Fdesouche

29/08/2021

La Pologne construit une clôture à sa frontière avec le Bélarus alors que le pays fait face à un afflux de migrants. Cette clôture de barbelés de 2,5 mètres de haut s’étendra sur 180 kilomètres de long, soit la moitié de la frontière qui sépare la Pologne de son voisin.


23/08/2021

Pologne, 23 août (Reuters) – La Pologne va construire une clôture le long de sa frontière avec la Biélorussie et doubler le nombre de ses soldats, a déclaré lundi le ministre de la Défense, afin d’endiguer un flux de migrants que l’Union européenne estime être poussé par Minsk (Biélarussie) en représailles aux sanctions de l’UE.

La Pologne et les autres États membres de l’UE, la Lituanie et la Lettonie, ont signalé une forte augmentation du nombre de migrants originaires de pays comme l’Irak et l’Afghanistan qui tentent de franchir leurs frontières. L’UE estime que le président biélorusse Alexandre Loukachenko mène une “guerre hybride” avec les migrants pour faire pression sur l’Union.

Le ministre polonais de la défense, Mariusz Blaszczak, a déclaré qu’une nouvelle clôture solide de 2,5 mètres de haut serait construite à la frontière avec le Belarus.

Lors d’une conférence de presse à la frontière, M. Blaszczak a également déclaré que la présence militaire y serait renforcée. “Il est nécessaire d’augmenter le nombre de soldats. … Nous allons bientôt doubler le nombre de soldats pour atteindre 2 000”, a-t-il déclaré.

Le gouvernement polonais a fait l’objet de vives critiques de la part des défenseurs des droits de l’homme concernant le sort d’un groupe de migrants piégés pendant deux semaines à découvert entre les gardes-frontières polonais et biélorusses près du village d’Usnarz Gorny.

La Pologne affirme que permettre aux migrants d’entrer sur son territoire encouragerait la poursuite de l’immigration clandestine et ferait le jeu de Loukachenko. “Il ne s’agit pas de réfugiés, mais de migrants économiques amenés par le gouvernement biélorusse”, a déclaré aux journalistes le vice-ministre des Affaires étrangères Marcin Przydacz.

Certains avocats et ONG accusent Varsovie de traiter les migrants bloqués de manière inhumaine en leur interdisant l’entrée.

Le médiateur polonais des droits de l’homme a déclaré que les gardes-frontières avaient violé la Convention de Genève en n’acceptant pas les déclarations verbales de certains migrants indiquant qu’ils souhaitaient demander une protection internationale en Pologne.

Reuters


19/08/2021


09/08/2021

VARSOVIE, 9 août (Reuters) – Un nombre record de migrants ont franchi la frontière polonaise avec le Bélarus depuis vendredi, a déclaré lundi le Corps des gardes-frontières, alors que la Biélorussie est accusé d’utiliser les passages illégaux pour faire pression sur les Etats de l’Union européenne.

Ces dernières semaines, la Pologne et la Lituanie ont connu une forte augmentation de l’immigration clandestine, à tel point que ces pays ont lancé un appel à l’aide à l’Union européenne. Le Parlement de Vilnius a prévu de tenir une session extraordinaire mardi pour discuter de cette question.

Les autorités de ces pays ont accusé le président Alexandre Loukachenko d’utiliser les migrants pour faire pression sur l’Union européenne afin qu’elle revienne sur les sanctions prises à l’encontre du pays ou pour se venger de la Pologne, qui a donné refuge à Krystsina Tsimanouskaya, une athlète biélorusse qui a refusé de rentrer chez elle après les Jeux olympiques de Tokyo.

Dans un communiqué publié lundi, les gardes-frontières polonais ont déclaré avoir arrêté 349 migrants illégaux ayant franchi la frontière biélorusse depuis vendredi. Elle a précisé que les migrants étaient probablement originaires d’Irak et d’Afghanistan.

La porte-parole des gardes-frontières, Anna Michalska, a déclaré que le nombre de migrants détenus depuis vendredi était un record. Le groupe le plus important, composé de 85 personnes, a été arrêté par des agents du poste de Kuznica samedi, selon le communiqué.

Cette année, la branche de Podlasie des gardes-frontières, qui travaille à la frontière avec le Bélarus, a détenu 871 immigrants illégaux. En 2020, les gardes-frontières ont détenu seulement 122 immigrés illégaux traversant la frontière biélorusse.

Vendredi, la Pologne et la Lituanie ont demandé aux institutions européennes de les aider à faire face aux migrations. Les ministres de l’intérieur de l’Union européenne discuteront de cette question lors d’une réunion extraordinaire le 18 août.

M. Loukachenko a déclaré que la Biélorussie riposterait lorsqu’elle serait “frappée” et que les pays occidentaux ne devraient pas utiliser de sanctions contre elle.

“(Les sanctions) peuvent avoir l’effet inverse, comme le montre la réalité des événements d’aujourd’hui aux frontières biélorusse-polonaise, biélorusse-ukrainienne, biélorusse-lituanienne et biélorusse-latvienne”, a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse lundi.

Lundi a marqué le premier anniversaire d’une élection qui, selon les opposants, a été truquée pour permettre à Loukachenko de l’emporter. Des dizaines de milliers de personnes sont descendues dans la rue, dans le cadre de la plus grande contestation de son règne depuis qu’il est devenu président en 1994.

Il affirme avoir gagné l’élection de manière équitable et a répondu par une répression des opposants, dont beaucoup ont été arrêtés ou se sont exilés à l’étranger.

Reuters


En Lien :


Fdesouche sur les réseaux sociaux