipale les informera. Nous ne pouvons pas fermer les yeux”, a déclaré M. Sanz, qui a ajouté que la police municipale de Madrid placera des agents en civil pour prévenir les macrobotellones qui ont eu lieu ces derniers week-ends, au cours desquels il y a eu des agressions, du vandalisme et des vols.

De son côté, le parquet des mineurs de Madrid a déclaré hier qu’il n’avait aucune preuve de l’existence de ce gang qui commet des vols chez les botellones. Elle sait qu’il y a des mineurs arrêtés à Madrid pour des vols, mais elle ne sait pas s’ils sont organisés ou s’ils appartiennent à un groupe. Du moins, disent-ils, personne ne les en a informés.

El Mundo


En Lien :


Fdesouche sur les réseaux sociaux