Fdesouche
https://www.revue-elements.com/produit/la-societe-de-surveillance/

Riverains et passants sont excédés par les regroupements quotidiens de perturbateurs, sur la place Saint-Thomas. Une situation bien difficile à résoudre malgré des interventions régulières des forces de l’ordre.

Le quartier, où coexistent de nombreux commerces, est pourtant vivant, à deux pas du nouveau centre aqualudique et du lycée Roosevelt. Mais ces « squatteurs » ont tout changé. Difficile, d’ailleurs, d’en faire un profil précis, les individus présentant des profils assez hétéroclites. La plupart sont alcoolisés, la police municipale constatant régulièrement des états d’ivresse manifeste (lire par ailleurs). Crachats, incivilités, insultes : les individus en question ne font pas dans la dentelle. À cela s’ajoutent des embrouilles récurrentes entre eux, notamment devant le Carrefour City à proximité. « Cela provoque un ressenti très désagréable », admet Xavier Albertini, adjoint au maire, chargé de la sécurité. Les jeunes femmes font aussi l’objet de remarques déplaisantes quand il ne s’agit pas de harcèlement de rue pur et simple. Sans compter que le lieu a été identifié comme un point de deal, où se pratique un commerce illicite. Dont les commerçants sont les témoins directs : « Ils ne se cachent absolument pas, tout le monde les voit » , confirme-t-on du côté de la chocolaterie Biston. Depuis la station de tramway, impossible de les manquer, les indésirables étant généralement postés à gauche de l’église, entre l’édifice et le parking relais.

Les gens aujourd’hui ne parlent que de ça. « On dit que des appartements ont perdu entre 15 à 20 000 euros de leur prix de vente initial », croit savoir Gary. Un comble pour un quartier qui a par ailleurs de nombreux atouts.

[…]

L’Union


Fdesouche sur les réseaux sociaux