Fdesouche

La plupart des mères seraient heureuses de voir leurs fils adolescents monter dans un bus et partir jouer avec leurs amis.

Mais alors que Lara McDonnell* dit au revoir à son fils de 13 ans, Noah*, elle a du mal à rester calme.

Le témoignage courageux et poignant de Lara a permis de traduire en justice un gang sexuel pédophile.

C’est un enfant parfait, il est sensible et intelligent, et il n’a jamais de problèmes, mais Lara est obsédée par la peur irrationnelle qu’il soit attaqué ou poignardé.

Et pour cause, sa propre adolescence a été marquée par des violences, après qu’elle fut manipulée, contrainte et exploitée par l’un des gangs d’exploitation sexuelle des enfants (ESE) les plus notoires du Royaume-Uni.

“Je suis très anxieuse”, dit cette mère de deux enfants, âgée de 29 ans. “Je panique, mais j’essaie de ne pas l’empêcher de sortir. Je m’asseois là et je tremble littéralement. J’essaie de rationaliser et de ne pas le laisser paraître, parce que je veux qu’il soit indépendant, mais je m’inquiète beaucoup.”

Il y a dix ans, lorsque la Thames Valley Police (TVP) et le conseil du comté d’Oxfordshire ont lancé l’opération Bullfinch pour enquêter sur le réseau d’ESE basé à Oxford, Lara – dont le vrai nom n’a jamais été rendu public afin de protéger son anonymat – était l’un des témoins clés.

Son témoignage courageux et poignant a permis de traduire en justice un gang sexuel pédophile.

Dans le même temps, de nombreux réseaux similaires dans tout le pays ont été révélés.

Mais dans les années qui ont suivi le procès à l’Old Bailey en 2013 – au cours duquel sept hommes ont été condamnés à une peine minimale de 95 ans pour des délits tels que le viol, la facilitation de la prostitution enfantine et la traite d’enfants – Lara a dû lutter.

Bien que ceux qui abusèrent d’elle entre 12 et 17 ans soient derrière les barreaux, bien qu’elle ait deux beaux enfants, une famille aimante et toute la vie devant elle, tout ce qu’elle voit c’est de la noirceur.

“Je ne voulais plus être ici”, raconte Lara à Fabulous. “Quand Noah et ma fille Olivia*, qui a maintenant cinq ans, étaient avec ma mère, je buvais jusqu’à l’oubli.

“J’avais ce sentiment de malheur imminent, que cela allait se reproduire.”

En 2016, Lara a été diagnostiquée avec un SSPT (syndrome de stress post-traumatique), et elle s’est depuis battue pour reconstruire sa vie dans l’ombre des horreurs qu’elle a endurées.

En grandissant, sa vie fut loin d’être facile. Son père biologique était un alcoolique violent et sa mère une toxicomane, et à l’âge de quatre ans, Lara a été placée en foyer.

Elle a été placée successivement dans des familles d’accueil, avant d’être adoptée, à l’âge de 10 ans, par Elizabeth*, une femme célibataire d’Oxford, d’âge moyen, gentille et aimante.

Cette adoption aurait dû marquer le début d’une vie normale, mais Lara a été profondément traumatisée et son comportement s’est détérioré : elle rentrait tard, faisait des fugues et était exclue de l’école.

Elizabeth a essayé d’obtenir l’aide des services sociaux, mais Lara était considérée comme une enfant mal élevée.

En 2004, à l’âge de 12 ans, Lara a attiré l’attention d’un dealer local, Mohammed Karrar, alors âgé de 29 ans, après l’avoir vue traîner avec des amis. Il dirigeait une fumerie de crack dans un quartier défavorisé d’Oxford.

Manipulateur et expérimenté dans la manipulation des enfants, il s’est lié d’amitié avec elle et Lara a commencé à passer du temps avec lui et ses associés, qui l’ont abreuvée de boissons et de drogues et l’ont rendue accro au crack.

Peu après, il a commencé à l’obliger à s’habiller avec des sous-vêtements pour adultes et à avoir des relations sexuelles avec des hommes en échange de drogues.

Consciente que Lara passait du temps avec des hommes plus âgés, Elizabeth a tenté désespérément d’assurer sa sécurité.

Elle verrouillait les fenêtres et les portes, mais Lara arrachait les verrous et cassait la porte, devenant violente si sa mère adoptive tentait de l’arrêter.

Lara a été présentée aux hommes du gang de Karrar, dont son frère Bassam, 27 ans, qui, lors d’un horrible incident survenu alors que Lara n’avait que 14 ans, l’a emprisonnée pendant huit heures dans une maison d’hôtes et l’a violemment violée.

