Fdesouche

30/08/2021 17:00

30/08/2021 12:00

Après les chariots ou les sommiers, les réseaux ont imaginé ces obstacles pour gagner du temps

Gagner du temps. Encore et toujours. Surtout sur la police, sur les intrus de toutes espèces, ceux qui menaceraient le trafic et son économie lucrative. La PME du réseau de stups ne recule plus devant rien. Après les chariots dans les escaliers, après les poubelles, les sommiers ou les grosses pierres à l’entrée des cités, voilà que les trafiquants n’hésitent plus depuis quelques jours à poser à l’entrée des herses artisanales, confectionnées par eux, pour retarder les visiteurs indésirables, comme vient de le relever la police à l’entrée de la cité des Oliviers A.

C’est pourtant en ce lieu précis qu’en septembre 2020, elle avait démantelé un gros réseau (180 kilos de résine, deux fusils d’assaut), saisi 3 000 euros et interpellé cinq trafiquants.

(…) La Provence

Merci à Alexandre


Fdesouche sur les réseaux sociaux