La police a été appelée par un autre client qui avait entendu ses cris, mais malgré les témoins et les preuves ADN, personne n’a été poursuivi car, menacée par le gang pour garder le silence, Lara a refusé de témoigner, malgré les supplications d’Elizabeth.

Sans la coopération de Lara, la police a classé l’affaire et lui a dit qu’elle poursuivrait Bassam pour avoir eu des relations sexuelles avec un mineur si elle changeait d’avis.

Pendant que ses camarades passaient leur GCSE, Lara était victime de la traite des êtres humains à Londres, Coventry et Manchester, disparaissant pendant plusieurs jours.

Le gang a menacé de les tuer, elle et sa mère, si elle n’obéissait pas, et lui a dit que si elle les évitait, ils la retrouveraient et la battraient.

“J’étais leur chose”, dit Lara. “Ils avaient l’habitude de tester de nouveaux lots de drogue sur moi. Je ne me souciais pas de savoir si ça me tuait. J’espérais m’endormir et ne pas me réveiller.

“Maman avait parlé à Mohammed au téléphone quand il a appelé à la maison. Elle l’a averti plusieurs fois, et il a proféré des menaces de mort à son encontre.

“Elle l’a dénoncé à la police, mais rien ne s’est passé parce que je n’ai pas coopéré. Les autorités savaient que quelque chose de grave se passait, mais elles n’ont rien fait.”

Le gang a continué à vendre Lara à des “clients” à Oxford, tandis que Karrar la violait lui-même fréquemment.

En août 2008, alors qu’elle n’a que 15 ans, Lara est devenue mère de Noah à la suite d’une relation avec un homme d’une trentaine d’années sans lien avec le gang qui, après qu’Elizabeth a fait appel à la police, a été condamné pour avoir eu des relations sexuelles avec une mineure.

“J’ai vu la grossesse pour mon fils comme mon salut”, dit Lara. “Le gang m’a laissée tranquille pendant la majeure partie de la grossesse, et maman et moi sommes devenues plus proches grâce à cela.”

Après avoir eu 16 ans, Lara est devenue moins lucrative pour le gang, qui voulait vendre des filles plus jeunes.

Au lieu de cela, Mohammed l’utilisait pour tester des drogues, et à deux reprises, Lara a dû être réanimée à l’hôpital après avoir reçu des cigarettes dopées à l’héroïne.

Une fois, alors qu’elle était inconsciente, elle a été violée par Mohammed et un autre homme.

En 2010, Lara n’en peut plus et se rend à la police pour faire une déclaration contre Mohammed, qui avait menacé de tuer Noah.

Une ordonnance restrictive lui a été signifiée et, peu de temps après, Lara, Elizabeth et Noah ont fui Oxford pour se réfugier dans un endroit secret, où ils ont commencé une nouvelle vie.

De retour à Oxford, la police a finalement commencé à remarquer un schéma.

Des jeunes filles vulnérables issues de milieux similaires à celui de Lara disparaissaient régulièrement et étaient liées au même groupe d’hommes.

En 2011, l’opération Bullfinch a été lancée par la TVP et le conseil du comté d’Oxfordshire pour enquêter sur les gangs d’exploitation sexuelle et de manipulation d’enfants.

Elle a conduit au procès de sept hommes en 2013 : Kamar Jamil, 27 ans, Zeeshan Ahmed, 27 ans, Anjum Dogar, 31 ans, Akhtar Dogar, 32 ans, et Assad Hussain, 32 ans, ainsi que Bassam et Mohammed Karrar. Six de leurs victimes, dont Lara, ont livré des témoignages poignants.

L’une d’entre elles a raconté que Mohammed Karrar l’avait forcée à subir un avortement clandestin à l’aide d’un crochet, après l’avoir mise enceinte, et l’avait marquée de la lettre “M” sur la fesse.

Elle a également déclaré au tribunal qu’il l’aurait violée au domicile de sa propre famille, ses parents étant tous deux sourds.

Les filles, âgées de 11 à 15 ans au moment des faits, ont déclaré au tribunal avoir été griffées, étranglées, battues, violées collectivement, brûlées et violées avec des couteaux et une batte de baseball.

Après le procès et l’emprisonnement de ses agresseurs, Lara a écrit un best-seller, Girl For Sale. Elle espérait que cela l’aiderait à passer enfin à autre chose, tout en donnant naissance à sa fille en juillet 2016 après une brève relation. Mais fin 2016, Lara a fait une dépression dévastatrice.

“J’ai soudainement pris conscience de ce que j’avais vécu et ma santé mentale s’est détériorée”, dit-elle.

“Je ne pouvais pas dormir à cause des flashbacks, et je buvais beaucoup. Je ne voulais plus vivre.”

Son médecin généraliste lui a prescrit des antidépresseurs et des somnifères, et a diagnostiqué un SSPT (syndrome de stress post-traumatique) complexe.

“Cela a été un tournant”, dit-elle. “Après cela, j’ai commencé à suivre une thérapie pour traiter le traumatisme. C’était comme si ma vie recommençait.”

Cinq ans plus tard, Lara est une mère heureuse et dévouée, avec une carrière stable. En septembre dernier, on lui a diagnostiqué un cancer de l’endomètre, qui a entraîné une hystérectomie d’urgence.

On soupçonnait qu’un traumatisme sexuel passé avait contribué à cette maladie, car Lara avait trop peur de se soumettre à des frottis, bien qu’elle souffre de douleurs et de règles irrégulières, en raison des années d’abus dont elle avait été victime.

La maladie ne s’est heureusement pas propagée et a fait l’objet d’un suivi, et aujourd’hui, elle encourage les femmes à se soumettre à des tests réguliers.

“C’était une période effrayante, mais je n’ai pas tendance à paniquer pour ce genre de choses”, dit-elle. “Mais je suis bouleversée de ne pas pouvoir avoir d’autres enfants”.

Bien qu’elle ait eu des relations, la romance n’est pas une priorité et les pères de ses enfants ne sont pas impliqués.

Au lieu de cela, Lara essaie de profiter de certaines des expériences qu’elle a manquées. “Je n’ai jamais eu de bal de fin d’année ou de dernier jour d’école et je ne suis jamais allée à des festivals.

“J’ai raté une grande partie de la vie, mais maintenant je veux commencer à faire des choses comme ça avec mes enfants”, dit-elle.

Seuls quelques amis connaissent son histoire, et elle a du mal à faire confiance aux gens.

Elle ajoute : “Quand Olivia sera plus grande, ce sera effrayant parce que je sais qu’il y a des gens qui cherchent à s’attaquer aux jeunes filles”.

Après le succès de l’opération Bullfinch, la police de Thames Valley a lancé en 2015 l’opération Silk, qui a entraîné la condamnation de 13 autres hommes pour des crimes sexuels, et l’opération Spur, qui a donné lieu à deux autres condamnations.

Au total, 22 hommes ont été condamnés pour diverses infractions sexuelles contre des jeunes filles mineures à Oxford entre 1998 et 2012.

En mars 2015, un rapport a révélé que 373 enfants pourraient avoir été exploités sexuellement dans la région.

Entre-temps, des affaires similaires à Rotherham, Rochdale, Halifax et Huddersfield ont révélé l’ampleur choquante de l’exploitation sexuelle des enfants au Royaume-Uni.

“Ils n’ont pas attrapé la moitié des personnes impliquées”, dit Lara. “Absolument, cela se produit encore.”

Ce point de vue est partagé de manière inquiétante par des fonctionnaires ayant l’expérience de ces affaires. Dame Sara Thornton était chef de la police de Thames Valley à l’époque de l’opération Bullfinch.

Elle déclare : “Je me souviens très bien de la première fois où j’ai été informée de l’enquête.

J’ai été consternée par l’ampleur des violences, mais aussi par le fait que nous semblions avoir beaucoup de mal à enquêter et à poursuivre les délinquants.

Nous avons mis en place une équipe spécialisée, mais il a fallu le courage de six survivantes pour témoigner et traduire les agresseurs en justice.”

Une étude de cas a révélé un catalogue de manquements de la part des autorités en amont de l’opération Bullfinch, pour lesquels Dame Sara a présenté des excuses publiques.

Lara dit que si sa mère suit toujours les affaires de près, elle s’efforce de passer à autre chose.

“Si quelque chose me préoccupe, j’en parle maintenant, alors qu’avant ma dépression, je me renfermais. Mais il y a des choses dont je ne parlerai jamais, et ce sont des souvenirs qui m’empêchent de dormir la nuit.

“J’ai encore des flashbacks, mais ils ne sont pas suffisants pour me faire perdre le contrôle.”

“J’ai toujours été la fille de l’opération Bullfinch, mais je ne me laisse plus définir par ce qu’il s’est passé.”

*Les prénoms ont été changés & l’image principale a été posée par un modèle.

Parents Against Child Exploitation (PACE) travaille avec les parents et les personnes en charge d’enfants qui sont, ou risquent d’être, exploités sexuellement. Pour en savoir plus, consultez le site Paceuk.info.

The Sun

Aujourd’hui sur Fdesouche :


Fdesouche sur les réseaux sociaux